L'Avenir Agricole et Rural 16 mai 2019 à 09h00 | Par T MORILLON

Inauguration du méthaniseur au GAEC de Dardu

A Audeloncourt, le GAEC de Dardu a ouvert ses portes le 10 mai. Les visiteurs ont pu visiter le méthaniseur, en fonctionnement depuis septembre dernier, ainsi qu’un pôle matériels et un pôle entreprises.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Une installation d’une puissance de 499 kW qui peut théoriquement doubler sa production.
Une installation d’une puissance de 499 kW qui peut théoriquement doubler sa production. - © T.M.

La ferme de Dardu est une exploitation familiale entre Audeloncourt et Levécourt, qui compte environ 1 300 vaches allaitantes. Laurent Flammarion représente la 7ème génération d’agriculteurs, il est secondé par son fils Emmanuel, et depuis peu par Basile Chittaro qui a rejoint l’exploitation suite au départ en retraite de l’un des associés. La salle de traite avait 24 ans et personne ne voulait reprendre l’activité laitière, l’investissement n’aura pas été dans le lait, mais dans un méthaniseur. « Un atelier lait peut marcher, mais il faut des gens qui aiment ça et surtout beaucoup de rigueur. Il faut tout optimiser si on veut continuer notre métier » déclare Basile Chittaro. « On maîtrise mieux les risques avec un contrat de production d’électricité en face plutôt qu’avec des prix fluctuant, nous avons donc abandonné le lait sur l’exploitation ».

Production de digestat bio

« Des voisins croyaient à la méthanisation, mais nous, on s’intéressait plutôt au photovoltaïque. Finalement on a visité un méthaniseur et on a décidé de se lancer » explique Laurent Flammarion. « Puis Basile nous a rejoints. Il devait s’occuper de la ferme, mais aujourd’hui il gère le méthaniseur ». Les associés ont tenu à remercier tous les acteurs ayant permis la réalisation de ce projet dont le dossier a été bouclé en février 2017 pour un démarrage en septembre 2018.

Un bénéfice pour l’exploitation

L’arrivée de la méthanisation à la ferme a permis d’embaucher 2 salariés de 18 ans. L’un a repris la place d’un salarié parti en retraite et le deuxième s’occupe de la gestion du digestat et notamment de l’épandage. Le GAEC a allongé ses rotations en installant 3 cultures sur 2 ans, tandis que les cultures de printemps nettoient le sol, évitant le recours aux produits phytos. « La méthanisation a un bon impact sur les céréales grâce au digestat qui est plus assimilable par les plantes, ce qui représente un gros intérêt économique » indique Basile Chittaro. « On nous propose de la matière extérieure dans un rayon de 6 km, peut-être que notre unité évoluera, nous verrons bien. Notre méthaniseur a la capacité de doubler sa production ».

Vous pourrez retrouver la suite de cet article dans notre édition du 17 mai 2019

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2556 | juillet 2019

Dernier numéro
N° 2556 | juillet 2019

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS
L’actualité en direct
Chambre d'agriculture

    Les ARTICLES LES PLUS...

    Voir tous

    Voir tous

    À LA UNE DANS LES RÉGIONS

    » voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui