L'Avenir Agricole et Rural 03 décembre 2020 a 07h00 | Par L'Avenir Agricole et Rural

La solidarité sanitaire 2019 / 2020

L’année 2020 est exceptionnelle en termes de sanitaire qu’il soit humain ou bovin. Comme à son habitude, le GDS 52, à l’occasion de la commission Caisse Coup Dur, étudie les aléas sanitaires des éleveurs du département afin de les indemniser.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Depuis le 01/08/2019 un arrêté national pour le plan BVD va permettre au GDS de faire appliquer la législation en cours avec l’aide de la DDCSPP.
Depuis le 01/08/2019 un arrêté national pour le plan BVD va permettre au GDS de faire appliquer la législation en cours avec l’aide de la DDCSPP. - © PRIM’HOLSTEIN FRANCE

C’est à cette période que le GDS 52 verse ou rembourse aux éleveurs ayant eu d’importantes pathologies sanitaires en IBR, BVD et para tuberculose mais également ayant subit des avortements à répétition, ou des pertes d’animaux pour cause sanitaire (Caisse Coup Dur). Le GDS 52 rembourse également aux JA tout ou une partie de leur adhésion la première année et une quote part (5 %) de la cotisation adhérent si le paiement est réalisé avant le mois de février. Cette solidarité sanitaire est le fruit de la mutualisation des adhérents.

340 771 € d’aides ont été répartis entre les éleveurs pour des aléas sanitaires et autres remboursements qui sont situés entre le 01/10/2019 et le 30/09/2020. Le financement est assuré en partie par le Conseil Régional (122 000 €), le Conseil départemental (réduction du coût des analyses BVD, para tuberculose et dans le cadre de la prophylaxie) et le solde par le GDS 52. Merci aux différents financeurs pour leur contribution active à l’action sanitaire du département. En souhaitant les reconduire pour 2021…..notamment au niveau du Conseil Départemental.

L’option de la Caisse Coup Dur

La Caisse Coup Dur a permis de rembourser 55 682 € aux éleveurs qui en ont fait la demande. C’est une option que vous choisissez lors de l’adhésion au GDS, elle vous permet de vous garantir d’un certain nombre d’aléas sanitaires dont l’éleveur n’est pas responsable :
En 2019/2020, 61 % des éleveurs ont pris cette option.
La Caisse Coup Dur couvre :
* De 30 à 80 % des mortalités en élevages ou lors d’une saisie à l’abattoir pour des raisons sanitaires avec attestation du vétérinaire et analyses (PCR généralement) afin d’étayer votre demande.
* 100 % des frais d’analyses, que l’éleveur réalise sur son exploitation en partenariat avec le GDS, en vue d’établir un diagnostic lors d’aléas sanitaire.
* Un forfait de 65 € permet de rembourser les autopsies.
* Pour toutes autres demandes, contacter votre GDS afin de réaliser les différentes recherches avec votre vétérinaire.

Cette année de nombreux éleveurs ont sollicité la Caisse Coup Dur afin de les accompagner lors d’aléas sanitaires. Une commission se réunit une fois par an afin d’étudier l’ensemble des demandes. Toutes ces dernières ne sont pas prises en compte, c’est le vétérinaire et les professionnels qui décident de la prise en charge à réaliser en fonction des éléments qu’ils ont à leur disposition (un dossier doit comprendre des analyses -PCR notamment- et les attestations vétérinaires).

La BVD en quelques chiffres

La BVD reste activement recherchée, c’est l’ennemi public numéro 1, les pertes économiques sont souvent très importantes pour cette maladie. Le GDS s’est engagé depuis plusieurs années à aider les éleveurs à éradiquer la maladie. Le GDS souhaite continuer en 2020 et 2021. Mais le GDS seul ne peut pas éradiquer la BVD, pour être efficace et efficiente cette action a besoin du soutien des autres partenaires du sanitaire et des différentes O.P.A. du département, mais aussi des vétérinaires. Mais dans notre département certains vétérinaires ne sont pas encore en phase avec le plan d’éradication de la BVD mis en avant dans la région Grand Est et l’arrêté national.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2657 | juin 2021

Dernier numéro
N° 2657 | juin 2021

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS
L’actualité en direct
Chambre d'agriculture

    Les ARTICLES LES PLUS...

    Voir tous

    Voir tous