L'Avenir Agricole et Rural 28 juin 2007 à 00h00 | Par A Leblond

HAUTE - MARNE - PRIX DU LAIT, désaccord persistant dans l’Es

Paradoxalement, c’est dans un contexte économique plutôt favorable et très nettement amélioré par rapport à celui engendré depuis 4 ans par la réforme de la PAC que surgit un nouveau conflit sur le prix du lait.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
4 euros de trop dans l’Est

En fait il ne s’agit pas d’un problème de conjoncture, dont d’ailleurs personne ne nie l’amélioration, en particulier la santé insolente des produits industriels, mais à nouveau, serpent de mer s’il en est, du différentiel de prix Est-Ouest qui, au dire des transformateurs, serait de nature à mettre en cause l’existence même des entreprises de l’Est.
C’est en tout cas ce que se sont entendu dire et répéter sur tous les tons, les 5 délégués du Grand Est qui ont rencontré les représentants des transformateurs, jeudi 21 juin à Laxou.

4 euros de trop qui, faussant la concurrence, doivent être neutralisés au plus vite et, selon le porte-parole des transformateurs privés, le seront avec ou sans accord interprofessionnel.
 
Dialogue de sourds

Durant 2 h 1/2 les représentants des producteurs, D. Perrin (54), B. Voirin (88), B. Bonnefille (51),J. Vanlauwe (89) et A. Leblond, allaient, sous la conduite de Denis Ramspacher (Alsace), tenter de convaincre les transformateurs que leur raisonnement était un peu simpliste mettant principalement en avant qu’il n’y avait pas qu’une autre région française où l’on produisait du lait et du fromage, qu’il fallait donc élargir le champ de la comparaison et que de plus celle-ci devait être réalisée à partir d’une méthode qu’il convenait d’établir auparavant. Ensuite seulement, les choses étant clairement définies et les chiffres ne faisant plus débat, pourrait être abordé le traitement politique du dossier.
Balayant les autres régions, leur prix, leur importance et leurs fabrications d’un revers de la main, le délégué de la FNIL pour le 1/4 Nord Est de la France affirma de manière péremptoire qu’il n’y avait de concurrence qu’avec l’Ouest et que les seules comparaisons de prix qui valaient étaient celles que les entreprises établissaient.

Du côté de la coopération l’analyse est la même, il faut, une fois pour toutes, résoudre le problème du différentiel Est – Ouest, mais aucun chiffre n’a été avancé.

Rendez-vous le 25 juillet

Bien qu’armés d’une patience à toute épreuve, et manifestant une volonté constructive d’ouverture les délégués de la FRPL Grand Est se virent sans cesse opposés par le porte-parole des « industriels » un discours brutal et menaçant qui un moment alla même jusqu’à un refus de toute nouvelle rencontre.
Au final un nouveau rendez-vous était néanmoins pris. La prochaine rencontre entre les producteurs et les transformateurs du Grand Est aura lieu après la publication de la recommandation nationale et la moisson, le 25 juillet en Haute-Marne.

A n’en pas douter de nombreux contacts sont auparavant nécessaires pour tenter de débloquer la situation.

Côtés producteurs on est décidé à mettre à profit toutes les rencontres avec les entreprises pour les sensibiliser individuellement au risque d’un désaccord et d’un nouveau diktat des transformateurs, considérant qu’un travail constructif de filière ne se résumant pas au seul prix du lait est nécessaire et ajoutant au passage que si conserver des usines dans l’Est est indispensable à la pérennité de la production, encore faudra-t-il qu’il y ait aussi des producteurs.

Les délégués l’ont dit, profiter des augmentations à venir du prix du lait pour faire passer « en douceur » et pourquoi pas discrètement …
une ponction sur le prix de base n’est peut-être pas une idée aussi bonne que certains le pensent au moment où le découragement gagne nombre de producteurs, ce que dans certaines régions le contexte céréalier pourrait encore accentuer.

Alors que la filière réclame une augmentation des livraisons, le prix ne serait-il pas la meilleure motivation ?





Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2522 | novembre 2018

Dernier numéro
N° 2522 | novembre 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui