L'Avenir Agricole et Rural 01 mars 2018 à 09h00 | Par L'Avenir Agricole et Rural

GRANDES CULTURES : LA POSITION PARTICULIERE DE L'AGRICULTURE FRANCAISE

Le 13 février, un économiste est intervenu à l’assemblée générale de l’APVA pour expliquer la situation actuelle de l’agriculture dans notre pays, bien différente par rapport à l’Allemagne. Il a donné aussi quelques pistes pour l’avenir.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Mickaël MASSELOT, président de l’APVA (à gauche) : «on veut nous faire vivre dans un monde sans OGM, sans produits phytos, sans sel.... et un monde sans paysans ça donnerait quoi ?»
Mickaël MASSELOT, président de l’APVA (à gauche) : «on veut nous faire vivre dans un monde sans OGM, sans produits phytos, sans sel.... et un monde sans paysans ça donnerait quoi ?» - © THIBAUT MORILLON

Dans un premier temps, afin de privilégier les interactions, les agriculteurs étaient répartis par petits groupes et ont tourné sur 3 ateliers pour découvrir plus en détail les services proposés par la Chambre d’agriculture.

 

Nouvelle offre agrotechnique de la Chambre d’agriculture

Les conseillers de la Chambre  accompagnent les agriculteurs par rapport aux enjeux eau et proposent un accompagnement pour de nouveaux débouchés. Il y a aussi Mes Parcelles, un outil en ligne qui permet de faire des cahiers phytos, les plans de fumure et du suivi d’IFT. L’avantage de ce logiciel est qu’il est toujours à jour avec la réglementation et qu’un seul clic suffit pour importer tout son parcellaire sur Télépac. La Chambre d’agriculture développe également son offre de conseil agro-technique. Grâce à la mutualisation des compétences des techniciens des Chambres d’agriculture de la région, un conseil expert a été mis en place. Il permet de faire un accompagnement spécifique, individuel ou en groupe. Enfin, la permanence téléphonique vous assurera d’avoir les réponses à toutes vos questions techniques et réglementaires dans un délai trés court.

 

Pas de leçons à recevoir

« Les médias me pèsent » déclare le président de l’APVA Mickaël Masselot, « l’agriculture est responsable de tous les maux de la société, même les inondations. On veut nous faire vivre dans un monde sans OGM, sans produits phytos, sans sel. Et un monde sans paysans, ça donnerait quoi ? Dans nos assiettes nous ne connaissons plus le manque et notre alimentation n’a jamais été aussi saine. En France, nous n’avons pas de leçons à recevoir ! Certes il y a des efforts à faire, mais les agriculteurs font constamment des progrès pour limiter l’impact sur l’environnement, mais nous n’arrivons pas à communiquer car nous passons trop de temps à répondre aux attaques. Toutefois je veux rester optimiste sur notre métier, nous devons regarder le monde qui nous entoure pour faire les bons choix ».

 

L’économie en mutation

Gérard Marie Henry est docteur en sciences économiques, il a présenté la situation de l’agriculture française, forcément dépendante de la conjoncture mondiale des marchés. La production agricole mondiale augmente plus vite que la population de la planète. La surproduction mondiale de lait et le stock de report de blé revu à la hausse entraînent une situation concurrentielle plus difficile. Aujourd’hui la France est le cinquième exportateur mondial, mais la parité euro/dollar pénalise ses exportations. Les accords de libre-échange se développent, dernier en date le Mercosur qui nous ouvrira des marchés dans certains pays d’Amérique du Sud en échange de 100 000 t de viande bovine étrangère sur le marché français.

 

Les consommateurs ont changé leurs habitudes, ils demandent davantage de sécurité alimentaire (contribuant à la baisse de la consommation de viande). On assiste à une augmentation radicale de la restauration hors domicile et des achats de plats préparés. Des changements qui demandent aux filières agricoles de s’adapter.

Suite de notre article page 04 de notre hebdomadaire de cette semaine

 

Bonne lecture

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2497 | mai 2018

Dernier numéro
N° 2497 | mai 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui