L'Avenir Agricole et Rural 05 août 2015 à 08h00 | Par L'Avenir Agricole et Rural

La culture du lin

Dans l’assolement, le lin peut avoir des résultats bénéfiques, en structurant les terres. L’Avenir Agricole interroge EMC2 sur ce type de culture.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © EMC2

AAR Pourquoi conseilliez-vous la culture de lin oléagineux ?

J ZEHR « La culture de lin est adaptée au contexte pedo-climatique du Nord-Est de la France et, elle est bien maîtrisée agronomiquement. Elle permet de diversifier l’assolement, de rallonger la rotation et c’est un bon précédent blé. Les travaux de récolte sont répartis, puisque la récolte s’effectue facilement et généralement mi-août. Les normes sont identiques au colza et profitent du même barème H+I ( 9 % d’humidité et 2 % d’impuretés ) On peut aussi noter que le lin est insensible aux attaques de limaces et de pucerons. »

AAR Peut-on semer du lin dans tous les types de sol ?

J ZEHR « Il est préférable d’implanter en avril, le lin dans des sols profonds. Selon les types de sol, on peut espérer un rendement dans une fourchette de 20 à 30 Qx. »

AAR Les surfaces de lin vont-elles croître au printemps 2 016 ?

J ZEHR « Cette culture est développée par EMC2 par le biais de CEREST, après 2 années d’essais, elle représente aujourd’hui 1 500 ha pour tout le territoire de la coopérative. Le lin est une culture en filière, par conséquent la surface doit être en phase avec un débouché identifié avant le semis, et ainsi assurer une rémunération garantie aux adhérents. Pour le printemps 2016, nous espérons pouvoir proposer plus d’hectares. »

 


AAR Quel débouché pour le lin oléagineux ?

J ZEHR « Le lin est produit pour sa graine. La graine est transformée par VALOREX selon un procédé spécifique : l’extrusion. Le principal débouché après transformation est l’aliment du bétail. Les graines de lin contiennent naturellement des OMEGAS 3 et 6, ces acides gras essentiels se retrouvent aussi dans les aliments consommés ( lait, viande, œufs,) cette démarche participe donc « au mieux manger. » qui est portée par une association bien connue BLEU.BLANC.COEUR »

AAR Quelle rémunération aux producteurs et quel cahier des charges ?

J ZEHR « L’adhérent apporteur total a contractualisé pour 2015 à 450 E/T ( -20 E/T pour l’apporteur partiel ) Il doit fournir impérativement les fiches de traçabilité ou enregistrer dans son logiciel Champ d’Avenir toutes ses interventions . »

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2457 | août 2017

Dernier numéro
N° 2457 | août 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui