L'Avenir Agricole et Rural 17 juillet 2020 à 10h00 | Par L'Avenir Agricole et Rural

Fédérer les hébergements insolites de qualité

Vainqueur de la première édition des « Idées inspirées » dans la catégorie « Nature », la haut-marnaise Adeline Lenoir a créé le premier label pour les hébergements insolites. Un dispositif qui donne de la visibilité aux hébergeurs tout en garantissant un accueil de qualité.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Adeline Lenoir devant un hébergement insolite labellisé.
Adeline Lenoir devant un hébergement insolite labellisé. - © TM

Passionnée depuis toujours par le tourisme durable et responsable, elle est particulièrement attentive aux hébergements insolites qui commencent à se développer comme les cabanes perchées dans les arbres ou les tentes suspendues. Son expérience professionnelle lui permet d’accumuler beaucoup d’informations sur ce tourisme plus écologique, tant au niveau des différents constructeurs que sur la règlementation et la communication.

Une réglementation inadaptée
Alors qu’elle travaille à la Chambre de Commerce et d’Industrie de Haute-Marne, elle a l’occasion d’accompagner deux porteurs de projets en hébergement insolite qui rencontrent des grosses difficultés à cause de la réglementation qui n’est pas prévue pour ce type d’hébergement.

Qualité et communication

Puis les stagiaires de ses formations lui demandent de trouver une manière de les fédérer autour d’un label ce qui leur permettrait d’avoir des subventions régionales ou départementales. Depuis son lancement le 15 mars dernier, le label « Hôtes insolites » regroupe déjà 24 hébergements. L’idée étant de fédérer les hébergements insolites de qualité. L’inscription se fait par internet sur le site hotes-insolites.com et l’inscription coûte 40 € par an. Adeline vérifie les dossiers et atteste de leur conformité par rapport au cahier des charges du label. « Je vérifie des choses spécifiques à l’hébergement insolite, par exemple quels sont les moyens d’éclairages fournis dans le logement et sur le chemin pour s’y rendre » explique Adeline Lenoir.
Obtenir le label permet aussi d’avoir accès à une page Facebook dédiée où les hébergeurs peuvent poster leurs annonces. « Se regrouper au même endroit fonctionne très bien car les réseaux des uns et des autres s’additionnent » précise Adeline Lenoir. L’hébergement insolite concerne différentes catégories : chambres d’hôte, camping, hôtels, villages vacances, meublés de tourisme.

La Haute-Marne, berceau des hébergements insolites

L’hébergement insolite se développe à tel point qu’il n’y a pas assez d’offres sur le marché en été. Les hébergements les plus demandés sont les cabanes perchées, les bulles et les maisons flottantes. En 2018 on dénombrait plus de 1 500 sites en France, soit 6 000 hébergements insolites. Le coronavirus a accéléré ce développement. « Pour les clients c’est le type d’hébergement qui permet d’être dans la campagne, d’éviter de croiser du monde et de ne pas porter de masque. Les hébergements où les gens sont les uns sur les autres font moins rêver en ce moment » explique Adeline Lenoir.
Le premier hébergement insolite de France est né en 1997 en Haute-Marne, même si cette appellation n’existait pas encore à l’époque.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2622 | octobre 2020

Dernier numéro
N° 2622 | octobre 2020

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS
L’actualité en direct
Chambre d'agriculture

    Les ARTICLES LES PLUS...

    Voir tous

    Voir tous

    Voir tous

    À LA UNE DANS LES RÉGIONS

    » voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui