L'Avenir Agricole et Rural 12 octobre 2017 à 08h00 | Par L'Avenir Agricole et Rural

GRAND EST : Philippe Richert jette l’éponge

Des attaques incessantes d’opposants alsaciens et la bataille rangée avec le gouvernement sur le financement des nouvelles compétences de la Région ont eu raison de l’engagement de Philippe Richert. Le maire de Mulhouse, Jean Rottner, devrait lui succéder.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

La mise en place des nouvelles régions n’aura décidément pas été un long fleuve tranquille. Le Grand Est en fait actuellement la cruelle expérience avec la démission de son président, Philippe Richert, officialisée au cours d’une conférence de presse donnée dans les locaux du Conseil régional à Strasbourg le 30 septembre. Déjà lors de la cérémonie des vœux du mois de janvier, le patron de l’exécutif régional avait indiqué qu’il ne solliciterait pas un second mandat, suscitant dès lors quelques supputations. Et ces dernières semaines, les rumeurs se sont avérées de plus en plus précises sur un départ imminent. L’élu met donc un terme définitif à trente-cinq ans d’engagement politique qui l’avait notamment conduit à la tête du Conseil général du Bas-Rhin puis du Conseil régional d’Alsace. Philippe Richert avait aussi été élu sénateur et nommé ministre des collectivités locales.

Clash avec le gouvernement

À l’origine défavorable à la réforme territoriale constitutive des nouvelles régions, il s’était toutefois laissé porter à conduire la liste de l’Union de la droite, voulant faire barrage au Front National, dont la liste était menée par Florian Philippot. Il avait ensuite été élu président de cette assemblée en obtenant une confortable majorité de 104 voix sur 168 votants. Pour justifier sa décision, Philippe Richert, 64 ans, avance la nécessité pour ses successeurs « de se faire connaître » dans la perspective des élections de 2 021. Mais l’actualité politique de ces derniers mois a eu raison de la détermination de Philippe Richert. L’appel récent signé par une centaine de personnalités pour un retour à une collectivité territoriale alsacienne, a été doublé par une campagne de dénigrement de l’action de Philippe Richert, en particulier sur les réseaux sociaux. Un effet dévastateur. À la tête de l’Association des régions de France (Arf), Philippe Richert ferraillait dur avec le gouvernement d’Edouard Philippe, ces dernières semaines. Le clash est intervenu le 29 septembre, lorsque le chef du gouvernement a annoncé la suppression du fonds de 450 millions d’euros destiné à financer les nouvelles compétences économiques des régions. C’en était trop, Philippe Richert rétorquait immédiatement en indiquant le retrait de l’Arf de la conférence nationale des territoires et des Etats généraux de l’Alimentation, autant d’instances de concertation mises en place depuis l’élection d’Emmanuel Macron à la présidence de la République. Le bras de fer s’est instauré, sachant que les deux partenaires devront forcément infléchir leurs positions, compte tenu de l’interdépendance de leurs politiques. Enfin, on évoque aussi des problèmes de santé pour justifier cette démission. Le premier vice-président, Jean-Luc Bohl, maire de Montigny-les-Metz, assure de fait l’intérim. La transition sera de courte durée puisque l’élection du nouveau président est programmée pour le 20 octobre à Metz. C’est selon toute vraisemblance Jean Rottner qui succédera à Philippe Richert. Le maire Les Républicains de Mulhouse -qui devra d’ailleurs abandonner ce mandat du fait de la loi sur le cumul- a été désigné, dès le 3 octobre au soir. L’unanimité du huis clos du groupe majoritaire mettait ainsi fin aux pronostics divers et variés qui circulaient depuis quelques jours.

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2466 | octobre 2017

Dernier numéro
N° 2466 | octobre 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS
L’actualité en direct
Chambre d'agriculture

    Les ARTICLES LES PLUS...

    Voir tous

    Voir tous

    Voir tous

    À LA UNE DANS LES RÉGIONS

    » voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui