L'Avenir Agricole et Rural 15 octobre 2015 à 08h00 | Par T MORILLON

La sécurité sociale, 70 ans d’existence !

La sécurité sociale a fêté ses 70 ans, pour l’occasion, une exposition qui retrace son histoire a été présentée au mémorial Charles de Gaulle. Un conférencier est également intervenu pour présenter les évolutions de ce système.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
De gauche à droite, Jacques Haraut, Président de la CPAM , William Gardey, Président de la CNAMTS, Jean Louis Derouss en, Président de la CNAF et Bruno Palier, Directeur de recherche au CNRS.
De gauche à droite, Jacques Haraut, Président de la CPAM , William Gardey, Président de la CNAMTS, Jean Louis Derouss en, Président de la CNAF et Bruno Palier, Directeur de recherche au CNRS. - © T.M.

Hommage a une identité sociale

Le 5 octobre, à Colombey-les-Deux-Eglises, les visiteurs étaient nombreux pour fêter cet événement. Tous les organismes de la sécurité sociale étaient présents : CPAM, CAF, RSI, DRSM, MSA, URSSAF, ainsi que l’UDAF (Union Départementale des Associations Familiales.

Mathieu Geagea, directeur du mémorial a souligné l’importance de célébrer cet anniversaire : « 1 945 est marqué par la reconstruction du pays, c’est une année avec beaucoup de réformes structurelles, dont la naissance de la sécurité sociale qui constitue la plus grande avancée sociale du siècle dernier, grâce à Charles de Gaulle ».

Jacques Haraut, président de la CPAM de Haute-Marne a salué la présence de 2 classes du lycée Bouchardon de Chaumont et a rendu hommage à « ceux qui ont construit la sécurité sociale : Ambroise Croizat et Pierre Laroque ». Jean-Louis Deroussen, président de la Caisse Nationale des Allocations Familiales, a déclaré : « le principe central de la sécurité sociale est la solidarité, cette identité sociale collective constitue notre spécificité. Cet anniversaire permet de mieux expliquer les différentes actions réalisées. La protection sociale porte des valeurs d’avenir et la politique familiale a su se moderniser ».

William Gardey, président de la Caisse Nationale de l’Assurance Maladie des Travailleurs Salariés a indiqué que la sécurité sociale est « une véritable transformation sociale qui a permis un accès au droit pour tous. On est passé d’une logique assurancielle à une logique de sécurité nationale ». Il a souligné l’attachement des citoyens français à ce système universel et a rappelé la mission principale de la CNAMTS : garantir et améliorer la qualité et le droit aux soins.

 


Un triple projet

Bruno Palier, directeur de recherche au CNRS à Sciences Po est revenu sur le projet initial de la sécurité sociale, ses réalisations, ses évolutions et ses difficultés. A sa création, l’un de ses objectifs était de soutenir la croissance économique. En donnant un revenu aux gens, on soutient la consommation et on développe la croissance. C’est également un projet politique : la sécurité sociale doit répondre aux besoins des familles ouvrières, on a donc donné davantage de sécurité aux ouvriers en reconnaissant l’insécurité au travail. Enfin, c’est bien évidemment un projet social. Après la guerre il fallait soutenir les familles nombreuses, améliorer l’état de santé des gens et sécuriser les revenus. Selon Bruno Palier, tous ces objectifs ont été atteints, de grands progrès sociaux ont été acquis grâce à ce système et l’espérance de vie a considérablement augmenté.

Pierre Laroque, l’un des pères de la sécurité sociale a écrit un rapport sur le vieillissement de la France dans les années 60, il en est ressorti que de plus en plus de personnes vivent vieux et pauvres. Suite à cela, l’État a fait en sorte d’améliorer les conditions d’attribution de la retraite pour que les retraités aient le même niveau de vie que la majorité de la population. Grâce à ces avancées, les retraités ne sont généralement plus pauvres depuis le milieu des années 70.

Les difficultés du système

Actuellement, la croissance économique du pays est très faible, il y a moins de personnes qui travaillent et donc moins de bénéfices qui en découlent. En ajoutant à ceci l’allongement de l’espérance de vie, cela aboutit à une régulière augmentation des prestations. Bruno Palier a indiqué que la sécurité sociale faisait face à un problème structurel : « avec la mécanisation, il y a de moins en moins d’ouvriers alors que ce système a été créé par eux et pour eux ».

Vous pourrez retrouver la suite de cet article dans notre édition du 23 Octobre 2015.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2469 | novembre 2017

Dernier numéro
N° 2469 | novembre 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui