L'Avenir Agricole et Rural 01 mars 2007 à 00h00 | Par F.Thevenin

FDSEA - HAUTE-MARNE - L’agriculture est un enjeu stratégique pour tous les peuples et la planète

Avec aux commandes Françoise Henry, la FDSEA de Haute-Marne a tenu son assemblée générale. Le bilan de l’année 2006 est plutôt positif même si d’autres combats perdurent ou se font jour.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Un certain nombre d’acquis en agriculture, durant l’année 2006, est le fruit de l’action de tout un réseau. Pour Françoise Henry, “la force de la FNSEA est ce réseau qui permet un maillage du territoire et des productions et une unité dans la diversité des exploitations”.
Du coup, la présidente de la FDSEA 52 regrette les « scissions syndicales » et les divisions en évoquant les dernières élections professionnelles et la constitution de la liste Coordination Rurale. Malgré tout, la victoire du syndicat a été large et cette victoire est « motivante et engageante ». D’après Françoise Henry, « elle nous oblige à avoir un positionnement réaliste par rapport aux contextes politique, économique et sociétal ».
Le syndicat veut convaincre avec des arguments plutôt que de contraindre via des manifestations. En cas extrêmes, la mobilisation massive sera demandée sachant que l’opinion publique et les gouvernants sont sensibles aux démonstrations de rue.

Sur-administration

Fort de cette élection, la FDSEA met en place une base documentaire commune avec la Chambre, le CER France Haute-Marne et l’Adasea pour clarifier et généraliser le conseil aux agriculteurs sachant qu’il est de plus en plus compliqué de suivre les notices, contre notices et re-notices. Même les agents de l’Administration ne suivent plus… Tout cela crée de l’insécurité et engendre malheureusement des sanctions financières. Françoise Henry parle de véritable capharnaüm.
Bruxelles semble en avoir pris conscience en créant une organisation communautaire de marché unique (OCMU) pour une simplification générale. Mais, le mot simplification dans la bouche des technocrates de Bruxelles inquiète. Il se pourrait qu’il se manigance, sous cette simplification, un transfert de pouvoirs du Conseil des Ministres vers la Commission. Dans ce cas, les Etats n’auront plus rien à dire !
L’information passe par les moyens traditionnels (presse, fax, mail, internet…) mais, en plus, la FDSEA voudrait donc la mise en place, dans les exploitations, des auto-diagnostics permettant d’apprécier le niveau de respect des différentes réglementations : « qu’il s’agisse de la conditionnalité, des installations classées, de la législation sociale, des aides PAC, des cahiers des charges du 2ème pilier, des conditions d’octroi des différentes subventions et mesures conjoncturelles, de la traçabilité, il faut un enregistrement unique ».
Il faut hiérarchiser les contraintes réglementaires afin de dédramatiser cet environnement qui pèse sur les agriculteurs. Une bonne piste paraît être le « zéro » papier et le recours à l’informatique sachant que les déclarations informatiques obligent à faire des simplifications.

Modernisation

L’effort de modernisation des exploitations, la formation des jeunes agriculteurs, l’accompagnement des organisations professionnelles ont permis de relever le défi du maintien d’une agriculture en Haute-Marne. Les aides du Conseil Général et Régional ont été précieuses en apportant leurs aides dans les remembrements ou dans la modernisation des bâtiments d’élevage.
Les 75 jeunes inscrits dans les stages d’installation et les 3/4 des projets réalisés sur des exploitations d’élevage sont le fruit de cette politique d’accompagnement.
Néanmoins, la FDSEA regrette le manque de concertation et de compréhension qui s’est installé avec le Conseil Régional au sujet des bâtiments d’élevage. 80 dossiers sont en attente avec un délai d’attente de plus de deux ans pour obtenir une réponse…

OMC

Au sujet de l’OMC, l’agriculture française et européenne entre à nouveau dans une zone de haute turbulence, au moins, jusqu’au mois de juillet 2007, date à laquelle Georges Bush perdra le mandat de négociation qu’il a reçu du Congrès américain.
La FNSEA ne lâche pas le dossier et s’offusque des déclarations fracassantes de Mandelson et Fischer qui propose aux agriculteurs de chercher un second emploi pour remplacer les aides et compléter leur revenu.
Pour Françoise Henry, l’enjeu n’est pas seulement les aides mais aussi les droits d’entrée : « on ne peut pas être brésilien par les prix et européen par l’environnement. Il faudra bien qu’un nouvel ordre économique soit mis en place pour se substituer au seul calcul mercantile de l’OMC ».
Il ne peut pas avoir d’ordre économique sans suppression des distorsions de concurrence. Ceci est valable pour l’Amérique mais aussi pour l’Europe où chaque pays n’est pas logé à la même enseigne dans certains domaines comme les phytosanitaires, les taxes équarrissages ou les tests ESB.

Gestion des crises

La crise de la fièvre catarrhale démontre à quel point la carence de l’Europe est criante sur la politique sanitaire et la gestion des crises. La FDSEA condamne la clause de minimis et se prononce pour un système assurantiel plus efficace que l’assurance récolte.
Pour faire face, les agriculteurs haut-marnais ont su se regrouper. En zone intermédiaire plus qu’ailleurs, avec une majorité d’exploitation de polyculture élevage, cela est devenu une nécessité.
Or, il ne faut pas voir les structures mais les hommes et les femmes qui y travaillent. La FDSEA demande au nouveau Préfet de revoir le Projet agricole départemental afin que la transparence professionnelle inscrite dans la loi doit systématiquement être appliquée.

La liberté d’entreprise

La capacité à réaliser des projets et à faire évoluer son entreprise passe par la liberté d’entreprise. Dans cet esprit, la FDSEA 52 a proposé d’expérimenter les Transferts spécifiques sans terre. Ils ne remettent pas en cause la maîtrise globale de la production. Ils donnent simplement un peu plus de choix aux éleveurs.
Les nouvelles énergies doivent aussi laisser le choix d’entrer dans les filières courtes ou des filières industrielles.
La réalité économique servira ensuite d’arbitre. La FDSEA veut donner les conditions pour que chacun puisse s’épanouir dans le métier d’agriculteur et d’agricultrice.

Image

La fonction nourricière de l’agriculture restera essentielle et les efforts en matière de traçabilité et de sécurité sanitaire sont là pour conforter l’image des agriculteurs.
Les nouveaux débouchés sont une chance supplémentaire pour les cultures et les élevages de toutes les régions de France. La Haute-Marne, en région « intermédiaire », doit y trouver sa place.
La FDSEA et son réseau veulent défendre une agriculture audacieuse, attractive et solidaire afin que les jeunes aient envie et puissent s’installer.
Françoise Henry conclut : « partager les difficultés pour mieux franchir les épreuves. Partager les moments de convivialité ; c’est aussi cela la force de notre organisation syndicale. Sachons cultiver cette valeur de solidarité. Ne nous focalisons pas sur ce qui nous divise mais sur ce qui nous rassemble. L’agriculture est un enjeu stratégique pour tous les peuples et la planète. Nous sommes prêts à relever ces fabuleux défis de nourrir, d’entretenir le territoire et de diminuer la charge de pollution. Nous sommes agriculteurs, énergiculteurs et dépollueurs quand tant d’autres ne sont que de beaux parleurs ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2522 | novembre 2018

Dernier numéro
N° 2522 | novembre 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui