L'Avenir Agricole et Rural 10 novembre 2016 à 08h00 | Par L'Avenir Agricole et Rural

GIEE : DE NOUVEAUX GIEE ATTENDENT LEUR LABELLISATION

La Chambre d’agriculture de Haute-Marne a une réelle volonté de faire émerger et d’accompagner les agriculteurs souhaitant faire évoluer collectivement leurs pratiques, notamment au travers des GIEE. L’APAB (Agriculture Porteuse d’Avenir dans le Barrois) en Haute-Marne fait partie des tous premiers projets de GIEE labélisés.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Initiés par la Loi d’Avenir, les premiers GIEE (Groupements d’Intérêt Economique et Environnemental) ont fait leur apparition en 2015. Ces groupements favorisent l’émergence de dynamiques collectives visant des performances économiques, environnementales et sociales. On compte actuellement plus de 300 GIEE en France.

 

Tourné vers l’agro-écologie

La Chambre d’Agriculture de Haute-Marne, par l’intermédiaire de son service Productions Végétales, est fortement impliquée dans la création de ces groupements. Antonio Pereira, conseiller au sein de ce service, a en charge l’animation de plusieurs GIEE dont l’APAB, le premier à avoir été reconnu en Haute-Marne. 15 exploitations y sont engagés. Les agriculteurs se réunissent tous les mois pour partager leurs expériences.

L’APAB évolue vers des systèmes de production basés sur les principes de l’agriculture de conservation : maintien d’une couverture végétale et allongement des rotations par la diversification des assolements. Le groupement développe les cultures de printemps et les légumineuses (en cultures principales, intermédiaires et cultures associées), ce qui permet des économies d’intrants et une autonomie en azote.

5 dossiers déposés en 2015 et 2016

D’autres groupements sont en attente de labellisation GIEE. C’est le cas de Sol Union, un projet sur les mêmes thématiques que l’APAB. Le GIEE de la Blaise quant à lui se focalise sur la méthanisation : de l’organisation des cultures jusqu’à la gestion de l’alimentation et des effluents du méthaniseur.

Le GIEE BATIT (Barrois Terre d’Innovations et de Traditions) se consacre à la baisse des intrants et à la maîtrise des coûts de production. Le groupe réaménage des haies et se tourne vers la diversification autour de la céréale : du blé est produit pour faire de la farine, avec possibilité de transformation. Agro Eco Précis est un GIEE tourné vers l’agriculture de précision. Avec l’appui de Dijon Céréales et Horsch, une cartographie précise de leur parcellaire permet de mieux gérer les intrants, de diminuer les charges mécanisation et de maîtriser les coûts de production.

 

Enfin, le premier GIEE haut-marnais autour de l’élevage a été déposé cette année, il est axé sur la production laitière. «Pâturage Lait d’Avenir» valorise des grandes surfaces en herbe avec une réorganisation de son pâturage (pâturage tournant).

Dans le cadre d’Ecophyto 2 (accompagnement de la diminution de la moitié des phytos dans 30 000 fermes), le «Groupe de Châteauvillain» (nom provisoire) rassemble des agriculteurs de la même Cuma. Leur projet vise une baisse des intrants et une maîtrise des adventices avec l’objectif de limiter le développement de vulpin.

 

Une force collective

Tous ces groupements sont animés par les conseillers de la Chambre d’Agriculture Antonio Pereira, Julie Masson et Daniel Coueffé, tandis que Pauline Bonnet est en charge de la coordination. La Chambre apporte du conseil individuel, mais surtout collectif en animant des réunions car il est important que les agriculteurs échangent sur leurs pratiques et leur expérience personnelle. Les conseillers réalisent des diagnostics, recueillent les indicateurs de suivi, réalisent des tours de plaine, des essais et apportent de l’aide aux changements de pratiques. Ils aident aussi à construire le projet en effectuant tout le travail d’émergence pour arriver à ce que les groupes retranscrivent par écrit leurs objectifs. Au final, les agriculteurs restent les seuls à prendre les décisions.

 

Aucun cadre n’est imposé pour la forme et le statut juridique des GIEE, ils bénéficient d’une attribution préférentielle de certaines aides, notamment pour la PAC. Ils permettent d’avoir des aides à l’investissement et constituent un ordre de priorité pour les MAEC. Le Gouvernement veut favoriser leur développement, mais la réforme territoriale a eu l’effet inverse puisque 4 GIEE déposés sont toujours en attente de leur labellisation, plus d’un an après le dépôt des dossiers.

Contact

Pauline BONNET

chargée de missions

pbonnet@haute-marne.chambagri.fr

Tél : 03 25 35 02 86


Formations à venir inscrites au catalogue de formation de la Chambre d’agriculture

Découverte des démarches collectives en agro-écologie (GIEE…) – le 7 mars 2016

Créons notre GIEE – date à définir en fonction des demandes

Pour tous renseignements, programme, tarifs, conditions générales, contactez :

Carole Le Rousic, service formation. Tél : 03 25 35 03 16


Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2462 | septembre 2017

Dernier numéro
N° 2462 | septembre 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui