L'Avenir Agricole et Rural 31 octobre 2019 à 09h00 | Par D. COUEFFE

Faire pâturer ses vaches laitières, une évidence malgré les aléas climatiques

Rémi et Séverine ROUSSEL exploitent une ferme de 180 ha dont 145 ha de prairies permanentes à Chatenay-Vaudin, dans le Bassigny. Ils ont participé au rallye des GIEE et ont ouvert leurs portes à cette occasion. La conduite de l’élevage est basée sur la recherche d’une autonomie alimentaire du troupeau maximale. Ce système cohérent, économe et respectueux de l’environnement répond à leurs objectifs d’éleveur.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La chicorée cet été en pleine chaleur et par manque de pluie.
La chicorée cet été en pleine chaleur et par manque de pluie. - © RÉSEAUX D’ÉLEVAGE

La gestion de l’herbe et notamment la conduite du pâturage constitue leur préoccupation majeure pour nourrir leur troupeau et produire du lait au moindre coût tout en respectant le bien-être des animaux. Rémi et Séverine ont participé activement à l’émergence du GIEE « Pâturage – Lait d’avenir », c’est au retour de la visite au Lycée Agricole de Pixérécourt et suite à l’exposé de Bertrand Cailly, responsable de l’exploitation laitière, que le déclic s’est opéré.
Le changement de trajectoire réalisé depuis 2016 s’inspire fortement des fondamentaux concernant la gestion des prairies et la conduite de troupeau à la pâture.

La conduite de pâturage
Le troupeau est constitué en moyenne de 70 vaches laitières à 7 000 1, l’objectif est de livrer 530 000 1 de lait à la laiterie Ermitage. Il y a en complément  une production de 15 bœufs croisés pour maintenir une bonne valorisation des prairies.

Le suivi du pâturage
La période clé pour la réussite du pâturage des vaches traites se situe au printemps, depuis la mise à l’herbe jusqu’au début d’été quand la pousse de l’herbe se ralentit fortement. Durant cette période de printemps Rémi mesure la hauteur d’herbe présente avec un herbomètre « tous les dimanches matin, je fais le tour des parcs où vont les vaches, j’y passe 2 heures mais ç’est indispensable pour bien gérer le pâturage ». Il s’agit de faire une vingtaine de mesures par paddock pour estimer le volume d’herbe disponible pour la pâture. En fonction du fourrage à l’auge, le total de ces quantités lui permet d’estimer le nombre de jours d’avance en pâture pour le troupeau. Pour ne pas se faire dépasser par la pousse d’herbe, ses repères en hauteur d’herbe sont entre 10 et 12 cm maximum et l’objectif est de rester autour des 15-20 jours d’avance, au-delà, il est préférable de retirer une parcelle et de la récolter

Maintenir du pâturage en été
L’objectif est d’améliorer la qualité de la flore des prairies et de maintenir le pâturage plus longtemps possible en été. Le premier essai de sursemis a eu lieu le 22 août 2017 sur 7,2 ha divisés en 3 paddocks.
C’est la technique privilégiée après le passage des vaches. Le semis est réalisé avec un semoir à disques suivi d’un roulage pour refermer les sillons, bien rappuyer les graines et favoriser le contact avec la terre pour la germination. Par chance, il y a eu un peu de pluie dans la semaine.
La dose de semis est de 25 kg/ha d’un mélange classique à base de RGA-dactyle-trèfle violet avec en complément minette et lotier riches en protéines plus chicorée et plantain résistants à la sécheresse.
L’ajout des plantes complémentaires rend le coût de semences élevé : chicorée 12.30€/kg, plantain 6€/kg, minette 6.70€/kg et lotier 7.67€/kg. Il n’y a pas eu de désherbage ni d’apport d’engrais minéral. En plus des déjections lors de la pâture, la parcelle reçoit du fumier 1 an sur 2.

En complément :

Le dispositif Inosys-Réseaux d’Élevage organise des rendez-vous sur les stratégies d’adaptation face aux aléas climatiques et leurs conséquences économiques. 29 rencontres sont organisées sur la région Grand-Est. Contactez votre conseiller ou rendez-vous sur le site de vos chambres départementales pour en savoir plus.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2573 | novembre 2019

Dernier numéro
N° 2573 | novembre 2019

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS
L’actualité en direct
Chambre d'agriculture

    Les ARTICLES LES PLUS...

    Voir tous

    Voir tous

    À LA UNE DANS LES RÉGIONS

    » voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui