L'Avenir Agricole et Rural 13 septembre 2018 à 09h00 | Par L'Avenir Agricole et Rural

LAIT : LA FDPL ECHANGE AVEC NICOLAS LACROIX

La FDPL de Haute-Marne a rencontré le président du Conseil Départemental Nicolas Lacroix à l’occasion d’une visite au GAEC de Stron à Darmannes. Après des explications sur le rôle du syndicat, celui-ci a sensibilisé l’élu aux nombreux dossiers d’actualité.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La FDPL a présenté sa structure et les attentes des éleveurs à Nicolas Lacroix au GAEC de Stron.
La FDPL a présenté sa structure et les attentes des éleveurs à Nicolas Lacroix au GAEC de Stron. - © T MORILLON

Après les rencontres des Députés haut-marnais, la Fédération Départementale des Producteurs de Lait de Haute-Marne continue à exprimer ses attentes auprès des élus. C’est au tour du président du conseil Départemental d’être invité sur une exploitation laitière, chez Agnès et Jean-Michel Aubertin, polyculteurs éleveurs à Darmannes. Cette exploitation laitière de 330 ha compte 220 bovins ainsi qu’un atelier allaitant.

 

Fédérer les éleveurs

Conduite par son président Florent Cressot, la délégation de la FDPL s’est présentée à Nicolas Lacroix. Le syndicat regroupe 70 % des producteurs de lait du département (environ 500 éleveurs), son rôle est de les fédérer et de les accompagner pour qu’ils ne soient pas seuls dans leurs relations avec les acheteurs.

 

Florent Cressot a rappelé la situation particulière du département qui compte 11 acheteurs de lait. «Nous avons la chance d’en avoir un certain nombre, ainsi que trois AOP et un IGP/Label rouge qui permettent aux éleveurs concernés par ces productions de tirer la valorisation vers le haut».

 

Objectif : une juste rémunération

Ce fut également l’occasion d’aborder les sujets brûlants comme les Etats Généraux de l’Alimentation. La FNPL est très vigilante sur ce dossier et veille a ce qu’il aboutisse à une meilleure rémunération des producteurs. «Nous avons rencontré les Députés du département pour les sensibiliser. On parle beaucoup d’écologie, du sans OGM, du bio, mais pas de retour de la valeur» explique Florent Cressot. Un message entendu par Nicolas Lacroix : «sans rémunération il n’y aura plus de producteurs».

Suite de l'article en page 5 de notre journal

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2522 | novembre 2018

Dernier numéro
N° 2522 | novembre 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui