L'Avenir Agricole et Rural 02 octobre 2008 à 10h32 | Par F.Thevenin

FOIRE DE MONTIGNY - Montigny au zénith

Avec 124 Ardennais, 50 Simmentals et 35 Charolais en compétition, la Foire de Montigny confirme son ancrage agricole pour la plus belle reconnaissance des éleveurs et l’émerveillement des 13 000 visiteurs qui ont flâné sous un soleil radieux au milieu de 250 camelots. Cette trêve n’a toutefois pas permis d’éclipser toutes les angoisses sur l’avenir des productions animales.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

après sa 101ème édition, la Foire de Montigny reste définitivement la première foire agricole du département voire de la région. Cette année, le soleil et la douceur aidant, la fréquentation atteint des sommets avec plus de 13 000 entrées.
Les animations se sont également succédées durant toute la journée afin d’attirer un large public. Les 250 camelots ont proposé tous les genres de produits, des voitures aux saucissons, des jeans aux poêles à granulés de bois. Les concours d’animaux ont permis de présenter une race bovine laitière (Simmentals), une race à viande (Charolaise) et une race équine (Ardennais). Les éleveurs présents ont tenu à partager leur passion avec des visiteurs qui s’éloignent inexorablement du monde agricole. Du monde agricole, ils n’ont que la vision véhiculée par les grands médias, c'est-à-dire une vision très partielle et souvent fausse.

Pensées libres d’éleveurs allaitants
Ce genre de manifestation est aussi l’occasion de recueillir les témoignages ou les états d’âmes des agriculteurs présents. La plupart, avec un peu de recul, reconnaissent enfin que l’année 2007 a été une excellente année. Certains parlent de « jamais vu » et d’autres de « l’année de sa carrière ». Ils ajoutent que même si 2 008 est moins porteuse, 2 007 a permis de prendre de l’avance…
Par contre, les éleveurs de races allaitantes se sentent exclus de cette envolée des cours et de ce vent porteur. Les prix en ferme n’ont pas décollé et le coût des matières premières n’a cessé d’augmenter. Un éleveur ajoute : « comme si la coupe n’était pas assez pleine, il va falloir en plus payer une taxe d’équarrissage de 15 euros par animal ».
Alors, les éleveurs « purs » attendent avec impatience les décisions européennes qui vont enfin permettre de prélever des aides sur des secteurs qui vont bien (les céréales) pour les distribuer sur des secteurs sinistrés (la viande bovine, les ovins, les fruits et légumes…).

Certains agriculteurs présents à la Foire ne croient pas à ces décisions.

D’autres éleveurs affichent, pour une fois, leur confiance envers l’Europe. « Comme Bruxelles a toujours fait ce qu’elle voulait, il n’y a pas de raisons que cette fois-ci elle ne le fasse pas. Surtout que ce serait une sage décision… ».

Pensées libres d’éleveurs laitiers

Quant aux éleveurs laitiers, ils ne cachent pas leur doute et leur égarement : « nous sommes complètement paumés. Il y a un an, il fallait produire, produire, produire… Cette année, on nous annonce une baisse terrible du prix du lait. De qui se moque-t-on ? Est-ce que le prix des fromages diminue ? ». La réponse vient peut-être de l’un de ses collègues : « nous n’aurions pas dû produire autant de l’an dernier afin d’étrangler les laiteries et qu’elles soient à notre merci et non pas le contraire. Mais, pour cela, il faudrait que nous soyons unis au niveau régional, au niveau national et au niveau européen. Et ça, ce n’est pas gagné ! ».
“En attendant, le nombre d’exploitations laitières ne cesse de chuter en Haute-Marne et en France. Si cette tendance se poursuit, tous les prés seront retournés et la France ne sera plus qu’un grand champ de blé”.

La répartition des soutiens est effectivement au cœur des débats sur le bilan de santé de la pac, mais comme en Haute-Marne, les exploitations sont à dominante de polyculture-élevage, il se pourrait bien que l’on prenne de la poche droite pour remettre dans la poche gauche en risquant d’en perdre au passage... Des mesures de solidarité doivent néanmoins sans attendre les arbitrages européens.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2522 | novembre 2018

Dernier numéro
N° 2522 | novembre 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui