L'Avenir Agricole et Rural 11 mars 2021 a 08h00 | Par TM

La filière ovine s’inquiète du renouvellement des générations

A l’occasion d’un déplacement à Foulain, le Préfet de Haute-Marne Joseph Zimet a visité Cobevim. L’occasion de présenter la seule coopérative dont le siège social est en Haute-Marne, mais aussi d’aborder les problématiques de la filière ovine.

Abonnez-vous Reagir Imprimer

Le 9 mars, Joseph Zimet s’est déplacé à la Cobevim, accompagné par Robert Henry, maire de Foulain, ainsi qu’une partie du conseil municipal. Ils ont été accueillis par Stéphane Roussey, président de la Cobevim et David Thenail, directeur. Ces derniers ont fait visiter les lieux et ont présenté l’activité de la coopérative.

Près de 50 ans d’existence
La coopérative haut-marnaise voit le jour en 1972, suite à la fusion des producteurs de porcs et de la coopérative de bétail et viande du Bassigny. A l’époque elle se nomme Cobevihm. En 1986 l’activité bovine s’arrête, ainsi que l’activité porcine 5 ans plus tard, afin de se spécialiser en ovins. En 1994 l’activité s’étend en Lorraine et la coopérative se renomme Cobevim (Coopérative bétail et viande du mouton). En 2007 le seuil des 100 000 ovins commercialisés est franchi.

2 000 moutons vendus par semaine
La commercialisation d’ovins est la principale activité. Avec 2 000 moutons vendus chaque semaine, elle représente les trois quarts du chiffre d’affaires. La coopérative commercialise environ la moitié des moutons du département. Elle collecte les animaux chez les éleveurs, livre les animaux à ses abattoirs partenaires et gère le suivi commercial. La coopérative a une capacité de stockage de 1500 animaux sur son site à Foulain. « Le but est qu’ils restent le moins longtemps possible. Le bien-être animal est primordial dans notre filière, cela fait longtemps que nos camions sont équipés de ventilateurs et de pipettes à eau pour que les animaux puissent s’abreuver pendant le transport » explique David Thenail. D’ailleurs la coopérative est engagée dans des filières de qualité : Agneau de nos Régions, Engagement Qualité Carrefour, Le Meilleur de l’Agneau du Grand Est, Lorraine Qualité Agneau, mais aussi deux Labels Rouges avec Le Diamandin et Agneau de l’Adret.

Susciter des vocations
« La Cobevim est un acteur majeur de cette filière » a souligné Joseph Zimet à la fin de sa visite. Celle-ci a permis d’échanger sur différents sujets. Pour Stéphane Roussey, « Le chantier le plus important c’est de réinstaller des jeunes. 50 % des brebis appartiennent à des éleveurs qui ont plus de 55 ans. Le renouvellement des générations est le gros challenge de demain ».

La filière ovine se mobilise, elle communique sur le métier en intervenant dans les lycées, agricoles ou non, et encourage les stages en exploitations ovines, mais le nombre de nouveaux éleveurs ovins ne compense pas les départs.
« Pourtant on est dans une filière où la demande existe, il y a une vraie demande de consommation locale d’agneaux. La filière a de la place pour installer des jeunes. Il faut continuer à leur donner les moyens et surtout leur donner l’envie de travailler » déclare David Thenail qui note que l’accès au foncier est le principal frein pour un nouvel installé.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2648 | avril 2021

Dernier numéro
N° 2648 | avril 2021

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS
L’actualité en direct
Chambre d'agriculture

    Les ARTICLES LES PLUS...

    Voir tous

    Voir tous