L'Avenir Agricole et Rural 03 octobre 2013 à 10h56 | Par L'Avenir Agricole et Rural

EMPLOI - PREMIER CONTRAT D'AVENIR SIGNÉ A ST MAURICE

La Préfecture a souhaité médiatiser la signature du premier contrat d’avenir dans le secteur agricole. Ce dispositif en faveur de l’installation professionnelle des jeunes bénéficie d’une aide de 35 % en secteur marchand.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le sous-préfet de Langres préside à la petite cérémonie de signature du contrat avec les services de l’Etat qui versera une aide via l’ASP (Agence de Service de Paiement), mieux connue des agriculteurs pour d’autres versements...
Le sous-préfet de Langres préside à la petite cérémonie de signature du contrat avec les services de l’Etat qui versera une aide via l’ASP (Agence de Service de Paiement), mieux connue des agriculteurs pour d’autres versements... - © JL BLONDEL

Le GAEC FAVREL à Saint-Maurice est la première exploitation Haut-Marnaise à signer un tel contrat dont le cadre permet à la fois de sécuriser l’emploi et d’accompagner de manière adaptée la formation des jeunes.

 

Un objectif de 363 contrats

Pour 2013, l’Etat s’est fixé un objectif de 100 000 emplois d’avenir (140 000 en 2014). La Haute-Marne s’est vue dotée d’un objectif de 363 d’ici la fin de l’année.

Actuellement 231 embauches ont eu lieu, dont 50 en secteur marchand. Le sous-préfet de Langres, Jean-Marc Duché se félicite de cette première en agriculture, un secteur qui, pense-t-il, constitue un gisement d’emplois.

Dans son arrondissement, 53 emplois d’avenir ont été signés, dont 12 en entreprises privées. Cette formule permet de maintenir des jeunes sur le territoire. «C’est une priorité pour l’Etat» rappelle-t-il en espérant que cette «belle aventure cadrée par un accompagnement de formation spécialisée et aidée par des fonds publics sera un exemple à suivre pour de nombreux autres chefs d’exploitation agricole».

 

Un effort financier conséquent

Dès 2013, l’Etat s’engage à hauteur de 2,3 milliards pour financer ces emplois pendant une durée de 3 ans. L’emploi d’avenir est pour l’essentiel à temps plein ou CDD (Cf ci-dessous).

Les pouvoirs publics estiment qu’environ 600 000 jeunes de 16 à 25 ans sont sans emploi et sans formation.

Ces jeunes bénéficient d’ailleurs peu des contrats aidés existants car 60 % des bénéficiaires ont un niveau BAC et plus, d’où la nécessité d’offrir une solution plus adaptée à un public qui a particulièrement besoin d’être accompagné.

Avec 61 % de l’objectif réalisé à ce jour, la Haute-Marne est en passe de relever le défi mais il y a encore de la marge. «Nous ne sommes pas mauvais, mais nous devons être bons» devait insister le sous-préfet en rappelant la nécessité d’une mobilisation massive de tous les acteurs économiques et administratifs dans cette démarche.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2471 | novembre 2017

Dernier numéro
N° 2471 | novembre 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui