L'Avenir Agricole et Rural 26 mars 2015 à 08h00 | Par T. Morillon

Elevage

L’Assemblée Générale de la section « Grand Est » du Herd-Book Limousin (HBL) s’est tenue la semaine dernière à Saint-Dizier et a démontré le dynamisme des éleveurs, notamment lors des concours.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
L’équipe de la section « Grand Est : (de gauche à droite) le directeur Marc Gambarotto, le président Denis Schmitt et le vice-président Robert Arrouy.
L’équipe de la section « Grand Est : (de gauche à droite) le directeur Marc Gambarotto, le président Denis Schmitt et le vice-président Robert Arrouy. - © T.M.

Une campagne encourageante

Le président de section, Denis Schmitt a souligné l’excellent comportement des éleveurs de la section « Grand Est ». En effet, la dynamique initiée par le Concours National Limousin en 2013 à Nancy perdure avec des agriculteurs impliqués et une filière Limousine en plein essor. « Cela se matérialise tout d’abord sur les concours, que ce soit sur les rings de Lunéville, d’Agrimax à Metz ou de Verdun notamment. Les juges présents ne cessent de souligner la qualité des présentations proposées par les éleveurs » explique le président. Cette dynamique se retrouve également au niveau de la Station Nationale de Qualification de Lanaud où la section est très impliquée, tant comme apporteur que comme acheteur. En effet, les éleveurs y ont apporté 23 veaux dont 8 ont été qualifiés Espoir et 12 RJ (Reproducteurs Jeunes) soit un ratio de 60 % de RJ et se sont portés acquéreurs de 21 veaux (8 Espoirs et 13 RJ).

La section compte 2 adhérents de plus sur la campagne 2013/2014 avec 6 nouvelles adhésions. A noter également que le nombre de points de vente engagés en label rouge ne cesse d’augmenter comme au niveau national, ce qui atteste d’une réelle dynamique de la filière Limousine. Bien qu’un seul taureau ait été qualifié parmi le top 1 % de la race en 2014, ils sont 3 à être promus à ce grade en 2015. Le président de section a mis à l’honneur le lycée agricole de Chaumont « qui fait preuve de beaucoup de motivation que ce soit sur les concours ou au Trophée National des Lycées Agricoles où il représente brillamment la section et la Limousine ». En effet, un bovin du lycée s’est hissé dans les 5 premiers lors du Concours National Limousin 2 014 (Betty, classée 4e des meilleures femelles Reproductrices Recommandées). Il y avait 2 887 vaches mères en Haute-Marne en 2009, chiffre qui passe à 3 356 en 2012, au total la section « Grand Est » compte 54 000 bêtes, une preuve du bon développement de la race.

Un contexte morose

La section compte 3 204 vaches cotisantes soit une évolution de 116 (+4 %) avec un taux de cotisation de 67 %. 129 mâles ont été certifiés par la section (-22 %), ainsi que 592 femelles (-47 %), le total est de 738 animaux soit 3 % de l’activité nationale. L’activité de certification est moyenne, mais est à mettre en perspective avec les campagnes précédentes durant lesquelles de fortes hausses avaient été enregistrées. 81,50 % des adhérents ont participé au pointage génisses pleines contre 64, 40 % l’an dernier. Le pointage a porté sur 1 184 génisses dans 75 élevages. Enfin 104 femelles ont été qualifiées RR (Reproductrice Reconnue) et 42 RRE (Reproductrice Recommandée). Du côté des mâles, 7 ont été qualifiés RR VS (Veaux Sevrés) et 1 RRE VS.

Malgré ces chiffres encourageants, les difficultés conjoncturelles ont fait place à des difficultés structurelles qui pénalisent fortement le revenu des agriculteurs et plus particulièrement ceux de bovins viande. Dans ce contexte, les chiffres de l’association HBL sont une nouvelle fois très mitigés. En effet, la sélection est un investissement pour tout exploitant et doit être amorti. Or la baisse de demande sur le marché du reproducteur conjuguée à une baisse des cours pénalise fortement cette activité. L’arrêt du contrôle de performance ou la cessation d’activité globale sont les deux facteurs principaux qui expliquent les résultats moyens.

Dans la continuité de la précédente campagne, le nombre de pedigrees est une nouvelle fois en baisse, s’établissant à 1 800 contre 1 977 sur la campagne écoulée. Ce chiffre se décompose en 1 396 femelles et 404 mâles. A l’exception de la campagne 2011-2012 (2 759 pedigrees), cela fait 5 campagnes à moins de 2 000 pedigrees. Cela s’explique en partie par l’absence de marchés de masse hors Union Européenne (seulement 33 pedigrees) qui ont un effet bénéfique sur l’export. Parmi les principaux acheteurs de génétique française de haute qualité, on retrouve les pays habituels : l’Espagne (706), l’Italie (339) et la Belgique (119). Notons également les 186 pedigrees sur la Slovaquie.

Bien sélectionner ses bovins

Cette Assemblée a aussi été l’occasion pour David Delgoulet, chef de service HBL, de faire le point sur les actualités génétiques, il a souligné l’intérêt de la sélection de l’ouverture pelvienne : « Beaucoup d’agriculteurs pensent qu’une bête avec un bassin large permet d’avoir un meilleur vêlage, c’est une idée reçue. La sélection doit se faire en premier lieu par rapport à l’ouverture pelvienne, ce qui n’est pas la même chose que la largeur du bassin et ensuite en fonction du poids de naissance ». En effet, l’ouverture pelvienne conditionne les difficultés de vêlage.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2466 | octobre 2017

Dernier numéro
N° 2466 | octobre 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS
L’actualité en direct
Chambre d'agriculture

    Les ARTICLES LES PLUS...

    Voir tous

    Voir tous

    Voir tous

    À LA UNE DANS LES RÉGIONS

    » voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui