L'Avenir Agricole et Rural 17 juillet 2009 à 10h59 | Par F.Thevenin

Grandes Cultures - Volatilité des cours et gestion du risque de prix

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La récolte a réellement débuté début juillet avec une certaine uniformité des résultats
La récolte a réellement débuté début juillet avec une certaine uniformité des résultats - © Reussir

Depuis 2007, les agriculteurs européens doivent faire face à une nouvelle donne dans leur profession avec des marchés bouleversés, des risques nouveaux mais aussi de nouvelles opportunités et de nouveaux besoins pour gérer au mieux son entreprise.
Dans le détail, les céréaliers ainsi que les producteurs de lait d’ailleurs vivent un équilibre fragile entre l’offre et la demande. Ils vivent également une concurrence internationale accrue et la disparition progressive des «filets de sécurité» européens. La spéculation financière des fonds d’investissement a encore aggravé la situation avec, au programme : volatilité des prix, présence d’un fort risque de prix dans toutes les filières agricoles et incertitudes sur les prix de vente et les prix d’achat.
Par exemple, le blé, mi 2007, a connu une hausse de son prix de 120 euros la tonne et une baisse de 140 mi 2008. Cette instabilité dure, dans les faits, depuis 3 ans… Encore mieux : ces variations sont désormais quotidienne ! Il en est de même avec le colza avec une hausse de 250 euros la tonne suivie d’une baisse de 2005.
Dans ce contexte, les perspectives 2009 restent – pour le moins – incertaines. Michel Portier, directeur Agritel, observe simplement des stocks de reports français et européens lourds, des prix au plus bas depuis plus de deux ans et des stocks mondiaux encore historiquement faibles. A ces données, il convient d’ajouter les inévitables incertitudes climatiques.

Conséquences multiples

En analysant cette évolution, les conséquences pour toute la filière agricole et ses activités sont multiples. Au sein de cette filière, le producteur doit gérer sa commercialisation comme sa production à l’optimum. Il doit et devra de plus en plus :
- suivre et comprendre le marché au quotidien (cotations, informations, analyses), être réactif, anticiper
- adopter et maîtriser les outils de gestion disponibles
- connaître ses coûts de production et déterminer un objectif de prix
- identifier son risque de marché (potentiel de baisse / potentiel de hausse, volume exposé…)
- répartir le risque avec la diversification des productions et le fractionnement des ventes
- établir une stratégie, raisonner sa commercialisation

Conseil en gestion du risque de prix

Pour aider les agriculteurs à maîtriser ces nouvelles données, Agritel propose «ses compétences au service des producteurs» et donc tous les outils pour optimiser la commercialisation de leurs productions.
Agritel accompagne les producteurs de céréales avec :
- une formation à la gestion du risque de prix et l’usage des marchés à termes (Etape 1)
- un suivi et des conseils avec Agritel Pro (Etape 2) ; un service d’accompagnement global destiné aux groupes d’agriculteurs. Pour les analyses de marché et des conseils personnalisés, ce service propose un Edito Quotidien, Agri SMS, Agritel’Hebdo, Hotline Agritel, des réunions d’accompagnement et l’Extranet Agritel.
L’Edito Quotidien met à disposition des céréaliers une analyse des principaux marchés, les cours des principales matières premières et un lien vers tous les marchés. Avec Agri SMS, l’agriculteur reçoit l’information de marché en temps réel sur son portable pour être certain de ne pas manquer une opportunité de marché et être certain d’être informé de tout élément majeur. Une sorte de veille permanente sur les marchés agricoles !
AgritelHebdo est une lettre de marché hebdomadaire rédigée chaque lundi. Elle permet de présenter la stratégie de commercialisation, des commentaires synthétiques, des points clés du marché, des niveaux de prix à surveiller et des analyses confidentielles.
La Hotline permet une relation avec l’équipe d’Agritel pour des réponses à toutes les questions et des conseils. Elle permet également de contacter directement les consultants d’Agritel avant de passer un ordre dans les meilleures conditions. L’idée est de bâtir et de faire évoluer une stratégie personnalisée en fonction de tous les éléments de marché.


Accompagnement personnalisé

Lors des demi-journées d’accompagnement trimestrielles, les clients d’Agritel ont droit à une formation continue et à un perfectionnement sur les marchés à terme et la commercialisation. Ces journées permettent des échanges, une dynamique de groupe et un partage des expériences.
Quant à l’Extranet AgritelPro, les agriculteurs y retrouveront le planning des réunions de groupe, l’historique des stratégies et des alertes de marché, les courbes historiques paramétrables et les bases de données fondamentales ainsi que les applications à télécharger.

Un début de moisson prometteur

Alors que la fauche des escourgeons était sur le point de se terminer, la moisson 2009 a été interrompue par les pluies.  Les premiers résultats qui tombent des organismes collecteurs sont plutôt satisfaisants tant en qualité qu’en quantité.
La récolte a réellement débuté début juillet avec une certaine uniformité des résultats sur toute la zone Haute-Marne. Les rendements s’établiraient autour de 70 quintaux avec de petites différences entre les petites terres et les bonnes terres. Les premières sont dans une fourchette allant de 60 à 70 quintaux et les secondes peuvent tourner autour de 80 quintaux. Le tout permet d’obtenir des rendements qui s’inscrivent dans la moyenne haute des cinq dernières années même si les terres argilo calcaires et séchantes sont plus autour de 65 quintaux.
Au-delà de la quantité, la qualité est également au rendez-vous pour les variétés brassicoles tant du côté des protéines avec un taux à moins de 10,5 pour plus de 80 % de la récolte que du côté du calibrage qui dépasse les 80 % dans une fourchette allant de 65 à 85.
Pour l’heure, la récolte est suspendue au retour du soleil. Une fois les orges terminées, les moissonneuses attaqueront les colzas ou les blés. Il apparaît, en effet, que les colzas ont pris du retard au niveau du murissement et que les blés sont bons à être moissonnés.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2522 | novembre 2018

Dernier numéro
N° 2522 | novembre 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui