L'Avenir Agricole et Rural 05 novembre 2010 à 15h01 | Par AVENIR AGRICOLE

Haute-Marne - Solidarité sanitaire 2009/2010

Comme chaque année, Le GDS 52 attribue, au mois de septembre, des aides aux éleveurs ayant eu d’importantes pathologies sanitaires en IBR, BVD et Paratuberculose mais également ayant subi des avortements à répétition, ou des pertes d’animaux (Caisse Coup Dur). Le GDS 52 rembourse également au JA tout ou en partie de leur adhésion la première année et une quote-part de (2 %) de la cotisation adhérent si le paiement est réalisé avant le 15/02. Cette solidarité sanitaire est le fruit de la mutualisation des risques des adhérents.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

185 498 € ont été répartis entre 832 éleveurs qui ont reçu une subvention allant 1.5 € à 7 000 €. Le financement a été assuré pour 99099 par le Conseil Général et 86 399 € par le GDS 52. Vous trouverez le détail dans le tableau suivant.

L’IBR, comme nous le constatons, représente 42.2 % de l’enveloppe totale soit 76 758 € et 67.2 % de l’aide financière du CG. Pour autant, nous constatons annuellement de nouvelles contaminations ou des recontaminations de cheptels, les causes sont multiples (voisinage en pâture, l’éleveur qui garde des bovins «porteur latent»…..) toutefois l’introduction mal maîtrisée reste la cause la plus importante de contamination. L’IBR est une maladie qui s’achète, tous les éleveurs le savent, pourtant le contrôle à l’introduction reste trop souvent aléatoire. Faut-il continuer à financer 76 758 € par an pour essayer de contenir le réservoir de virus actuel suite à ces introductions ? Doit –on «resserrer les boulons» pour renforcer les moyens de lutte contre toutes les contaminations ? Le GDS 52 ne peut pas être derrière les 15 000 introductions de bovins par an pour surveiller le contrôle à l’introduction, il faut que chaque maillon de la chaîne (vendeur, négociant et acheteur) prenne conscience du problème afin de diminuer les circulations virales.

Vérification des statuts sanitaires avant achat, isolement à l’introduction et contrôle à l’introduction doivent rester les trois piliers pour éviter d’introduire des maladies.

Que chacun (adhérent GDS, non adhérent et négociant) en prenne conscience. Actuellement nous ne sommes pas sur une zone (département) en épidémiosurveillance favorable pour obtenir une dérogation des contrôles à l’introduction.

La Para tuberculose et la BVD représentent un financement respectivement 10 % et 5 % de l’enveloppe d’aides attribuées aux éleveurs avec une forte percée de la para tuberculose. Ces maladies sont omniprésentes sur le département, lorsque nous les cherchons, nous les trouvons. L’introduction reste de loin la porte d’entrée principale il est donc nécessaire de les contrôler lors de l’introduction d’un animal dans le troupeau. Des actions régionales BVD sont actuellement en cours de validation par le Conseil Régional, ces actions devraient permettent de mieux dépister et contrôler l’évolution du BVD dans les élevages.

- © AVENIR AGRICOLE

Parlez-en avec votre vétérinaire,

 

Les éleveurs, accompagnés par leur vétérinaire, examinent eux-mêmes un bovin en réalisant les gestes indispensables

• prise de température

• examen des bouses

• examen du vagin

• examen de la mamelle

• examen des flancs….

 

Les éleveurs apprennent ainsi à recueillir l’ensemble des symptômes indispensables pour faire une bonne analyse de la situation et s’orienter vers telle ou telle maladie.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2521 | novembre 2018

Dernier numéro
N° 2521 | novembre 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui