L'Avenir Agricole et Rural 24 novembre 2016 à 08h00 | Par T.M.

Le chêne continue son ascension

La traditionnelle vente d’automne des coupes de bois sur pied s’est tenue le 9 novembre à Semoutiers. Avec l’augmentation de la demande sur le chêne, le public s’est fortement mobilisé.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Deux fois par an, le Groufor 52, la CPF 52 et le SFP 52 organisent leur vente de bois sur pied. Il s’agit d’une vente par soumissions cachetées, le plus offrant remporte le lot.

Avec un volume présenté de 24 111 m³ répartis en 90 lots, on retrouve majoritairement du bois d’industrie (9000 m³), puis vient le chêne (6200 m³), les résineux (4500 m³), le hêtre (2777 m³) et le frêne (1580 m³). La salle était comble, 150 à 200 personnes se sont déplacées. La vente s’est déroulée dans une ambiance calme et attentive avec la présence de 6 nouveaux acheteurs.

Une belle vente

Au total 60 acheteurs étaient présents (ou représentés), pour 33 adjudicataires. Bien que les acheteurs soient un peu moins nombreux que l’année dernière, le nombre de soumissions par lot est en hausse (5,8). Un lot a même reçu 15 soumissions, tandis que 9 n’ont eu aucune offre. Au total il y a eu 467 soumissions sur la vente.

En fin de journée, 71 % du volume était écoulé, soit 17 169 m³ répartis en 73 lots, mais d’autres sont vendus peu de temps après. Hors résineux, le prix moyen du bois d’œuvre toutes essences est de 89 /m³. Ce fut une belle vente, avec un chiffre d’affaires global à hauteur de 1 366 597 .

Les bois certifiés PEFC (gestion durable des forêts) représentent 6273 m³ en 20 lots, soit 26 % du volume total de la vente. Le nombre de soumissions est un peu plus important que pour le reste du cahier : 6,8 par lot. 68 % du volume PEFC a été vendu, soit 4272 m³, répartis en 16 lots.

Grosse demande en chêne

L’année dernière, le chêne était l’essence qui attirait toutes les convoitises. Cette année, la conjoncture est toujours très favorable, il y a toujours une grosse demande sur le chêne en général grâce au secteur de la tonnellerie et de la construction.

Les bois de belle qualité ont favorisé des hausses de prix de 15 à 20 %. Un lot est notamment parti à 300 /m³, mais il était d’une remarquable qualité et était proposé en fin de vente, ceux de «qualité moyenne» partent entre 150 et 200 et les autres de 80 à 100 .

Pour les hêtres, les acheteurs se tournent vers des gros bois de belle qualité, le reste se vend difficilement. «Les branches ne sont pas estimées, un houppier sur un gros hêtre n’est pas payé, cela dépend des années» explique Michael Léotier, technicien CPF 52.

Les résineux ont des cours plutôt stables, les prix restent les mêmes que lors de la vente d’avril 2016. En revanche la faible demande en trituration feuillue couplée à un stock important fait baisser les prix pour cette catégorie.

La meilleure façon de bien vendre son bois, c’est de produire des lots de qualité, avec le volume c’est ce que les acheteurs cherchent en premier. La vente d’automne est une réussite, le SPF 52, la CPF 52 et le Groufor 52 ont encore su trouver de bons lots à proposer aux acheteurs.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2466 | octobre 2017

Dernier numéro
N° 2466 | octobre 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS
L’actualité en direct
Chambre d'agriculture

    Les ARTICLES LES PLUS...

    Voir tous

    Voir tous

    Voir tous

    À LA UNE DANS LES RÉGIONS

    » voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui