L'Avenir Agricole et Rural 24 août 2007 à 00h00 | Par F.Thevenin

JEUNES AGRICULTURES - FETE DE L'AGRICULTURE - 50 ANS D'AGRICULTURE EN FETE

Les Jeunes Agriculteurs des cantons de Montigny et de Clefmont ont organisé la 54ème Fête de l’Agriculture sur un site basé entre Is et Montigny. Autour du thème « 50 ans d’agriculture en action », le succès est total avec plus de 5500 entrées.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le moment fort de l’après-midi a été le défilé d’anciens tracteurs au milieu du public et des stands. Le bruit, les odeurs et la vision de ces machines d’autrefois ont ému quelques spectateurs…
Le moment fort de l’après-midi a été le défilé d’anciens tracteurs au milieu du public et des stands. Le bruit, les odeurs et la vision de ces machines d’autrefois ont ému quelques spectateurs… - © FREDERIC THEVENIN
En dépit d’une météo incertaine, le bilan de la 54ème Fête de l’Agriculture est officiellement positif avec 5 500 entrées, 60 exposants et une centaine de matériels d’hier et d’aujourd’hui afin d’illustrer le thème de l’année : « 50 ans d’agriculture en action ».
Parmi les exposants, outre les habituels organismes professionnels, il convient de souligner la présence des nouveaux venus comme les chauffagistes. Signe des temps, ils multiplient les initiatives et les innovations afin de remplacer le pétrole. Du coup, aidés par l’Etat avec un crédit d’impôt de 50 %, ils attirent, intéressent et séduisent de plus en plus de personnes. Aérothermie, géothermie, panneaux solaires, chaudières à granulés de bois ou à bois déchiqueté… il y en avait pour toutes les envies !
Du côté des visiteurs, les Jeunes Agriculteurs ont gagné leur pari en faisant de cet événement, la fête des jeunes et des anciens. Ils voulaient que les différentes générations d’agriculteurs se côtoient, se rencontrent et se parlent et y sont parvenus…

Un thème porteur

Il faut dire que le thème de la fête a permis de rassembler le plus grand nombre. Les JA ont réuni autour de différents ateliers des outils des cinq dernières décennies. Par exemple, il est impressionnant de comparer la batteuse des années 50 à la moissonneuse-batteuse munie d’une barre de coupe de 9 mètres ou encore les andaineurs sur 50 ans.
Autour des expositions, les commentaires sont tous les mêmes : quelle évolution ! Quel progrès ! Quel bond en avant ! Aucune profession n’a su se moderniser en si peu de temps. Il aura simplement suffi de deux générations pour passer du labour à cheval aux techniques culturales simplifiées ou au semis direct avec GPS ou autres techniques modernes. Une véritable leçon pour toutes ces professions qui ne veulent pas avancer et qui, parfois, choisissent de reculer ! Au fait, combien de fonctionnaires de l’administration (DDAF, DSV…) étaient présents à cette fête ?
Cette exposition de matériels a été possible grâce au prêt et à l’engagement de nombreuses personnes. En particulier, il faut remercier Jean-Luc Vauthier (voir page 05) et les frères Ormancey, Rolly et Rudy. A Breuvannes, ils ont une collection d’anciens outils et ont généreusement et gentiment bien voulu en mettre une partie à la disposition des JA. Merci encore !
Emmanuel Flammarion, vainqueur du concours de labour en planche.
Emmanuel Flammarion, vainqueur du concours de labour en planche. - © FREDERIC THEVENIN
LABOUREURS, LABOUREUSES
Le concours départemental de labour n'avait pas accueilli autant de personnes, concurrents et spectateurs, depuis de nombreuses années. Les terres, plutôt humide, ont été mises à la disposition des Jeunes Agriculteurs par Alain Henry, agriculteur sur Montigny-le-Roi.
Dans les starting-blocks, 21 candidats de tous horizons sont venus se comparer, se mesurer et, surtout, s’amuser. Ils ont un point commun : leur passion pour la profession d'agriculteur, pour la terre et pour le travail du sol.
Ces personnes, plus ou moins jeunes, se répartissent en deux catégories : le labour à plat et le labour en planche. En matière de jugement, les règles sont pratiquement identiques pour les deux techniques.
Le jury fonctionne par binôme. Il note la profondeur du sillon, sa droiture, sa finesse et tout est passé en revue : le tracé d'ouverture, la bande de terre refermant le tracé, la raie de labour, l'apparence générale du labour, l'enfouissement des chaumes, la raie finale et le terrage.
Terrain difficile

Sur le terrain, les tracteurs sont alignés le temps du réglage de la charrue à 2, 3 ou 4 socs. Vient ensuite le temps du labour à proprement dit. Du grand art ! Chaque participant retourne la terre avec délicatesse et minutie.
Pour tracer un nouveau sillon, ils descendent du tracteur, mètre en main, et vérifient la régularité du labour. Ils sont souvent assistés d’une personne de confiance qui les conseille, les guide et leur donne quelques astuces.
Une mention spéciale est délivrée aux neuf filles participantes qui ont été recrutées avec succès par les organisateurs et par l’entreprise Vauthier Sepac. D’ailleurs, pour souligner et encourager ce genre de participation, la première d’entre elles (et peut être même la deuxième) a gagné un voyage dans les Ardennes avec les anciens exploitants de la FDSEA.
De l’avis des juges, le résultat des différents labours est excellent. Le jury parle de performance et de qualité et le public qui n'a jamais été aussi nombreux à discuter et à se retrouver autour des sillons. Bravo à l’ensemble des participants et aux deux vainqueurs qui iront se mesurer au niveau régional avant, peut être, la finale nationale…

PALMARES 2007

 

Labour en planche :

1. Emmanuel Flammarion
2. Emmanuelle Merger
3. Sophie Fontaine
4. Emilien Redouté
5. Céline Massotte
6. Françoise Henry
7. Aurélie Gourlot
8. Romain Ribeyrolle
9. Stéphane Galton
10. Céline Paillard
11. Pierre-Edouard Brutel
12. Aurélien Molina
13. Michelle Douvernelle
14. Marie-Agnès Fontaine
15. Nicolas Bouard
16. Kevin Caillet
17. Marjorie Barbier

Labour à plat :

1. Damien Lambert
2. Vincent Monnet
3. Jérémy Bouvier
4. Gaëtan Trompette

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2522 | novembre 2018

Dernier numéro
N° 2522 | novembre 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui