L'Avenir Agricole et Rural 18 septembre 2014 à 08h00 | Par Jean-Louis BLONDEL

La Chambre à la croisée des chemins

La dernière session de la Chambre d’Agriculture a mis en évidence sa spécificité consulaire tant par le contenu des débats, avec la participation de l’ONEMA, que par sa gestion financière, avec la tutelle de l’Etat. Un statut qui n’a rien de statique, bien au contraire !

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La Chambre d’Agriculture s’adapte à la nouvelle donne régionale et cherche à assumer aux mieux toutes ses missions dans un contexte budgétaire incertain.
La Chambre d’Agriculture s’adapte à la nouvelle donne régionale et cherche à assumer aux mieux toutes ses missions dans un contexte budgétaire incertain. - © E.D.

Services publics … et surtout privés

Après le traditionnel point de conjoncture au cours duquel ont été évoquées les difficultés des grandes cultures, la tension sur la viande et la relative embellie de la production laitière, Christophe FISCHER a abordé les projets de la Chambre d’Agriculture.

Stéphane CHARRIER, Directeur Adjoint, a présenté le projet 2 020 qui repose sur 4 activités stratégiques :

- les Missions de Services Publics (MSP),

- le conseil technico-économique,

- les actions collectives d’intérêt général,

- l’appui à formalités des agriculteurs.

La Chambre de Haute Marne a développé depuis longtemps les prestations services qui sont pour la plupart dans le domaine concurrentiel. Elle doit en rechercher la qualité, l’optimisation et leur adéquation à une demande des agriculteurs de plus en plus pointue.

La régionalisation des moyens permet de relever ce challenge. « Les Pouvoirs Publics nous y poussent aussi fortement » rappelle Christophe FISCHER qui préfère parler de mutualisation de moyens. Il précise que les 4 Chambres départementales et la Chambre Régionale se sont entourées d’un cabinet de conseil pour mener à bien ce projet dans un délai de 5 ans (la fin de la mandature actuelle). Cette démarche repose sur une approche pragmatique, expérimentée dans un premier temps sur 4 chantiers : l’installation, le FEADER, l’innovation et la représentation consulaire, notamment au niveau régional. Ces collaborations permettront de construire un projet de gouvernance plus global. Est-ce un premier pas vers une régionalisation de l’Institution à l’instar de ce qui a été imposé aux CCI ? Personne n’a la réponse à ce jour ; la volonté des responsables agricoles étant d’assurer le meilleur service de proximité.

 

Des fonds propres convoités par l’Etat

Les Pouvoirs Publics ont décidé de ponctionner les fonds propres des Chambres d’Agriculture pour soi-disant redonner du pouvoir d’achat aux contribuables. Au départ le prélèvement était fixé à 130 Mau niveau national, il serait retombé à 90 M étalés sur 3 ans. Pour la Haute Marne, cela pourrait représenter 1,6 M.

Il ne resterait plus que 90 jours de fonds de roulement, jugés suffisants par l’Etat, mais qui ne laissent plus aucune marge de manœuvre à l’établissement. Or, cette somme provient en grande partie des prestations et des restructurations récentes (fusion absorption de l’ADCL et de l’ADASEA). Elle devait de plus servir à autofinancer la rénovation de la Maison de l’Agriculture. Malgré l’incertitude financière et après avoir consulté le Préfet, la Chambre d’Agriculture a décidé de poursuivre le projet en finalisant, avec d’autres OPA louant des bureaux actuels, une société civile immobilière d’attribution (SCIA) dont l’objet sera de prendre en charge les travaux avant de restituer des lots de copropriété aux différents occupants intéressés.

Si l’état effectue cette ponction financière, les travaux seront remis en question, sinon ils pourraient débuter au début du 2ème semestre 2015.

Vous trouverez la suite de cet article dans notre édition du 19 Septembre 2014.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2421 | décembre 2016

Dernier numéro
N° 2421 | décembre 2016

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui