L'Avenir Agricole et Rural 12 juillet 2012 à 10h20 | Par E.D.

EMPLOI - Changer d'optique sur les métiers «en tension»

Le forum emploi-métier, organisé à l'initiative du Préfet Claude Morel, a attiré un millier de visiteurs. L'objectif : mettre en avant auprès des demandeurs d'emploi les secteurs «en tension» pour lesquels il existe des offres d'emplois non-pourvues sur notre territoire.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Des ateliers thématiques de découverte des métiers ont rythmé la journée.
Des ateliers thématiques de découverte des métiers ont rythmé la journée. - © E.D.

14 h 15 - Les bus affluent rue Gagarine. Convergeant vers la cité Préfecture, ils ont acheminé des centaines de demandeurs d'emploi des quatre coins du département : Saint-Dizier-Joinville, Langres, Bourmont et Chateauvillain. Une foule bourdonnante gagne le gymnase, animée par l'espoir de trouver peut-être l'offre qui lui permettra de renouer avec le monde du travail. Accueillis par des hôtesses, les visiteurs sont d'emblée aiguillés vers les «flash infos» sur les métiers, l'espace offre d'emplois pour accéder au «Job dating» ou les ateliers de rédaction de curriculum vitae avec édition instantanée...

Parfaitement orchestré par l'unité territoriale de la DIRECCTE, et digne d'un salon professionnel, le Forum Emploi Métier a su mobiliser les nombreux acteurs du territoire qui gravitent autour de la problématique de l'emploi et du développement économique sur le territoire, avec un budget maîtrisé de 21 000 euros.

La situation de l'emploi en Haute-Marne, reflet de la crise économique

L'année 2008, reflète le retournement brutal de l'économie et marque une fracture dans le marché de l'emploi, y compris en Haute-Marne. De 2008 à aujourd'hui, le nombre de demandeurs d'emplois a augmenté de 35 % pour atteindre 11692 personnes. La catégorie des séniors est la plus touchée sur le département avec 68 % d'augmentation soit 2 596 personnes. Les jeunes de moins de 25 ans augmentent de + 23% pour atteindre 2032 personnes. Le nombre des chômeurs de longue durée (inscrits depuis plus d'un an) a explosé de + 85% depuis 2008 pour atteindre 4673 personnes en avril.

Le facteur démographique explique en partie ces chiffres : le département perd en moyenne 900 habitants par an, principalement des jeunes qui partent se former à l'extérieur du département et ne reviennent pas. Un phénomène amplifié par l'absence de formations supérieures.

Le marché de l'emploi haut-marnais quant à lui s'est sévèrement rétracté : en dix ans, le nombre d'emplois s'est érodé de 9% essentiellement en raison de la réduction des effectifs de 22% dans l'industrie métallurgique, soit 3864 emplois. Pourtant, ce secteur, comme l'agriculture, est dit «en tension». Malgré le nombre de demandeurs d'emplois grandissant, les employeurs n'arrivent pas recruter en raison  de la pénibilité réelle ou supposée, et des qualifications spécifiques requises. L'agriculture figure en tête de liste des métiers qui recrutent avec 163 projets, certes composés à 56 % d'emplois saisonniers, suivie par les métiers de bouche et le télémarketing.

Suite dans notre édition du 13 juillet.
Thomas est apprenti-boucher à Sommevoire. Il parcourt 12 kms par jour en scooter pour se rendre à son travail.
Thomas est apprenti-boucher à Sommevoire. Il parcourt 12 kms par jour en scooter pour se rendre à son travail. - © E.D.

Pôle mobilité

Le pied à l’étrier

La mobylette, c’est le métro des petits patelins» observait avec humour Kamini dans son cultissime tube de 2007 intitulé «Marly-Gomont». En effet, l’un des freins à l’emploi identifié sur notre territoire rural est l’accès à la mobilité, une problématique particulièrement sensible dans le monde rural. Outre les dispositifs d’accompagnement financiers (permis de conduire à 1euro, etc), des initiatives souvent méconnues existent : location de deux-roues et site de co-voiturage sur Langres, auto-école associative à Chaumont..., des solutions qui s’adressent en priorité à des publics fragilisés mais pas seulement. «J’ai dépanné un agriculteur qui s’est vu retirer temporairement son permis de conduire en lui louant un scooter» confie la salariée permanente de la MPPL (Mobilité Pour Plus de Liberté, association Langroise).

Afin de mutualiser les initiatives existantes et d’accompagner les demandeurs d’emploi vers l’autonomie en matière de mobilité, les acteurs du territoire projettent de rassembler leurs forces au sein d’une plateforme chargée de cette thématique à l’échelle départementale.



Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2522 | novembre 2018

Dernier numéro
N° 2522 | novembre 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui