L'Avenir Agricole et Rural 27 août 2020 à 09h00 | Par Richard Cremonini

Foire de Châlons : « clap de fin »

L’annulation de la 74e Foire de Châlons est un séisme pour l’économie locale et le monde agricole perd sa plus belle vitrine régionale.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Bruno Forget donne rendez-vous à tous l’an prochain pour la 75e Foire.
Bruno Forget donne rendez-vous à tous l’an prochain pour la 75e Foire. - © R. CREMONINI

C’est le coup de tonnerre de la rentrée. La 74e Foire de Châlons-en-Champagne, 2e rendez-vous agricole de France, est officiellement annulée ont annoncé le 18 août les organisateurs qui y ont cru jusqu’au dernier moment. Elle aurait dû se tenir du 4 au 14 septembre, 11 jours durant lesquels 750 exposants accueillent habituellement 250 000 visiteurs.
Dans un communiqué diffusé le 18 août et intitulé « clap de fin pour la 74e Foire de Châlons », le commissaire général fait part de son dépit. Pour Bruno Forget, l’événement châlonnais est « victime du diktat de la technostructure parisienne qui a décrété l’interdiction des rassemblements de plus de 5 000 personnes lors des foires, mais pas dans les centres commerciaux, dans les parcs de loisirs, dans le métro ou les Champs-Élysées ! ». Jusque-là, Bruno Forget s’était adapté au calendrier fixé par le gouvernement en décalant la foire au mois de septembre alors qu’elle a toujours commencé fin août. Un protocole sanitaire très strict avait été validé. Mais les annonces contradictoires du gouvernement et la limitation de la jauge à 5 000 personnes, exposants et salariés compris, ont eu raison de son dynamisme et de sa volonté.

2 millions d’euros de pertes pour l’UCIA Foire de Châlons

Pour le bassin d’activité châlonnais l’impact est énorme et vient s’ajouter au trou d’air du confinement. Certains commerçants réalisent l’essentiel de leur chiffre d’affaires durant ces 11 jours. Ainsi, Laurent Larcher, dont l’entreprise vend et installe des cuisines et salle de bains, redoute-t-il de devoir se séparer de 30 % de ses salariés. Dans le meuble, « c’est le chiffre d’affaires d’un magasin qui disparaît », explique Dominique Petitcolin.
Pour les organisateurs de la Foire, la perte est de 2 millions d’euros. « Les assurances ne couvrent pas le risque d’épidémie, la facture des concerts représente à elle seule 800 000 euros », s’alarme Bruno Forget. Pour le commissaire général, « Châlons avait déjà perdu l’armée, le siège de collectivités et d’administrations, elle n’avait pas besoin de perdre cet indispensable atout ». Et d’enfoncer le clou : « c’est l’éloquente démonstration que notre société va droit dans le mur, sacrifiant les jeunes générations parce qu’elle ne sait pas ou ne veut pas protéger ses aînés ».

Vous pourrez retrouver l'intégralité de cet article dans notre édition du 28 Août 2020.

La flière luzerne témoigne de sa solidarité

Dans un communiqué, Éric Masset président de Luzerne de France, et Éric Guillemot, directeur, affirment leur solidarité avec les organisateurs et le monde agricole. «  Après le formidable Symposium Luzerne du 6 février 2020 qui avait donné une image très positive et dynamique du rôle des agriculteurs et particulièrement de la filière luzerne, nous nous faisions une joie de vous retrouver à cette occasion, vous les professionnels de l’agriculture mais aussi les habitants de la région Champagne-Ardenne.
Grâce à la foire de Châlons-en-Champagne, nous étions heureux de vous rencontrer comme chaque année pour échanger avec vous agriculteurs, salariés du monde rural, retraités, commerçants, artisans, consommateurs parfois inquiets et bien sûr vous aussi, citoyens avec qui nous partageons un territoire à propos duquel vous avez de légitimes aspirations. Une joie de recevoir vos commentaires sur notre passion qu’est l’agriculture. Une joie de rassembler ce qui est épars et de construire ensemble.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2618 | septembre 2020

Dernier numéro
N° 2618 | septembre 2020

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS
L’actualité en direct
Chambre d'agriculture

    Les ARTICLES LES PLUS...

    Voir tous

    Voir tous

    Voir tous

    À LA UNE DANS LES RÉGIONS

    » voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui