L'Avenir Agricole et Rural 30 août 2018 à 10h00 | Par L'Avenir Agricole et Rural

La campagne s’invite en ville

C’est sous un soleil radieux que la 65ème édition de la fête de l’agriculture s’est déroulée. Plusieurs milliers de visiteurs se sont promenés le long des allées pour profiter de cet évènement particulièrement convivial.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Jeux des Jeunes Agriculteurs (© TM) Stands © TM Délégation officielle © TM Stand © TM Présentation de vaches © TM Stand machinisme © TM Stand avicole © TM Chien de troupeau © TM Chien de troupeau © TM Moiss Batt Cross © TM Moiss Batt Cross © TM Stands © TM Vente directe © TM GROUPAMA © TM Jeunes Agriculteurs © TM Jeux © TM Jeux © TM Jeux © TM Lamas © TM Brune © TM Exposition de matériels © TM Matériels © TM M

Organisé depuis près d’un an par l’association J’Action 52 et les Jeunes Agriculteurs des cantons de Nogent, Langres, Fayl-Billot et Neuilly l’Evêque, la fête de l’agriculture a réussi son pari : déplacer un maximum de monde, et essayer de davantage toucher les citadins. Une cinquantaine de bénévoles se sont mobilisés tout au long de la journée, comme au stand restauration où ils se sont relayés pour pouvoir offrir aux visiteurs boissons et sandwichs. Le burger au fromage de Langres a eu beaucoup de succès et la bonne logistique des JA a permis de régaler tout le monde rapidement avec ce fameux hamburger concocté avec des produits locaux (sauf la viande originaire de Troyes). Le public a pu admirer le matériel agricole exposé, se promener le long des stands des différents OPA ou encore visiter le marché du terroir pour découvrir le savoir-faire des producteurs et des artisans.

Des animations pour tous
Les plus jeunes ont pu s’amuser dans le village enfants avec trampolines et structures gonflables. La mini-ferme était également l’occasion d’approcher des petits animaux. La société avicole de Haute-Marne a également apporté de nombreux volatiles. Des démonstrations de chien de troupeau ont ponctué la journée, l’occasion de montrer l’utilité du canidé pour la conduite du cheptel. Les vaches laitières étaient à l’honneur, différentes races ont été présentées au public : normande, prim’holstein, simmental, montbéliarde et brune.

La course de moiss batt cross a également attiré la foule. Quatre moissonneuses-batteuses customisées : la Dévoreuse (JA du canton de Doulevant/Montier-en-Der), la vache Milka (canton de Langres), la Kraken (Haute-Vallée) et la Moiss Rouge (canton d’Auberive), se sont affrontées sur un circuit dont l’état ressemblait plutôt à un terrain de cross qui, difficulté supplémentaire, était assez étroit, laissant peu de places aux véhicules pour se doubler. Autant dire que les sensations fortes étaient au rendez-vous : certains véhicules se sont retrouvés dans les bottes de paille !

Avec Agriko-Lanta, les JA, regroupés par canton, se sont affrontés en trois manches. La première était le ventriglisse où les jeunes devaient ramener le plus de boue dans un seau, puis ce fut le duel en équilibre sur une poutre au-dessus de l’eau, et enfin la difficile épreuve où il faut toucher un ballon en hauteur. Des défis qui se déroulent toujours dans une ambiance très festive, et qui finissent avec l’ensemble des joueurs dans la piscine.

Rentrée syndicale
Aurélien Brigand, président du Comité fête de l’agriculture 2018, a remercié les partenaires historiques, ainsi que les institutions qui ont soutenu l’évènement comme la sous-préfecture qui a apporté son appui. Il souligne le rôle très important de l’agriculture et des différents métiers qui y sont rattachés et a exprimé sa joie d’être le président de cette édition 2018 car «c’est l’un des grands rendez-vous du département où l’on propose la découverte d’un métier souvent critiqué et mal perçu».

Mais la fête de l’agriculture signifie également le lancement de la rentrée syndicale. Anthony Barbier, dont c’était la première fête en tant que président JA de Haute-Marne, a retracé les combats menés actuellement par le syndicat, «car notre mission est de communiquer sur notre métier, mais aussi de défendre les droits des agriculteurs». Après un commentaire sur les conditions météos de la dernière campagne qui a vu un hiver très humide suivit par une sécheresse persistante, la question du parc national a été abordé. En effet, JA et FDSEA de Haute-Marne et de Côte d’Or se sont mobilisés à deux reprises pour exprimer leur désaccord avec le projet du parc tel qu’il est présenté actuellement. «Nous voulons un projet de développement économique et durable où tous les secteurs sont entendus» explique Anthony Barbier. Les syndicats regrettent, entre autres, que les conséquences économiques ne soient pas chiffrés et craignent une mise sous cloche environnementale de la zone de coeur.

Vous pourrez retrouver la suite de cet article ainsi qu'un diaporama dans notre édition du 31 Août 2018.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2514 | septembre 2018

Dernier numéro
N° 2514 | septembre 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui