L'Avenir Agricole et Rural 23 juillet 2015 à 08h00 | Par L'Avenir Agricole et Rural

La paille, fourrage incontournable des crises fourragères

Après plus d’un mois sans pluie, une semaine de canicule et peu d’espoir de voir la tendance s’inverser, la situation fourragère devient très préoccupante. Les prairies sont d’ores et déjà grillées et les maïs attendent désespérément les orages. La crise s’installe, fourragère et économique, l’élevage souffre.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Pour les génisses d’élevage et les vaches allaitantes, la paille peut remplacer une part importante des fourrages manquants.
Pour les génisses d’élevage et les vaches allaitantes, la paille peut remplacer une part importante des fourrages manquants. - © AR

Quel avenir pour les maïs ?

Tout le monde garde en mémoire les maïs de 2003, tous ensilés entre le 10 et 15 août et redoute cette perspective. Et pourtant, il  nous faut bien l’imaginer. Si dans les jours à venir un minimum de précipitations ne vient pas inverser la tendance, il faudra songer à les récolter.

En effet, en l’absence  de fécondation, il n’y aura pas de grains dans la plante ; il faudra pouvoir à minima conserver la matière verte, et ne pas attendre son dessèchement complet.

Dans ce scénario pessimiste, les ensilages pourraient se dérouler 1ère  quinzaine d’août.

Sachant que le grain représente en moyenne 50 à 60 % du rendement, l’alimentation hivernale  ne pourrait tabler au mieux que sur une demi-ration ensilage maïs.

Garder ensilage herbe et foin pour les animaux à besoins élevés

Les récoltes d’herbe 2015, ont en général été de bonne qualité et en quantité normale. Elles pourront ainsi être réservées  pour nourrir les vaches laitières (ou allaitantes ou au vêlage).

Pour exemple les deux rations ci-contre permettent  une production laitière d’environ  30 l avec apport d’herbe (foin et ensilage) de plus de 50 % de la ration.

L’équilibre énergétique est renforcé par un apport de céréales (ou pulpes, corn…).

La paille : pour tous les autres animaux… mais avec du grain

Presque exclusivement constituée de tiges de céréales à maturité, la paille renferme une proportion élevée de tissus lignifiés, peu dégradables par les microorganismes du rumen.

C’est un fourrage encombrant et peu digestible. Néanmoins, c’est une ressource intéressante si la complémentation est adaptée.

Employer des pailles bien conservées

Récoltées sèches et stockées à l’abri.

Apporter un complément azoté

- 100 g de tourteau de soja par kg de paille ou 150 g de tourteau de colza.

- OU des sous produits bien pourvus en azote et en sucres solubles (corn gluten feed, drèches…)

- OU de l’aliment liquide (5 à 10 % de la quantité de paille).

Apporter un complément énergétique

Les céréales doivent être aplaties ou grossièrement broyées.

Avec de fortes quantités de concentrés, introduire des concentrés riches en cellulose (pulpes de betteraves, son, corn gluten feed…)

Apporter systématiquement minéraux et vitamines

Adapter le rapport phospho-calcique selon les aliments associés à la paille.

A l’extrême, la paille peut être distribuée comme fourrage unique avec une complémentation en céréale importante. Mais le plus souvent, la stratégie consistera à l’associer au foin ou à l’ensilage distribuée en quantité modérée.

Les parts relatives des pailles et des autres fourrages seront ajustées en fonction de l’importance du déficit fourrager, du coût des produits de remplacement et des catégories animales.

Pour les litières

- Paille de céréales : utiliser la juste quantité

Le gaspillage de paille augmente en général la température des litières et en conséquence le taux cellulaire du lait. Il est conseillé d’apporter :

Stabulation libre paillée : 1 kg de paille par m² d’aire paillée (bâtiment où la surface par vache est suffisante).

- Stabulation à logettes : de 0.5 à 2 kg de paille par jour et par vache (logette) selon la nature du produit souhaité (lisier ou fumier mou).

- Quels substituts possibles

Afin d’économiser la paille de céréales pour la destiner à l’alimentation des troupeaux, il est possible de la remplacer par les matériaux de litière suivants (dans tous les cas bien secs, stockés à l’abri de la pluie) :

- Sciure : la sciure de bois blanc est préférable à celle des résineux ; la combiner avec de la paille ou réserver la paille aux vaches laitières.

- Copeaux de bois : seuls ou combinés avec de la sciure ou de la paille

- Paille de colza : la conserver pour le paillage plus qu’à l’alimentation.

Ne serait-il pas intéressant de faucher aussi plus bas afin d’essayer de récupérer un peu plus de quantité de paille ?

Suite de cet article ainsi que les permanences des techniciens dans notre édition du 24 juillet 2015.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2469 | novembre 2017

Dernier numéro
N° 2469 | novembre 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui