L'Avenir Agricole et Rural 23 mars 2017 à 08h00 | Par L'Avenir Agricole et Rural

LAIT : Un commissaire européen au congrès de la FNPL

Les 15 et 16 mars, la FNPL a accueilli un invité de marque lors de son congrès à Langres : Phil Hogan, le Commissaire européen à l’agriculture. Ce dernier a répondu directement aux questions du public. Par la suite, un débat a eu lieu pour essayer de tirer les leçons de la crise laitière.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Thierry Roquefeuil (à gauche) et une partie du public n’ont pas hésité à interroger Phil Hogan.
Thierry Roquefeuil (à gauche) et une partie du public n’ont pas hésité à interroger Phil Hogan. - © T MORILLON

Le Président de la FNPL Thierry ROQUEFEUIL a introduit la séance par un hommage à Xavier BEULIN, « un homme qui a su porter l’agriculture et qui a donné un sens à notre métier ». Richard BOURBON, Président de la FDPL de Haute-Marne, s’est chargé de présenter notre département au public venu des quatre coins de France.

 

Une nouvelle orientation de la Pac

Dans son discours, Thierry ROQUEFEUIL explique qu’« on ne fait pas 1 000 fromages avec la disparition des producteurs de lait ». Il pointe « les tentatives trop limitées de la part de Bruxelles » et son « incapacité à innover, proposer, aider, elle ne convainc plus ». Il souligne les distorsions entre pays : « les paramètres sociaux, les dispositifs fiscaux… ce qui est commun c’est la vente en dessous des coûts de production. L’Europe qui contraint et qui sanctionne doit être stoppée. Ce n’est pas au seul producteur d’encaisser l’amplitude des cours mondiaux ».

 

Le Président a interpellé le Commissaire européen : « pourquoi garder les stocks de lait en poudre ? Cela amène de la spéculation. Je demande que l’enveloppe restante soit gardée pour aider les producteurs laitiers ». Thierry ROQUEFEUIL veut que la Pac ait un nouveau sens, qu’elle soit plus adaptée aux nouveaux enjeux. Il a repris une phrase de Xavier BEULIN « le marché ne peut pas être le seul vecteur de la politique européenne ». Pour le Président de la FNPL, « la Pac doit véhiculer des valeurs, il faut refonder un pacte de consolidation ».

 

L’UE, politique de soutien

Pour Thierry ROQUEFEUIL, l’UE est trop lente dans ses actions. Phil HOGAN lui répond qu’il n’a pas eu une attitude attentiste. « Nous avons fait 24 réglementations en 2 ans et débloqué 1,5 milliard d’euros supplémentaires ». « Je comprends les difficultés des éleveurs et je travaille à améliorer la situation ». Le Commissaire reconnaît toutefois que « la Pac est trop bureaucratique, même si elle reste la meilleure chance pour l’agriculture ».

 

Phil HOGAN est revenu sur la réduction des volumes de lait des pays européens, soit -150 000 t pour faire face à la crise, un programme de réduction qui pourrait devenir permanent selon le Commissaire européen. Sur le stock de lait poudre, il a affirmé qu’il cherchait de nouveaux marchés pour écouler la production. Phil HOGAN veut lui aussi une simplification de la Pac, « j’ai réduit les sanctions suite aux erreurs que les producteurs ont pu faire (dans leur déclaration, ndlr) et je m’arrange pour donner plus de souplesse à votre Gouvernement. L’Europe doit être une politique de soutien et pas une politique de sanction. La France peut être la grande puissance agricole européenne, elle doit prendre part à la réforme de la Pac ».

 

Interrogé par Christophe FISCHER, Président de la Chambre d’Agriculture de Haute-Marne sur les retards de paiement Pac pour le bio et les MAEC 2015, Phil HOGAN explique avoir fait son possible. « J’ai utilisé tous les outils législatifs en mon pouvoir, 95 % de l’enveloppe était disponible, mais l’UE ne peut pas tout faire, l’État français doit respecter ses engagements ».

 

Retrouvez la suite de notre article dans notre édition papier de cette semaine page 04 et page 05
Bonne lecture.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2469 | novembre 2017

Dernier numéro
N° 2469 | novembre 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui