L'Avenir Agricole et Rural 24 mai 2012 à 11h51 | Par Arnaud LAURENT

En direct du Bassigny - Quand les cigognes ne captent plus...

Après l’observation de chamois dans notre département, un de nos lecteurs nous informe de la présence d’un atypique volatile : la cigogne. La Haute-Marne serait-elle en train de regagner du terrain sur le plan démographique ?

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Cigogne prise au GAEC du Haut du Mont à Maulain (secteur du Bassigny).
Cigogne prise au GAEC du Haut du Mont à Maulain (secteur du Bassigny). - © E. DAUPHIN

«Comment ne pas s’émerveiller en voyant se poser près de vous une cigogne. Ce phénomène pourrait sembler anodin dans les plaines d’Alsace, sauf que ce fait se déroule dans le Bassigny, et plus précisément dans la cour de ferme du GAEC du Haut du Mont à Maulain. L’impromptue apparaît pour la première fois, un soir de 29 avril, presque en claquant des doigts (comme Joséphine de TF1), se posant sur un lampadaire. Depuis elle demeure aux alentours, se posant sur le toit du bâtiment, sur le mur du silo à maïs ou dans le pré, cohabitant avec les tourterelles et les vaches. Peu farouche, celle-ci ne s’effraye pas à l’approche de l’homme au point de se poser sur la cabine du tracteur, alors que nous travaillons à côté (voulait-elle écouter la radio ?).

Il se pourrait que celle-ci ait atterri à Maulain après avoir été délogée par les agents de la SNCF alors qu’un couple cherchait à nicher sur les porte-caténaires de la gare de Merrey. Depuis, d’autres cigognes sont passées, certaines sont reparties mais celle-ci est restée dans les environs avec les derniers couples (entre 3 et 4) ayant migré vers le 18 mai. La compagnie loge depuis dans les prés et les étangs entre les communes de Lécourt, Maulain et Choiseul.

On peut se poser quelques questions sur l’apparition et la sédentarisation de ces échassiers dans notre petite région. D’un avis très personnel, je pense que la main de l’homme n’y est pas pour rien. A force de vouloir produire de l’énergie verte, on en vient à oublier que lorsque l’on pose des éoliennes de 120 mètres de haut et de 60 mètres d’envergures on doit certainement obstruer les couloirs de nos chers migrateurs. Je me demande si remplacer la centrale nucléaire de Fassenheim par 8000 éoliennes seraient une bonne nouvelle pour les cigognes...?»

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2522 | novembre 2018

Dernier numéro
N° 2522 | novembre 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui