L'Avenir Agricole et Rural 30 avril 2009 à 14h20 | Par F.Thevenin

FD CUMA 52 - Quelle place dans les itinéraires culturaux pour le binage ou le désherbinage ?

Dans un contexte de réduction des homologations de certains produits phytosanitaires, le binage et le désherbinage sont de nouveau d'actualité. Présentation des connaissances actuelles.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Il n’existe pas d'itinéraires techniques incontournables. Il n'y a pas de recettes miracles... Il est possible d'intégrer du désherbage mécanique sur toutes les cultures mais, il faut :

--> raisonner sur une rotation si possible diversifiée
--> s'appuyer sur le travail du sol
--> avoir un stock semencier le plus faible possible
--> noter une mise en oeuvre plus facile sur cultures «sarclées» que sur céréales d'hiver
--> noter une très forte dépendance aux conditions climatiques
--> adapter le choix de la culture et du cultivar
--> noter leur caractère plus aléatoire que les produits phytosanitaires dans l'efficacité
--> tenir compte des contraintes en temps et en énergie
--> noter la réduction de l'utilisation des produits phytosanitaires

D'outil en outil


Les techniques alternatives ou complémentaires au désherbage chimique vont donc au-delà du désherbage mécanique. Elles sont également des compléments au raisonnement agronomique.
Pour un binage ou un désherbinage efficace, la gamme d'outils proposé aux agriculteurs est large avec des ustensiles plus ou moins connus :

l la herse étrille ; un matériel simple de conception, constitué de panneaux articulés et indépendants sur lesquels sont fixés des dents longies. Au travail, les vibrations des dents déracinent les plantules.
l la houe rotative ; un matériel traîné simple de conception, constitué de roues étoilés disposées en décalé sur deux rangées, fixées sur un axe horizontal par un bras mobile rappelé par un ou deux ressorts et possédant des dents aux extrémités en forme de cuillères pour un travail d'arrachement superficiel. Au travail, les dents frappent le sol à haute vitesse et soulèvent les premiers centimètres de terre mettant «à nu» les plantules.

la bineuse à dents ; un matériel constitué d'éléments indépendants montés sur parallélogramme et dont la position sur le bâti est réglable afin de s'adapter aux différents écartements. Chaque élément est composé de 3, 4 ou 5 dents rigides ou vibrantes pouvant être équipées par un large choix de pièces travaillantes. Au travail, les socs tranchent les racines des adventices de l'inter-rangs. Pour des passages tardifs, il est possible de ramener de la terre sur les rangs pour étouffer les mauvaises herbes.

- la désherbineuse ; un pulvérisateur est combiné à la bineuse à dents. Il permet d'intervenir en traitement localisé sur le rang complétant le travail de la bineuse dans l'inter-rangs. Au travail, binage et pulvérisation sont simultanés mais un binage simple reste possible.
Après de multiples essais, il apparaît que la houe rotative est plus sélective que la herse étrille avec, également, moins de pertes de pieds. La sélectivité est meilleure en cas de grand écartement entre chaque rang.

Conclusion : l'utilisation de la désherbineuse est une alternatives et/ou un complément dans l'objectif de réduire le coût herbicide tout en préservant l'efficacité du désherbage
Conclusion : l'utilisation de la désherbineuse est une alternatives et/ou un complément dans l'objectif de réduire le coût herbicide tout en préservant l'efficacité du désherbage - © FD CUMA

Test grandeur nature en Haute-Marne

 

En 2008, la Chambre d'Agriculture de Haute-Marne et la FDCuma 52 ont mené des essais d'intégration de la désherbineuse dans un programme de désherbage du maïs.

La parcelle testée appartenait au Gaec de Grivée, à Colombey-les-Choiseul. Le sol limono-argileux profond a été ensemencé le 25 avril après avoir été  traitée au Roundup Flash, à raison de 0,5 litres par hectare.
Après ce semis, la parcelle a été divisée en 10 zones pour des comparaisons de désherbage avec intégration plus ou moins forte de la désherbineuse :

Z1 : désherbage pré-levée + post levée --> Coût /ha herbicide : 95 euros
Z2 : désherbage pré-levée seul --> 64 euros d'herbicide par hectare
Z3 : désherbage pré-levée + désherbinage à 5 feuilles  --> 76 euros d'herbicide par hectare
Z4 : désherbage pré-levée + binage à 5 feuilles  --> 64 euros d'herbicide par hectare
Z5 : témoin non désherbé  --> 0 euro d'herbicide par hectare
Z6 : tout mécanique binage à 5 et 8 feuilles  --> 0 euro d'herbicide par hectare
Z7 : désherbinage 5 feuilles  --> 12 euros d'herbicide par hectare
Z8 : désherbinage 5 feuilles et binage 8 feuilles  --> 12 euros d'herbicide par hectare
Z9 : désherbage post 5 feuilles et binage 8 feuilles  --> 31 euros d'herbicide par hectare
Z10 : désherbage post 5 feuilles  --> 31 euros d'herbicide par hectare

Pour le binage, les techniciens ont opté pour une bineuse Carré Econet L 6 rangs avec soc triangulaire (5 dents par inter rang) et protège plan crénelé de diamètre 500 mm. En plus, l'outil était équipé d'un pulvérisateur DPA à jets dirigés qui réalise une pulvérisation localisée sur le rang. Enfin, il est muni d'un système de guidage électronique placé entre le tracteur et la bineuse. L'action constante de deux cellules photoélectriques qui détecte la position d'un rang de maïs ordonne le placement de la bineuse.
A noter que pour le désherbinage, la largeur traitée sur le rang est de 25 cm et donc, le coût herbicide est calculé sur la base de un tiers de la surface traitées (25 cm sur un inter rang de 75 cm).

Résultats

La notations visuelles sur les efficacités des programmes s'est effectuée le 20 juin, au stade 10 feuilles du maïs.
En premier lieu, pour le témoin (Z5), sur lequel aucune intervention n'a été pratiquée, les adventices sont à la hauteur du maïs avec des chénopodes, du colza, du laiteron, du vulpin, du liseron, du pâturin et du gaillet.
Les Z1 et Z3 ont obtenu de très bons résultats avec des notes d'efficacité visuelle de 8 ou 9 sur 10.
Les Z2, Z4, Z8 et Z9 ont obtenu de bons résultats avec des notes de 7,5 sur 10. Ils restaient quelques colzas et chénopodes par endroit.
Les Z6, Z7 et Z10 ont obtenu des résultats moyens avec des notes inférieures à 7,5. Il est à noter des rangs plus ou moins sale, des relevées de paturin ou des relevées d'adventices par manque de rémanence des petites doses d'herbicide. Ces résultats sont sans incidence sur le rendement mais ils augmentent le stock de semence des adventices.
Au niveau de la récolte, il apparaît que seul le témoin «décroche» en production avec une baisse de 3 tonnes de MS par hectare. Pour l'ensemble des autres itinéraires, les résultats sont comparables. Malgré des résultats variables en efficacité visuelle du désherbage, le maïs, avec de très bonnes conditions de végétation, est resté dominant par rapport aux adventices.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2522 | novembre 2018

Dernier numéro
N° 2522 | novembre 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui