L'Avenir Agricole et Rural 05 décembre 2013 à 08h00 | Par GEC

FILIERES VIANDES - Viandes biologiques, et locales : diététique au menu

Vendredi 29 novembre, à l’initiative de la Chambre d’agriculture, de la FRAB Champagne-Ardenne et de VBCA (association des producteurs de Viande Bio de Champagne-Ardenne), une vingtaine d’éleveurs biologiques comme conventionnels étaient réunis dans les frigos de l’abattoir de Chaumont.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les éleveurs à l’école des viandes.
Les éleveurs à l’école des viandes. - © GEC

Ensemble, ils ont examiné une douzaine de carcasses pendant que Laurent ANTOINE, conseiller de la Chambre d’agriculture expliquait leur état de finition et d’engraissement par l’histoire de l’animal, la ration alimentaire. Qu’il s’agisse de Salers, de Limousine ou de Charolaise l’incidence d’une bonne finition est notable sur le poids de viande et l’état d’engraissement.

L’après-midi, Anthony MASSELOT accueillait ses pairs sur sa ferme à VIGNE-LA-COTE.

L’heure était aux échanges de pratiques entre éleveurs vendant en direct et en circuits courts.

Soulignant la nécessité de construire une offre de «viande finie» toute l’année, Laurent ANTOINE propose 2 modèles de finition.

Le premier rapide, sur 3 mois au maximum, pour des animaux bien développés au retour des pâtures et à finir pour le début d’hiver. Le second plus lent sur 6 mois pour des bêtes maigres à finir pour le début du printemps. Partageant leurs expériences, les éleveurs s’accordent, sur la nécessité de bien choisir les animaux à engraisser et de les préparer. «Si on regarde les 2 génisses côte à côte dans ce box, on ne voit guère de différence mais si je les présente de coté ou de dos c’est flagrant» explique Anthony en entrant dans le box «…l’une ne donnera rien, elle na pas de dos, pas de bassin, juste des épaules. L’autre à un vrai potentiel, et puis je crois bien  qu’elle aura un joli grain de viande, je vais la préparer pour la vendre en caissettes fin janvier».

Iska GLASER, chargé de mission filière élevage à la FRAB et animateur de VBCA ajoute «Il est important d’avoir de bons fourrages car l’herbe reste la base fondamentale de l’alimentation dans les fermes bio. Les compléments aussi doivent d’être parfaits qu’ils soient produits sur la ferme ou achetés à l’extérieur, ceci pour que les carcasses et les viandes biologiques soient d’une qualité irréprochable quelque que soit leur mode de commercialisation. Aidés de la FRAB et de VBCA, les éleveurs bio y travaillent en rencontrant, comme aujourd’hui, d’autres acteurs de la filière, abatteurs, bouchers, distributeurs».

Pour les éleveurs biologiques, tenus à l’autonomie fourragère, il ne s’agit pas seulement de savoir quoi donner à manger en finition mais surtout d’être capables de produire de bons fourrages et en quantité suffisante. Laurent ANTOINE sourit en leur répondant «Nous vous proposons les meilleurs mélanges fourragers, mais  la nature se garde le droit de définir ce qui poussera dans le mélange semé … Donc une bonne ration passe d’abord par l’analyse des fourrages voire du grain et des protéagineux à apporter complément …».

Pour terminer Laurent ANTOINE insiste sur l’importance de la mouture du grain pour optimiser les rations et il alerte les éleveurs sur la présence anormale d’ergot cette année, un ergot qui comme l’acidose peut réduire à néant tout le travail d’embouche sur une bête voire un lot d’animaux…

Rendez-vous est donné aux éleveurs, en début d’année 2014, pour de nouvelles journées d’échanges et des formations à la finition des carcasses, à la connaissance des viandes, pour pouvoir produire en Haute-Marne une viande locale de qualité toute l’année et pour la vendre à son juste prix.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2473 | décembre 2017

Dernier numéro
N° 2473 | décembre 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui