L'Avenir Agricole et Rural 11 septembre 2014 à 08h00 | Par E. Dauphin

En route vers l’autofertilité des sols

Frédéric Thomas, fondateur de la revue TCS, est intervenu dans le cadre d’une journée technique organisée par l’APVA. Cette formation a attiré 45 agriculteurs, en dépit d’une semaille qui bat son plein.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Agronomie

Nombreux étaient les participants à cette journée technique en salle suivie de visites de parcelles organisées par l’APVA. L’intervenant a été agréablement surpris tant par le nombre de participants que par la qualité des couverts qu’il a eu le loisir d’admirer dès sa sortie de l’autoroute. Son intervention pragmatique mêlant témoignages, expérimentations, observations des sols à l’échelle nationale et internationale a répondu aux attentes d’un auditoire avisé.

Reconquérir la fertilité des sols

Atteindre l’autofertilité des sols est le but ultime poursuivi par l’agriculture de conservation, afin de rendre plus autonomes les exploitations par rapport aux intrants. Cette gageure n’est possible qu’en arbitrant simultanément entre plusieurs leviers dans le cadre d’une démarche progressive : l’optimisation des reliquats d’azote, le travail du sol, les couverts d’interculture, les associations d’espèces, la localisation de la fertilisation et la gestion des effluents d’élevage.

Sans revenir sur tous les aspects abordés durant cette journée riche d’échanges, deux axes forts ont été mis en avant par l’intervenant : l’amélioration de la structure du sol et la valorisation de la ressource en azote.

La structure du sol, premier facteur de fertilité

L’organisation physique fonctionnelle du sol est le premier facteur de fertilité. Il vient avant l’analyse chimique. L’intervenant relève d’ailleurs que les différences de rendement sont minimes entre un sol tassé riche et un sol pauvre bien structuré. Le phénomène de tassement est amplifié dans les terres argileuses. A l’origine de la compaction, les passages répétés d’engins agricoles de plus en plus lourds et les outils de travail du sol qui créent semelles de labour et de reprise de labour. Certains agriculteurs à l’étranger commencent à réfléchir à la géo-localosation du trafic dans le champ afin de passer à la même place. Ils n’hésitent pas à modifier les largeurs de voie des tracteurs pour les faire coïncider avec le passage d’autres engins qui interviennent sur la parcelle.

Semer un couvert vivant permanent peut également amortir la compaction et l’érosion aratoire (liée au travail des engins).

La Haute-Marne est soumise de fait à l’obligation de couverts environnementaux avant cultures de printemps.
La Haute-Marne est soumise de fait à l’obligation de couverts environnementaux avant cultures de printemps. - © E.D.

Un soutien politique croissant envers l’agriculture de conservation

Le Président de la Chambre d’Agriculture lui-même s’est engagé dans cette démarche sur ses propres parcelles. Il a énergiquement défendu le concept à la fin de l’intervention de Frédéric Thomas. La Haute-Marne étant entièrement placée en zone vulnérable, elle est soumise de fait à l’obligation de couverts environnementaux avant cultures de printemps. Christophe Fischer propose, plutôt que de jouer avec les dérogations liées au taux d’argile, de faire de cette contrainte une opportunité. Fervent adepte de l’agriculture conventionnelle, ex-partisan du Club des Cent quintaux dans sa jeunesse, il a aujourd’hui retrouvé goût à l’agronomie en prenant le risque de la transition vers l’agriculture de conservation, avec patience et détermination.

L’agriculture de conservation répond sans nul doute aux exigences gouvernementales en matière «d’agriculture écologiquement intensive» défendu par le Ministre de l’Agriculture Stéphane Le Foll. Outre les bénéfices agronomiques qu’elle procure à moyen terme, cette voie constitue également une réponse aux attentes de nos contemporains, mais aussi des chasseurs de petit gibier et des apiculteurs.

L’agriculture de conservation en bref

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2462 | septembre 2017

Dernier numéro
N° 2462 | septembre 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui