L'Avenir Agricole et Rural 21 février 2019 à 09h00 | Par T. Morillon

L’agriculture n’est pas un problème, mais une solution

Fort de sa large victoire aux élections Chambre d’Agriculture de la Haute-Marne, la FDSEA a organisé son assemblée générale le 15 février à Nogent. Le syndicat a évoqué les nombreux dossiers de l’année écoulée devant plus de 120 agriculteurs.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Sébastien Riottot (au centre) «on a l’impression de ne pas être compris par la société, il va falloir ouvrir nos fermes».
Sébastien Riottot (au centre) «on a l’impression de ne pas être compris par la société, il va falloir ouvrir nos fermes». - © TM

La FDSEA de Haute-Marne, qui compte 698 adhérents en 2018, a obtenu 64,86 % des voix pour le collège des exploitants, ce qui lui offre 15 sièges à la Chambre d’agriculture. Le Président de la FDSEA 52 Sébastien Riottot a félicité la forte mobilisation de ses équipes sur le terrain : «ces élections ont été un franc succès grâce à une campagne menée en commun. Ce bon résultat prouve qu’on est dans la bonne direction».

Riche activité en 2018
Face à la sécheresse qui a touché notre département, la FDSEA a alerté l’Administration sur la situation, afin d’être en mesure de réagir rapidement pour adapter les semis de SIE ou de CIPAN. «Nous avons été autorisés fin-septembre par la Commission européenne, à ne pas implanter les SIE dont l’implantation devait être réalisée avant le 20 août !» explique Thierry Lahaye, secrétaire général adjoint.

Les actions de la FDSEA ont permis d’obtenir un dégrèvement TFNB automatique de 54 % sur les parcelles en «pré» au cadastre, soit un retour entre 1,5 et 2 M € pour le département.

Lait : les ordonnances des EGA

«L’année 2018 n’aura pas été extraordinaire sur le prix du lait» constate Florent Cressot, Président de la FDPL 52. Une évolution de prix de -2,26 € pour Eurial UF et +3,23 € pour l’Ermitage. «Les années se suivent et se ressemblent malheureusement». 2018 aura été marqué par les ordonnances des EGA avec le relèvement du seuil de revente à perte à 10 % et l’encadrement des promotions. A présent le volume annuel de promotion ne doit pas dépasser 25 % du volume vendu. Autre ordonnance : l’intégration des coûts de production dans le calcul des prix. «C’est sur ce point que nous devons nous défendre et nous imposer. Je souligne l’importance de nos Organisations de Producteurs car être regroupé nous rendra plus forts» souligne Florent Cressot. La dernière ordonnance concerne la coopération qui doit aussi intégrer des indicateurs de coût de production dans la fixation du prix et permettre un retour de valeur au producteur.

La transmission agricole

Anthony Barbier, Président des JA 52, a évoqué le projet agricole du syndicat pour les 6 prochaines année : une agriculture qui progresse, innovante, reconnue et au coeur du projet européen. Elle doit aussi être attractive car plus de 50 % des exploitants vont partir en retraite dans les 10 prochaines années. C’est dans ce but que les JA travaillent sur le renouvellement des générations en agriculture. Au niveau national, le syndicat a ressorti deux thématiques. Tout d’abord le suivi post-installation : le rendre accessible aux jeunes et leurs montrer l’importance d’une installation bien cadrée.

Une fausse image
Depuis des décennies, les industriels réalisent des publicités qui donnent une fausse image de l’agriculture. Des spots qui ne montrent pas la réalité : on y verra un paysan avec une faux dans un champ, mais jamais la moissonneuse dernier cri. «La véritable agriculture ce n’est pas le SIA, mais le SIMA» rappelle Olivier Frey. Certaines émissions de télévision comme «L’amour est dans le pré», donnent une image sympathique, mais caricaturale de l’agriculture, alors que d’autres l’agressent régulièrement comme «Cash Investigation» et «Envoyé Spécial». «L’agri-bashing se forme car les médias et les journalistes ne creusent pas assez en profondeur les sujets agricoles pour rétablir la vérité» explique Olivier Frey. Ce phénomène est accentué par les scandales sanitaires qui sont plus médiatisés qu’auparavant.

Vous pouvez retrouver la suite de cet article dans notre édition du 22 Février 2019.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2556 | juillet 2019

Dernier numéro
N° 2556 | juillet 2019

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS
L’actualité en direct
Chambre d'agriculture

    Les ARTICLES LES PLUS...

    Voir tous

    Voir tous

    À LA UNE DANS LES RÉGIONS

    » voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui