L'Avenir Agricole et Rural 09 juillet 2020 à 11h00 | Par CA 52-10

La question du Colza dans les exploitations du BARROIS

Le colza a été longtemps la culture phare des assolements du Barrois. Aujourd’hui, au terme d’une campagne marquée par une forte augmentation de la pression des ravageurs d’automne et par les aléas climatiques, sa place dans les assolements pose question.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Identifier une solution pour répondre à la question du colza en Barrois, ci-dessus : un beau colza et un colza gelé.
Identifier une solution pour répondre à la question du colza en Barrois, ci-dessus : un beau colza et un colza gelé. - © CA 10-52

La campagne 2019-2020 a été pour les exploitations du Barrois l’occasion de réaliser un auto-diagnostic OSER en Barrois et de se positionner sur les 3 axes de performance (Agronomie, gestion des investissements et stratégie de commercialisation) identifiés comme stratégies gagnantes dans les zones intermédiaires. Début juin, la Chambre d’agriculture a interrogé les agriculteurs pour avoir leur avis sur la démarche ainsi que pour recueillir leur sentiment avant la moisson 2020.

Côté moisson 2020, les agriculteurs estiment des baisses de rendements significatives dans les cultures d’hiver et de printemps et prévoient des difficultés financière à venir.

Retour sur une année de déploiement d’OSER en Barrois

Sur une quarantaine d’agriculteurs enquêtés, plus de 90 % trouvent l’autodiagnostic comme utile à très utile et expriment qu’il permet de conforter ses choix ou bien de se remettre en question en mettant le doigt sur les points à améliorer. Ils sont tous favorables à ce que nous poursuivions cette action le plus largement possible. Les élus référents du projet OSER en Barrois partagent cet avis mais souhaitent que la question de la place du Colza dans les assolements du Barrois soit abordée !

Doit-on continuer à cultiver du colza sur nos terres du Barrois ?

Dans un contexte où la pression ravageurs oblige à activer différents leviers agronomiques devenant de plus en plus coûteux pour l’agriculteur, la question se pose !

Il est important d’avoir quelques règles de décision qui ne sont pas sans conséquence sur les systèmes de production.

• Secteurs à bon potentiel, là où les colzas s’intègrent dans une rotation allongée : dans cette situation, le colza garde toujours son intérêt, à condition de le limiter à 15 % de la sole et de mettre en place un itinéraire technique permettant à la plante de se développer de manière continue tout au long de son cycle.

• Secteur à potentiel intermédiaire, là où les colzas nous permettaient jusqu’à présent d’assoler nos cultures sur 3 années : ce système est révolu.
Les problèmes s’accumulant, il devient illusoire de produire de cette façon. Le colza est devenu une culture à risques, obligeant à investir de plus en plus (engrais, semences, insecticides, herbicides) sans être assuré d’une bonne récolte. Dans ces situations, il faut privilégier les parcelles les plus opportunes à recevoir du colza : les moins sales en dicotylédones/graminées et les plus productives.

• Secteur à faible potentiel, avec des pressions ravageurs et/ou des salissements devenus insurmontables : hors de question de produire du colza dans de telles situations ; seul un colza « opportuniste » avec des charges limitées peut encore s’envisager ; l’idée est de semer plusieurs espèces pour espérer en récolter au moins une.

Vous pourrez consulter l'intégralité de cet article dans notre édition du 10 juillet 2020

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2612 | août 2020

Dernier numéro
N° 2612 | août 2020

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS
L’actualité en direct
Chambre d'agriculture

    Les ARTICLES LES PLUS...

    Voir tous

    Voir tous

    Voir tous

    À LA UNE DANS LES RÉGIONS

    » voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui