L'Avenir Agricole et Rural 16 mai 2019 à 09h00 | Par R. Cremonini

Le black pellet pour remplacer le charbon

A Pomacle (51), une usine va produire un biocombustible de nouvelle génération. C’est une première mondiale. 100 millions d’euros sont investis et 45 emplois créés.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Emmanuelle Wargon, secrétaire d’État auprès du ministre d’État, ministre de la Transition écologique et solidaire, lors de la pose de la première pierre.
Emmanuelle Wargon, secrétaire d’État auprès du ministre d’État, ministre de la Transition écologique et solidaire, lors de la pose de la première pierre. - © P. Bodez Région Grand Est

La première pierre de l’usine de production de pellet nouvelle génération a été posée le mercredi 24 avril à Pomacle-Bazancourt au nord de Reims. Emmanuelle Wargon, secrétaire d’État auprès du ministre d’État, ministre de la Transition écologique et solidaire, était présente.
La société Européenne de Biomasse (recherche et développement), la Banque des Territoires (Caisse des Dépôts) et Meridiam (société d’investissement) ont lancé le chantier de la première unité de production de HPCI® black pellet, combinée à une centrale de cogénération biomasse. Les trois partenaires ont créé une société dédiée, FICA HPCI (1), pour assurer la maîtrise d’ouvrage, la gestion et l’exploitation de l’usine. L’investissement est de 100 millions d’euros (2). Quarante emplois devraient être créés sur place, auxquels s’ajouteraient 310 personnes en amont dans la filière bois du Grand Est.

Une première mondiale

Pour les partenaires, «cet ensemble industriel de premier plan en France est une première mondiale. Il se compose de deux installations qui contribuent à la transition énergétique en produisant une énergie 100 % renouvelable dans une logique d’économie circulaire». Deux biocombustibles seront produits : un premier pour la centrale de cogénération sur le site, et du HPCI black pellet qui remplacera le charbon pour le chauffage d’environ 130 000 habitants. La centrale de cogénération produira de l’électricité (90 GWh par an, soit la consommation domestique de 30 000 habitants) et de l’énergie thermique (130GWh par an sous forme de vapeur et d’eau chaude) pour alimenter l’unité de production de biocombustible, ainsi que l’usine ADM Chamtor à proximité.
Stéphane Noirie, président FICA HPCI, souligne qu’«ici, à partir de bois propres, nous allons produire plusieurs formes d’énergie renouvelable : de l’électricité et de la vapeur vertes, mais surtout, une innovation mondiale, le HPCI® black pellet. Un biocombustible nouvelle génération issu d’un procédé de vapocraquage en continu, qui peut remplacer directement le charbon. Le faire à Pomacle Bazancourt était une évidence car il s’agit d’une plaque industrielle dédiée à la bio économie et notamment à la transformation des matières végétales, avec un pôle de recherche en pointe dans ce domaine».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2577 | décembre 2019

Dernier numéro
N° 2577 | décembre 2019

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS
L’actualité en direct
Chambre d'agriculture

    Les ARTICLES LES PLUS...

    Voir tous

    Voir tous

    Voir tous

    À LA UNE DANS LES RÉGIONS

    » voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui