L'Avenir Agricole et Rural 04 août 2016 à 08h00 | Par L'Avenir Agricole et Rural

ENVIRONNEMENT : REVISION DE LA ZONE VULNÉRABLE

Une réunion de concertation a eu lieu à la DDT le jeudi 21 juillet à propos de la modification de la délimitation de la zone vulnérable sur la partie de la Haute-Marne concernée par le bassin Rhône-Méditerranée-Corse.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © REUSSIR

Un contexte de révision des zones vulnérables engagée au niveau national

La dernière révision des zones vulnérables aux nitrates d’origine agricole a été effectuée en France fin 2012 (arrêté du 18 décembre 2012 par le préfet coordinateur AERMC) sur la base des mesures effectuées en 2010-2011. Dans le cadre du contentieux européen, une révision complémentaire a été réalisée en 2015 pour compléter la désignation de 2012. Cette révision consistait à l’époque à une simple extension de l’arrêté de 2012. Pour le bassin de l’agence Rhône Méditerranée Corse, il y a eu une extension du zonage de 2012 par deux arrêtés du 14 mars 2015 (désignation des communes) et du 25 juin 2015 (délimitation infracommunale). Suite au jugement du tribunal administratif de Lyon le 3 décembre 2015, l’arrêté du 18 décembre 2012 a été annulé.

Madame la ministre de l’environnement a demandé au préfet coordinateur de bassin de procéder à la révision quadriennale des zones vulnérables d’ici fin 2016. En parallèle de cette révision des zones vulnérables aux nitrates agricoles, le préfet de bassin organise la révision des zones sensibles à l’eutrophisation au titre des exigences de la directive européennes relatives aux « eaux résiduaires urbaines ».

Suite à l’annulation de l’arrêté du 18 décembre 2012, c’est le zonage de 2007 qui est en vigueur. Concrètement toutes les communes de Haute-Marne situées sur le bassin AERMC sont en zone vulnérable à ce jour.

La révision de la zone vulnérable sur le bassin Rhône-Méditerranée-Corse, réalisée avec des données plus récentes et de nouveaux critères de classement, aboutirait sur le territoire concerné de la Haute-Marne à la sortie d’une trentaine de communes sur le secteur Varenne / Laferté sur Amance.

Quelles conséquences pour les exploitations ?

Une fois le zonage validé (début 2017), il y aura deux cas de figures :

- Des exploitations (environ 50) qui seront en totalité en dehors de la zone vulnérable et qui n’auront plus à respecter les contraintes de la directive nitrate. Attention certaines contraintes sont malgré tout reprises dans la réglementation sur les Installations Classées.

- Des exploitations qui seront en partie concernées par la zone vulnérable. Pour ces exploitations, les contraintes vont varier en fonction de la localisation des bâtiments par rapport à la zone vulnérable. Une information plus détaillée sera faite quand la nouvelle délimitation sera effective.

 

Et ailleurs en Haute-Marne ?

Sur le bassin Seine-Normandie, l’arrêté de 2012 a été attaqué (par le réseau FNSEA) mais la procédure est en cours. C’est donc toujours l’arrêté de 2012 qui est en vigueur, pas de changement de zonage à ce jour.

Sur le bassin Rhin-Meuse, l’arrêté de 2012 a été attaqué et cassé. Par contre la réévaluation n’a porté que sur l’extension de la zone vulnérable et avec des données 2010-2011. Cette réévaluation n’a pas eu de conséquence en Haute-Marne qui reste en zone vulnérable sur ce secteur.

 

La réévaluation devrait intervenir tous les quatre ans. La sortie de ces communes de la zone vulnérable n’est donc pas inscrite dans le marbre. Il est donc souhaitable que les bonnes habitudes prises pour préserver la qualité de l’eau perdurent afin d’éviter le retour de contraintes.

 

Contact :

Chambre d’agriculture

de Haute-Marne,

Pôle Productions Végétales Agronomie Environnement

Téléphone 03 25 35 03 22


Calendrier de la procédure de révision

sur le bassin Rhône-Méditerranée-Corse

Mai : analyse technique des DDT et DREAL du bassin sur la base d’une cartographie issue de l’analyse des données de la surveillance en application stricte des critères de 2015

15 juin : Commission administrative de bassin qui a défini le projet soumis à la concertation

8 juillet : concertation de bassin (selon R211-77 du CE)

Juillet – Août : concertations locales

15 septembre : retour des synthèses régionales des concertations

Octobre – Décembre : consultations institutionnelles par le Préfet coordonnateur de bassin au niveau régional et consultation du public (via le site internet du bassin)

Décembre : avis du Comité de bassin (bureau)

Fin 2016 : arrêté de désignation des Zones Vulnérables

 


Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2457 | août 2017

Dernier numéro
N° 2457 | août 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui