L'Avenir Agricole et Rural 15 juillet 2021 a 10h00 | Par TM

La vallée du Mouzon met à l’honneur ses savoir-faire

Le 10 juillet des portes ouvertes ont eu lieu à la SARL Bouton à Outremecourt afin de présenter les savoir-faire de la vallée du Mouzon. Le public a pu rencontrer artisans et entreprises, parmi lesquels la ferme Au bon vieux temps, le GAEC Bois de ville et la fromagerie Laistelle.

Abonnez-vous Reagir Imprimer

C’est la quatrième fois que cette journée portes ouvertes est organisée. Le but, mettre en avant les savoir-faire locaux en réunissant les professionnels dans un même lieu pour une moment convivial. Cette année, 11 entreprises ont répondu présent à Outremécourt pour des démonstrations, expositions et autres activités. Le public apprécie tout particulièrement ces rencontres, d’autant plus que le repas était concocté par des producteurs locaux : la ferme Au bon vieux temps, le GAEC Bois de ville et la fromagerie Laistelle.

Maraîchage sur sol vivant
Sarah Chahid s’est installée fin 2019 à Outremécourt. Elle cultive des légumes et élève 100 poules pondeuses, le tout en agriculture biologique. « En m’installant mon but était de manger plus sainement. Il est plus difficile de produire en bio car on est souvent impuissant face aux ravageurs, mais je voulais être autonome sur ma ferme et ne pas dépendre d’intrants extérieurs, même si je suis encore dépendante pour l’alimentation de mes poules » explique Sarah Chahid.

Limousine Label rouge

Egalement situé à Outremécourt, le GAEC Bois de ville est l’exploitation de la famille Mathieu. Josette, Philippe et leur fils Jean-Jacques élèvent 140 vaches Limousines Label rouge et 500 brebis (agneaux d’herbe). La ferme a aussi une cinquantaine de cochons élevés en plein air. Le système herbager est largement privilégié puisque 95 % des 300 ha de la ferme sont en herbe. Le Label rouge garantit que les Limousines ont une alimentation sans OGM et sans urée, avec un minimum de 5 mois de pâturage. Ce qui était le cas de l’exploitation avant d’être labellisée. « Notre objectif est de faire de la qualité. Notre viande bovine a au minimum 3 semaines de maturation, ce qui lui donne un autre goût » précise Jean-Jacques Mathieu.

La ferme fait de la vente directe depuis deux ans. « L’année 2019 était catastrophique au niveau des prix autant pour les bovins que les ovins. La vente directe permet de mieux valoriser nos productions, quitte à en faire un peu moins » indique l’éleveur.

Lait de Jersiaise

La fromagerie Laistelle est située à la ferme Novalait à Graffigny-Chemin. Projet créé en 2016 par Estelle Deru, son frère Yannick l’a vite rejoint dans l’aventure. Les deux associés aidés de leurs trois salariés fabriquent fromages (frais et bûches), yaourts, fromages blanc et faisselles. « Nous transformons uniquement la traite du matin, cela représente environ 500 litres de lait par jour » explique Yannick Deru. La fromagerie fabrique aussi de la crème crue, mais plus pour longtemps car l’opération est trop chronophage. Particularité de la fromagerie Laistelle : l’utilisation du lait de Jersiaise, une race assez méconnue. « C’est un lait plus riche en matières grasses et en matières protéiques.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2667 | août 2021

Dernier numéro
N° 2667 | août 2021

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS
L’actualité en direct
Chambre d'agriculture

    Les ARTICLES LES PLUS...

    Voir tous

    Voir tous