L'Avenir Agricole et Rural 19 avril 2018 à 09h00 | Par L'Avenir Agricole et Rural

LA FDPL A RENCONTRÉ BERANGÈRE ABBA

Des représentants de la FDPL de Haute-Marne ont rencontrés la nouvelle députée afin de lui présenter la structure, de dresser la situation des producteurs de lait du département et de faire le point quant à leurs attentes sur le projet de Loi post-EGA (Etats Généraux de l’Alimentation).

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La délégation de la FDPL chez Bérangère ABBA.
La délégation de la FDPL chez Bérangère ABBA. - © FDPL

Suite à 3 ans de crise et afin de maintenir les exploitations du département, Florent CRESSOT, président de la FDPL, a indiqué à Bérangère ABBA la nécessité, pour les producteurs de lait, d’obtenir un prix juste à partir d’une plus équitable répartition de la valeur ajoutée.

Or, en l’état, le projet de loi « pour l’équilibre des relations des relations commerciales et la juste répartition de la valeur » qui fait suite aux conclusions des Etats Généraux de l’Alimentation(EGA), ne changera rien à la situation actuelle.

Ce projet de Loi doit renforcer, voire compléter, les outils issus de la Loi Sapin 2.

Pour appuyer sur les difficultés encore rencontrées lors des négociations de prix entre OP et acheteur, Roger BRAUX, Président APLLAGE et représentant à l’UNELL (Union des Producteurs de Lait LACTALIS à laquelle adhère l’APLLAGE) a témoigné de l’état des très mauvaises relations existant avec LACTALIS dès qu’il s’agit d’obtenir un prix juste. Pour la FDPL seule une loi contraignante et respectée peut améliorer cette situation..

Au niveau national, la FNPL a émis une ambition claire sur le plan de filière laitière à travers « France, Terre de Lait ! ». Des propositions de la FNPL concernant le projet de Loi sont portées à l’Assemblée Nationale.

Bérangère ABBA a été à l’écoute des difficultés rencontrées par la profession et a dit partager la plupart des revendications portées par la FDPL tout en laissant toutefois entendre une certaine impuissance de l’état face au pouvoir de la grande distribution. Par ailleurs elle s’est dite consciente du travail accompli et de la qualité du lait issue des exploitations Haut-Marnaises.

A l’issue du rendez vous, le Plan de Filière « France, Terre de Lait » ainsi que les amendements portés par la FNPL sur le projet de loi post EGA lui ont été remis, avec le souhait que le parti de Mme Bérangère ABBA les reprennent à son compte.

La FDPL espère un appui et un relais politique fort pour enfin permettre aux éleveurs laitiers de vivre dignement de leur métier.

 

 

 

 

Le lait représente la production principale du département

avec 30 % du produit brut agricole.

La Haute-Marne c’est :

495 exploitations laitières (au 01/01/2018),

11 laiteries collectant dont 5 qui transforment.  L’industrie laitière est le premier employeur agroalimentaire du département avec environ 1000 emplois directs.

Riche aussi de sa transformation laitière, la Haute-Marne compte 3 AOP : l’Epoisses, le Langres et le Brie de Meaux mais aussi des fromages comme l’Emmental et le Caprice des Dieux.

Rappel sur la nouvelle fréquence des analyses

 

Depuis le  1er avril dernier, la fréquence des analyses en MG - MP - Cellules et Urée est passée en moyenne à 12 analyses par mois pour les collectes en 48h et en moyenne à 7 analyses par mois pour les collectes en 72h, au lieu d’une par semaine auparavant. L’augmentation de fréquence des analyses se fait sans changement des conditions de ramassage des échantillons par les laboratoires. L’ensemble des résultats de composition sera pris en compte pour l’établissement de la facture de lait mensuelle.

 

Décision CIL Grand Est du 11/12/2017


Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2514 | septembre 2018

Dernier numéro
N° 2514 | septembre 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui