L'Avenir Agricole et Rural 30 mars 2017 à 08h00 | Par L'Avenir Agricole et Rural

La proximité de plus en plus plébiscitée par le consommateur

Le mardi 7 mars dernier, se sont tenues, à la maison de la Région à Metz, la troisième rencontre des assises régionales pour le développement des filières et des marchés alimentaires dans la région Grand Est.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
86 % de la hausse du chiffre d’affaires des produits alimentaires en Gms est issue de produits alimentaires bio ou en relation avec le concept de proximité.
86 % de la hausse du chiffre d’affaires des produits alimentaires en Gms est issue de produits alimentaires bio ou en relation avec le concept de proximité. - © DR

Ces assises régionales des Gms ont permis de rassembler l’ensemble des acteurs du commerce et de dresser un état des lieux des filières alimentaires de la région. L’objectif étant de comprendre les enjeux, d’interroger les intervenants et les acteurs majeurs et d’identifier par filière et par produit les leviers qui permettront la mise en ½uvre d’une démarche de consultation et de co-construction menée avec les partenaires.

Pour Philippe Mangin, vice président de la région Grand Est en charge de la ruralité et de l’agriculture, « cette rencontre s’inscrit dans la démarche de construction de la nouvelle politique de la Région ».

On observe une croissance de la demande des consommateurs pour s’approvisionner en produits de proximité. Sébastien Loriette, vice-président de la Chambre régionale du Grand Est, explique que « cette demande est une opportunité pour les 50 000 exploitations du territoire, les produits étiquetés avec origine étant source de valeur ajoutée ».

Autour des différents témoignages et interventions, l’après-midi a permis à l’ensemble des maillons de la filière de s’exprimer et d’identifier les leviers pour pouvoir satisfaire la demande des consommateurs.

Des distributeurs à l’écoute des consommateurs

Les Grandes et moyennes surfaces (Gms) doivent toujours s’adapter aux attentes du consommateur.

Depuis une dizaine d’années, le monde de la distribution a subi de nombreuses mutations, notamment avec l’émergence

du numérique et des drives ou encore dans l’investissement dans les formats de proximité de type supérette. Il est cependant à retenir que dans le Grand Est, le poids des hypers est plus important qu’au niveau national.

Offrir une gamme de produits

dits de « proximité » est également un défi pour les distributeurs, sachant que 86 % de la hausse du chiffre d’affaires des produits alimentaires en Gms est issue de produits alimentaires bios ou en relation avec le concept de proximité.

La notion de « proximité » est de plus en plus plébiscitée car cette notion permet à l’acheteur, d’une part de se rassurer sur la qualité de son produit, mais aussi de favoriser les emplois locaux et de réduire l’impact sur l’environnement.

En 2015, selon une étude du Credoc, 21 % des Français privilégiaient, lors de leurs achats

alimentaires, le fait que le produit soit fabriqué à proximité du lieu d’achat.

Une production à adapter à la demande

Avec 52 % de son territoire consacré à l’agriculture, le Grand Est, une région leader au niveau agricole et agroalimentaire au plan national. Avec une agriculture à la fois très spécialisée et très diversifiée, elle emploie 10 % des actifs de la région.

L’après-midi a servi à mettre en avant les enjeux de développement pour les différentes productions.

Pour le secteur de la viande bovine où la consommation est en baisse, il reste encore une part de consommation de viande qui n’est pas régionale alors que la production locale pourrait la satisfaire.

Cet écart est encore plus marqué dans la viande porcine, où la consommation de charcuterie est très importante, alors que la production et l’abattage de porcs sont très peu présents. Pour le secteur ovin, la consommation est également supérieure à la production mais la part d’agneaux abattus dans la région est marginale.

La filière fruits et légumes présente des produits phares pour la région, mais le territoire reste sous-consommateur de ces produits, avec une organisation de producteurs peu présente par rapport à d’autres bassins de production en France. Il reste encore des filières qui ne sont pas présentes sur le territoire comme l’élevage de veaux.

Vous pourrez lire la suite de cet article dans notre édition du 31 mars 2017.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2469 | novembre 2017

Dernier numéro
N° 2469 | novembre 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui