L'Avenir Agricole et Rural 29 octobre 2009 à 09h25 | Par F.Thevenin

EMC2 - Alotis - Une synergie payante

La Section ALOTIS d’ EMC2 a décidé de faire bénéficier les éleveurs des économies de charges consécutives à sa récente fusion. La coopérative veut le faire savoir en repartant, confiante et transparente, à la conquête du marché haut-marnais.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Le mariage n’est pas seulement de raison avec un territoire presque identique, des adhérents communs et des métiers complémentaires, il est aussi fusionnel avec une même démarche coopérative axée sur l’ouverture et l’efficacité économique.

Transparence des marges

Gilbert WATTRIN président de la Section ALOTIS sait que le rayonnement de sa coopérative dépend avant tout des prix payés aux producteurs et par conséquent des coûts de fonctionnement puisque les débouchés sont à peu près les mêmes pour tous les intermédiaires, surtout depuis les dernières concentrations industrielles au niveau des abattoirs. La fusion avec EMC2 a généré des économies d’échelle conséquentes et structurelles. Les administrateurs de la coopérative ont donc décidé de reporter ce gain sur les transactions futures avec les éleveurs en réduisant les marges commerciales. Pendant plusieurs semaines EMC2 – ALOTIS communiquera dans notre journal ses tarifs en toute transparence. « Avec des marges de 1 à 2 cts par kg, nous ne craignons pas la concurrence » déclare Gilbert WATTRIN qui espère bien intéresser de nouveaux éleveurs, en affirmant dans le même temps, les valeurs propres à la coopération.

Les plus de la coopération

Outre la transparence, l’équité entre éleveur et la réduction des charges de fonctionnement qui peuvent, au mieux, être imitées par le négoce privé, la coopérative apport un plus en conseils et accompagnement des éleveurs dans la gestion de leurs ateliers. « Ceux qui se sont lancés dans Cap 200 sont aujourd’hui sereins » précise Jean Luc DURET, Directeur Adjoint, qui déplore toutefois une certaine frilosité haut-marnaise à l’égard de cette démarche. Bien qu’elle soit naturellement dans le prolongement de l’exploitation agricole, la coopérative doit assurer une bonne présence de terrain. 5 techniciens, répartis par secteurs et compétences, sillonnent ainsi le territoire haut-marnais, mais pas exclusivement puisque l’aire d’exercice de chaque technicien peut s’étendre sur plusieurs départements. « Nous n’avons pas prévu de passer régulièrement dans les fermes, comme peuvent le faire encore les négociants, mais nous assurons un autre type de présence avec un conseil personnalisé et spécialisé à la demande des éleveurs qui reçoivent par ailleurs chaque semaine un fax d’information sur les cours et les opportunités de marché » précise Jean Marc LAMBERT, Administrateur représentant le secteur Haute-Marne.

Convaincre sans contraindre

L’engagement coopératif implique un engagement de livraison qui est quelquefois vécu comme une contrainte par l’agriculteur. Ce dernier peut avoir le sentiment de perdre une partie de son pouvoir de négociation. Chez EMC2, cette notion d’engagement est appréciée avec beaucoup de discernement. Il en est de même de la souscription au capital social qui s’élève à 75 ? + 2,5 % du chiffre d’affaires. « Rien ne sera demandé pendant un an » précise Gilbert WATTRIN qui ne souhaite pas compliquer les futures relations commerciales avec de nouveaux adhérents par des préalables statutaires. Cette souscription n’interviendra qu’après une année d’échanges et dans des conditions qui seront aménagées.
Les dirigeants d’EMC2-ALOTIS savent que les producteurs de viande sont par nature prudents et attachés à la liberté de commercialisation. Mais ils observent aussi que les éleveurs sont de plus en plus gestionnaires et attentifs à leur marge globale qui ne dépend pas seulement des quelques centimes pouvant ponctuellement faire la différence avec un concurrent. A l’heure où la contractualisation et la politique de filière sont réaffirmées, la coopération a son rôle central à jouer. Alotis veut se repositionner de manière confiante et transparente.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2522 | novembre 2018

Dernier numéro
N° 2522 | novembre 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui