L'Avenir Agricole et Rural 06 novembre 2020 a 10h00 | Par H. Flamant

L’agriculture au service de l’apiculture

Agriculteurs et apiculteurs étaient invités à échanger sur le thème de la biodiversité, le 20 octobre, à Agrimax, à l’initiative de la FRSEA Grand Est. Les témoignages ont permis de démontrer qu’agriculture et apiculture peuvent coexister de façon constructive.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
« La biodiversité est une opportunité pour l’agriculture » soutient Benoît Collard, agriculteur dans la Marne et secrétaire général de l’association Symbiose.
« La biodiversité est une opportunité pour l’agriculture » soutient Benoît Collard, agriculteur dans la Marne et secrétaire général de l’association Symbiose. - © H. FLAMAND

La biodiversité, l’association Symbiose, a pris le sujet à bras le corps depuis 2012, date de sa création. Elle rassemble les acteurs de la Marne pour la gestion de la biodiversité (recherche, agriculteurs, chasseurs, apiculteurs, financeurs...) et accompagne les initiatives en faveur de la biodiversité. Leur slogan « Pour des paysages de biodiversité ». «La biodiversité est une opportunité pour l’agriculture. Mais il y a un vrai besoin de pédagogie avec les agriculteurs. Il faut aborder en même temps l’écologie, l’économie et le social», estime Benoît Collard, agriculteur dans la Marne et secrétaire général de l’association. Lui-même a une sensibilité particulière à la biodiversité. « L’ensemble de mes parcelles sont coupées par des bandes de 4 m implantées avec des graminées, du sainfoin et des îlots d’arbustes ».
Un des premiers projets concrétisés par l’association est celui de la commune de Tilloy-et-Bellay. « Le projet de GIEE « Agriculture et Biodiversité Autour de Tilloy-et-Bellay » porté par la chambre d’agriculture avait pour objectif premier l’amélioration de la qualité de l’eau. Nous avons greffé dessus un volet biodiversité, explique Benoît Collard. Il y a 60 km de chemins sur la commune soit 120 km de bordures. Nous avons travaillé sur la gestion de la fauche de ces bordures et réalisé de nouveaux aménagements : bandes de phacélie, bandes de luzerne avec fauche différenciée, plantation de haies... ».

Suivi  des résidus de produits phytosanitaires dans les pollens

L’association porte aussi des projets en lien avec les apiculteurs, bénéficiaires directs de la biodiversité, notamment le projet Apiluz, en partenariat avec la coopérative de déshydration Luzeal. 18 exploitants de la commune de Beune-Nauroy (51) se sont impliqués dans la mise en œuvre d’un protocole consistant à laisser des bandes de luzerne dans les parcelles afin qu’elles puissent fleurir sur la période de juin à octobre, une période où l’offre en pollen et nectar est réduite. « Les apiculteurs ont vu leur production de miel augmenter », indique Benoît Collard.

Symbiose a, par ailleurs, été sollicitée par la FNSEA et l’UIPP pour mettre ne place, dans la Marne, le projet AgrApi, déjà mis en œuvre dans d’autres régions et dont l’objectif est de démontrer que peuvent coexister de façon constructive et productive apiculture et agriculture sur un territoire.

L’apiculture, un élevage à défendre

L’apiculture est une filière en pleine progression dans le Grand Est :  elle compte 240 exploitants professionnels et était la 3ème région productrice de miel en 2018 (4ème en 2019). « A l’échelle de la France, on compte 54 000 apiculteurs déclarés dont 644 apiculteurs professionnels qui produisent 40 % de la production française de miel (2018) », indique Didier Romary, apiculteur dans les Vosges, installé depuis 2011 et membre de la section apicole professionnelle de la FRSEA Grand Est.
Didier Romary a participé, en 2018, à la création de cette section. « Notre volonté est de défendre la filière et d’être reconnus comme une vraie activité d’élevage avec ses spécificités ». La section apicole a notamment un rôle de représentation auprès des institutions, et de défense de l’installation des jeunes.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2637 | janvier 2021

Dernier numéro
N° 2637 | janvier 2021

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS
L’actualité en direct
Chambre d'agriculture

    Les ARTICLES LES PLUS...

    Voir tous

    Voir tous