L'Avenir Agricole et Rural 11 mai 2012 à 09h29 | Par L'Avenir Agricole et Rural

FOIRE DEPARTEMENTALE - UNE JOURNÉE SUR L'ÉCO RESPONSABILITÉ

Le bois déchiqueté, une énergie « sociale et solidaire »

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Le bois énergie permet de créer des emplois locaux et à ce titre mérite d’être encouragé. Il constitue une piste de diversification pour certains agriculteurs allant puiser « à la source », en taillant des haies ou en broyant des houppiers ou des résineux.

Le recyclage des déchets d’industrie est la deuxième source d’approvisionnement en déchiquetage pour les chaufferies collectives. C’est le cas au sein des ateliers protégés de Breuvannes en Bassigny, qui dispose d’une plateforme de déchiquetage et de stockage occupant une à deux personnes dans l’année. Cette installation a entièrement été financée par la SOVEM, filiale du groupe Suez chargée de la mise en place d’énergies renouvelables sur le territoire. Le groupe gère l’approvisionnement de chaufferies, d’Epinal à Chaumont, au départ de Breuvannes.

Grâce à cet investissement, le CAT diversifie ses débouchés pour les 40 tonnes de « déchets » quotidiennes générées par la scierie de Bologne, l’atelier menuiserie de Froncles et de Breuvannes, ajoutés à la récupération de palettes. Le mois dernier, 350 tonnes de bois ont ainsi été déchiquetées. Le reste part à la trituration. Mais plutôt que de parler de « déchets », le terme de sous-produit serait plus adapté puisqu’il prend une valeur croissante. La tonne qui valait 6 euros il y a quelques années, se négocie aujourd’hui entre 20 et 30 euros/tonne à la sortie du CAT. Claude Lesoudier, directeur territorial reste néanmoins dubitatif sur la rentabilité de ce type d’énergie. Certes génératrice d’emploi, la filière ne peut survivre actuellement sans subventions, notamment à l’installation de chaufferies collectives. Autre frein au développement de la filière selon lui : l’absence de standardisation de la demande en bois déchiqueté, avec des exigences techniques différentes d’une chaufferie à l’autre en terme de granulométrie et d’hygrométrie.

Le CAT de Breuvannes en Bassigny alimente des 
chaufferies de l’agglomération chaumontaise
Le CAT de Breuvannes en Bassigny alimente des chaufferies de l’agglomération chaumontaise - © Estelle Dauphin

Pour aller plus loin, une table ronde est organisée par la Chambre d’Agriculture sur le thème

« un bois énergie de toutes formes »

samedi 19 mai à 17h00

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2526 | décembre 2018

Dernier numéro
N° 2526 | décembre 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui