L'Avenir Agricole et Rural 26 septembre 2019 à 15h00 | Par R.C.

La viande du terroir poursuit sa conquête

Interbev a célébré la première année de la marque Viande du terroir Champagne-Ardenne le lundi 2 septembre lors de la Foire de Châlons.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Xavier Lerond, président d’Interbev Grand Est : « il faut garder une identité régionale pour redonner une identité à nos produits ».
Xavier Lerond, président d’Interbev Grand Est : « il faut garder une identité régionale pour redonner une identité à nos produits ». - © Photo d'archives

«À Châlons, nous voulons communiquer sur la proximité, il y a un an, nous avons lancé la marque Viande du Terroir Champagne-Ardenne pour montrer au consommateur qu’il est possible de manger local et de qualité », explique Xavier Lerond. ». Le président d’Interbev Grand Est se félicite de la progression des ventes avec une centaine de tonnes en un an, « un abatteur est engagé, le groupe Bigard, et on essaie d’avoir l’abattoir Rethel ». C’est un début, « il faut monter en puissance mais nous y croyons », souligne Xavier Lerond. « Nous travaillons pour le paysan, pour la filière et pour le consommateur final qui est attentif au bien-être animal et qui veut de la traçabilité et de la qualité », ajoute le président qui martèle, « nous répondons à tous ces critères ».
L’objectif pour la deuxième année est de conquérir la restauration hors domicile. « C’est important et la loi Egalim doit nous aider ».

Onze jours  de maturation

Il y a un an, les élus d’Interbev Grand Est, ont voulu dépoussiérer la démarche « Éleveurs de Champagne-Ardenne ». Après avoir lancé une étude auprès de consommateurs, le choix s’est porté sur un nouveau nom, un cahier des charges avec de nouvelles exigences et pour le plus voyant auprès des acheteurs, un nouveau logo. Une nouvelle bannière est née : « Viande du Terroir » Champagne Ardenne. Elle offre une traçabilité totale depuis l’éleveur jusqu’au consommateur qui garantit une origine 100 % locale. La viande bovine est issue d’animaux nés, élevés et abattus dans la région. Elle est longuement maturée afin d’assurer sa saveur, sa tendreté et sa jutosité.

Vous pourrez retrouver la suite de cet article dans notre édition du 27 septembre 2019

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2578 | décembre 2019

Dernier numéro
N° 2578 | décembre 2019

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS
L’actualité en direct
Chambre d'agriculture

    Les ARTICLES LES PLUS...

    Voir tous

    Voir tous

    Voir tous

    À LA UNE DANS LES RÉGIONS

    » voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui