L'Avenir Agricole et Rural 19 novembre 2008 à 11h40 | Par JEAN LOUIS BLONDEL

FDSEA - HAUTE-MARNE - CONSEIL D'ADMINISTRATION : TOUT VA MAL !

L’agriculture, en tant que productrice de matière première, est probablement le secteur économique le plus touché par la crise. L’horizon est sombre et menaçant dans pratiquement tous les secteurs de production. La FDSEA alerte les Pouvoirs Publics sur la nécessité de maintenir, voire de renforcer, les soutiens.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
GUILLAUME HUSSON, à droite a remplacé Thibaut LUGNIER dans les missions d’animation et de conseil au sein de la FNSEA. GUILLAUME HUSSON, à droite a remplacé Thibaut LUGNIER dans les missions d’animation et de conseil au sein de la FNSEA.

Les marchés
au cœur du problème

L’avenir de l’agriculture repose essentiellement sur la rémunération des produits agricoles. L’année 2007 laissait augurer la possibilité de pouvoir s’affranchir un jour des soutiens directs. Mais cet espoir s’est vite dissipé dans le crack boursier puis économique qui touche plus particulièrement les matières premières. Or, l’agriculture est à la fois grande consommatrice et grosse productrice de matières premières. Actuellement, les prix agricoles chutent de matière vertigineuse alors que les engrais restent sur un palier très élevé. Le Conseil d’Administration a pris connaissance et amendé le document qui allait être remis dans l’après midi au Préfet.

Le secteur des grandes cultures peut encore espérer passer l’année 2008 sans trop de dommages mais les résultats de l’année 2009 s’annoncent très préoccupants avec une chute prévisible de l’ordre de 300 ?/ha ramenant le bénéfice aux niveaux les plus faibles connus depuis la réforme de la PAC.

Dans les secteurs de l’élevage, la viande s’enfonce dans la déprime. La situation est tout aussi alarmante pour la viande bovine que pour la viande ovine. Ces deux productions sont de plus affectées par la crise de la FCO qui a entraîné des pertes et des surcoûts importants.

La production laitière est de nouveau dans de grosses turbulences dont les laiteries sont en grande partie responsables. En effet, si certains prix industriels ont fortement chuté il n’en est pas de même des produits laitiers dans les linéaires des grandes surfaces.
Une nouvelle fois le Conseil d’Administration de la FDSEA dénonce les marges extraordinaires que s’accapare la grande distribution.

L’économie et le Grenelle de l’environnement, appréhendé plus particulièrement sous l’angle des opportunités de diversification des exploitations agricoles, seront à l’ordre du jour de la prochaine assemblée générale qui se tiendra le 12 février 2009.

Proximité et
services à l’adhérent

 

Le taux de cotisation s’améliore d’année en année et la situation 2 008 confirme cette tendance avec un taux d’adhésion qui devrait être de l’ordre de 60 % en fin d ‘année. Cette bonne présence syndicale est en lien avec les services de proximité que peut apporter la FDSEA. Le conseil juridique, l’accompagnement réglementaire ainsi que la représentation et la défense auprès de l’administration sont des services appréciés mais néanmoins ponctuels.
La FDSEA assure sa présence et sa proximité au quotidien par le biais des informations hebdomadaires qu’elle diffuse auprès de ses adhérents. Cette action de communication et d’information sera renforcée dans le cadre d’un extranet qui sera ouvert en 2009. Cet outil devrait entre autres permettre de saisir les éléments variables de la paie en ligne pour les employeurs de main-d’œuvre, proposer des supports pratiques pour les enregistrements en matière de conditionnalité (plan prévisionnel de fumure, enregistrements phytos, registre d’élevage etc.…), accéder à des calculs spécifiques (ex : fermage, dégrèvement d’impôts fonciers) et consulter une documentation de base actualisée. Le code extranet sera communiqué avec la « carte moisson ».
La proximité passe aussi par une animation de terrain et chaque Président Cantonal est actuellement consulté pour initier une action au cours des prochains mois.

FCO : fermeté sur le coût
de la vaccination

 

La vaccination obligatoire devra être terminée avant le 30 avril 2009. Le ministre de l’agriculture a annoncé que les visites vétérinaires devaient autant que possible être couplées à une autre visite obligatoire afin de limiter le coût de la vaccination. La commission départementale de prophylaxie doit arrêter prochainement les modalités pratiques et le coût de la vaccination. La profession agricole demande que les honoraires des vétérinaires soient fixés au temps passé afin de moraliser le coût des prestations (qui avaient atteint des chiffres successifs au bénéfice de certains vétérinaires) et responsabiliser par la même occasion les éleveurs dans l’organisation du chantier de vaccination.

Tous les animaux devront être vaccinés (dérogation possible pour les animaux destinés à être abattus avant l’âge de 10 mois). La prophylaxie contre les sérotypes 1 et 8 sera réalisée le même jour.

Certains administrateurs s’interrogent sur la fiabilité des tests virologiques car des animaux avec des symptômes manifestes de FCO ne réagissent pas positivement à l’analyse ce qui est préjudiciable dans le cadre de la procédure d’indemnisation.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2521 | novembre 2018

Dernier numéro
N° 2521 | novembre 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui