L'Avenir Agricole et Rural 25 août 2016 à 08h00 | Par L'Avenir Agricole et Rural

Lactalis - les demandes de la Profession

La loi SAPIN 2 doit permettre de renforcer le pouvoir des éleveurs.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le syndicalisme a obtenu la réouverture de la négociation sur le prix du lait. Une réunion s’est tenue le 25 août avec les représentants des OP Lactalis.
Le syndicalisme a obtenu la réouverture de la négociation sur le prix du lait. Une réunion s’est tenue le 25 août avec les représentants des OP Lactalis. - © Reussir

1- Stopper la spirale à la baisse des prix du lait

Il faut arrêter cette spirale à la baisse provoquée par les entreprises. Cette spirale, dans les conditions de marché intérieur ne se justifie pas. Suite aux actions menées par la profession, les distributeurs se sont engagés dans la charte de valeurs de la FNPL mais les industriels refusent toujours d’y adhérer. La charte laitière de la FNPL vise à maintenir une valeur d’équilibre tout au long de la filière.

Tous les industriels et Lactalis en premier doivent reconnaître le travail réalisé par le syndicalisme au travers de la charte et le répercuter sur le prix payé aux producteurs.

Tous les industriels, coopératives et privées, sont concernés. Les signataires de la charte doivent respecter leur engagement pour maintenir un niveau de valorisation sur le marché intérieur.

Pour le syndicalisme, le renforcement du marché intérieur passe également par l’identification de l’origine. Nous demandons la mise en place d’un logo «produits laitiers Français».

2- Relancer les négociations entre OP et Entreprises sur les méthodologies prix du lait

L’autre point est la méthodologie du prix du lait. En France, nous sommes dans un schéma de contractualisation. Les producteurs produisent un volume défini dont une majorité est valorisée sur le marché intérieur. Nous ne pouvons donc pas rester sur ce mode de fonctionnement d’être payé uniquement sur le beurre - poudre. De nombreuses entreprises ont entrepris cette mutation avec leurs OP, Lactalis freine et repousse toujours les négociations avec ses OP.

Il faut que les discussions entre les OP Lactalis et l’entreprise commencent dans le cadre d’un contrat collectif et non individuel.

Les pouvoirs publics doivent nous y aider.

Nous attendons un signe de Lactalis vers ses producteurs et ses OP. Ce serait également une reconnaissance réelle des OP par le groupe.


Voir la suite de cet article dans notre édition du 26 août 2016 et la page 22.

Dernière minute :

En soutien à l’action de LAVAL, les FDSEA-JA et FDPL de la région Grand Est ont organisé le 25 août une manifestation devant l’usine Lactalis de Corcieux (88). Une délégation Haut-Marnaise y a participé.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2453 | juillet 2017

Dernier numéro
N° 2453 | juillet 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui