L'Avenir Agricole et Rural 19 octobre 2007 à 00h00 | Par JL BLONDEL

JEUNES AGRICULTEURS - LES JEUNES AGRICULTEURS PROPOSENT UNE EPARGNE "DURABLE"

Les JA de Champagne Ardenne et de Picardie souhaitent accompagner financièrement le développement des agro-ressources en proposant un fonds d’investissements innovant permettant aux agriculteurs de se constituer une épargne tout en participant au développement économique local et à l’expansion des débouchés.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
L’idée a germé lors de l’élaboration du rapport d’orientation de l’Assemblée Générale des Jeunes Agriculteurs de la Marne en 2006 qui ont proposé de créer une «épargne verte» avec un triple objectif d’investir dans le prolongement des exploitations, d’assurer un complément de retraite aux agriculteurs et de communiquer sur la valorisation de la biomasse.

Un dossier très technique

Attirer des capitaux vers la transformation des produits agricoles en jouant de la corde sensible de la protection de l’environnement à l’instar de ce qui se pratique déjà par les «fonds éthiques», est une démarche ambitieuse et consensuelle, mais trouver les outils financiers adéquats est un autre challenge.
Les jeunes agriculteurs sont accompagnés dans leur réflexion par une équipe d’ingénieurs du Crédit Agricole et du pôle de compétitivité IAR (Industrie Agro-Ressources). Un dossier résumant les enjeux et ébauchant un premier canevas d’instruments financiers a été constitué pour être remis aux décideurs. Il était dès lors «naturel» que le Secrétaire d’Etat à la Consommation et au Tourisme soit sollicité pour porter ce projet.
Luc Chatel a ainsi reçu une petite délégation composée de Sébastien Riottot, Président des JA de Haute-Marne.
Thierry Lahaye, administrateur national et Maximin Charpentier, Jeune Agriculteur marnais référent pour les JA de Champagne Ardenne.
L’exposé a été concis et convaincant. Le Ministre haut-marnais s’est engagé à porter le dossier, entre autres, auprès de sa Ministre de tutelle, Christine Lagarde et de la Caisse de Dépôt et de Consignation pour conforter l’expertise financière et aboutir à une éventuelle évolution législative ou réglementaire.
S’agissant d’un appel public à l’épargne des particuliers, il convient en effet de s’assurer de toutes les garanties tant sur le plan juridique que financier sans réinventer des outils qui pourraient déjà exister.

Le Fonds d’Investissement Agro-ressources (FIAR)

Ce fonds repose sur 5 leviers innovants :
- l’appel public à l’épargne permettant d’associer le citoyen «bon» consommateur au projet ,
- la participation des collectivités territoriales et des institutions européennes pour rendre compétitif le rendement d’un secteur encore jugé peu attractif et risqué,
- la garantie de l’Etat sur les fonds investis ,
- la défiscalisation qui est un stimulateur déterminant pour orienter et rentabiliser l’épargne ,
- et des investissements ciblés sur le développement, la commercialisation de technologies et de produits issus de la biomasse.
Le pôle de compétitivité à vocation mondiale de Champagne Ardenne Picardie est une opportunité exceptionnelle à saisir pour labelliser les projets finançables et créer localement une économie verte, source de richesse pour les citoyens français qui se sentent impliqués dans cette démarche.
Les agriculteurs pourraient aussi faire d’une pierre deux coups en assurant des débouchés à leurs produits et en se constituant une épargne retraite.

Une démarche en phase avec les objectifs du Gouvernement

Dans sa lettre de mission adressée à Michel Barnier du 16 juillet 2007, Nicolas Sarkozy demande au Ministre de l’Agriculture de prendre les dispositions «pour préserver et conforter le tissu d’entreprises agro-alimentaires qui couvrent le territoire en permettant, par exemple aux agriculteurs d’y prendre des participations par l’intermédiaire de fonds mutualisés».
Il semble que le FIAR répond à cet objectif et va même au delà en y associant la problématique du financement des retraites et de l’environnement.
Il existe déjà des outils tels que les FCPI (Fonds Communs de Placement dans l’Innovation) ou les FIP (Fonds d’Investissement de Proximité) mais le premier ne permet pas de mobiliser les fonds publics et le second est beaucoup trop limité dans son espace géographique.
Faudra-t-il inventer un nouveau véhicule financier ou adapter ceux qui ont été mis en place ? La réponse importe peu pourvu qu’elle soit positive. Pour le moment l’écoute des interlocuteurs semble très encourageante et doit inciter les JA à persévérer dans cette démarche, elle aussi très innovante !

En phase aussi avec l’Europe

“L’Europe a besoin d’une stratégie d’innovation élargie pour améliorer sa compétitivité. Afin de faciliter l’échange de connaissances entre les centres de recherche et les entreprises, un texte adopté par les députés le 24 mai propose entre autres la création de «régions de la connaissance», une réforme de la politique des brevets en Europe ainsi que des incitations fiscales à destination des entreprises qui investissent dans la recherche et l’innovation.
Promouvoir l’innovation avec des fonds de capital-risque et des incitations fiscales. Selon le Parlement, le système actuel de capital-risque n’est pas apte à subvenir aux besoins de financements des PME, des micro-entreprises et de petits entrepreneurs. Les états membres devraient donc «utiliser des deniers publics, notamment les Fonds structurels, pour entreprendre de mettre sur pied des fonds de capital-risque sous la forme de partenariats public-privé, dans des régions et dans les secteurs à potentiel d’innovation et à base de savoir solide».

Extrait du site Internet du parlement Européen.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2521 | novembre 2018

Dernier numéro
N° 2521 | novembre 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui