L'Avenir Agricole et Rural 17 septembre 2020 à 11h00 | Par Terres Inovia

Grosse altise adulte : observer et ne traiter qu’en cas de péril pour la culture

La lutte insecticide contre les altises adultes se raisonne à la parcelle et ne s’envisage que si la survie de la culture est menacée, du stade cotylédons jusqu’au stade à 3-4 feuilles du colza, c’est-à-dire si la culture pousse moins vite qu’elle n’est dévorée.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La grosse altise ou altise d’hiver est un gros coléoptère de 3 à 5 mm
La grosse altise ou altise d’hiver est un gros coléoptère de 3 à 5 mm - © Terres Inovia

Surveiller le déclenchement du vol

La baisse des températures puis la remontée au-delà de 20°C sont les éléments déclencheurs du vol des grosses altises qui vont quitter leurs zones d’estivation (haies, buissons, végétation dense à proximité des anciens champs de colza) pour coloniser les nouveaux champs de colza. Ce vol survient en général la 2ème ou 3ème décade de septembre. Les grosses altises sont capables de voler sur plusieurs km.

Après 3 feuilles les interventions sont inutiles

Les captures dans les cuvettes jaunes enterrées servent à détecter l’arrivée puis l’activité des altises d’hiver mais elles ne sont pas un outil d’aide à la décision pour déclencher un traitement.

C’est l’observation très régulière, à la parcelle, des dégâts sur la plante entre les stades cotylédons et 3-4 feuilles étalées qui guide le raisonnement.
Plus que le seuil, la vitesse d’accumulation des dégâts et la vitesse de croissance de la culture sont les critères à prendre en considération, quasiment au jour le jour pour bien appréhender le risque.

Quel insecticide choisir s’il faut intervenir ?

Si une intervention s’avère nécessaire contre les altises adultes, quel que soit le secteur, utiliser BORAVI WG 1.0 kg/ha (phosmet) à incorporer dans une eau acide (pH5.5). BORAVI WG est limité à 2 applications max/an. Ce produit est non mélangeable avec toute autre substance active.

L’altise d’hiver est active surtout dans les premières heures qui suivent la tombée de la nuit. C’est pourquoi l’application en soirée est à privilégier avec un volume de bouillie d’au moins 150 à 200 l/ha.

Vous pourrez retrouver cet article dans notre édition du 18 Septembre 2020.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2619 | septembre 2020

Dernier numéro
N° 2619 | septembre 2020

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS
L’actualité en direct
Chambre d'agriculture

    Les ARTICLES LES PLUS...

    Voir tous

    Voir tous

    Voir tous