L'Avenir Agricole et Rural 27 juin 2013 à 10h24 | Par E Dauphin

Elevage - Simmental France revient aux sources

Simmental France tient pour la troisième fois consécutive son assemblée générale en Haute-Marne en raison du troisième et dernier épisode de la vente du troupeau de la Marnotte, situé sur le plateau de Langres aux sources de la Marne.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le principe de la vente à la bouteille suivi d’une vente aux enchères, lancé par Simmental France, à l’occasion de la vente du troupeau de la Marnotte, est repris par les syndicats départementaux.
Le principe de la vente à la bouteille suivi d’une vente aux enchères, lancé par Simmental France, à l’occasion de la vente du troupeau de la Marnotte, est repris par les syndicats départementaux. - © E.D.

Activité du Groupement de Producteurs en 2012

La vocation du Groupement de Producteurs est d’organiser la vente des animaux reproducteurs de race simmental pour le compte de ses adhérents. Cette structure coopérative est présidée par Michel André, éleveur en Haute-Marne. Le nombre de coopérateur a baissé de 37 adhérents dans 36 départements entre 2011 et 2012. Il s’agissait de membres qui n’avaient plus d’activité avec le Groupement. Le montant de leurs parts sociales leur a été restitué. Le groupement affiche un résultat net de 22737 euros en 2012, en hausse de 10 000 euros par rapport à 2011 et ce malgré une baisse du volume d’activité de 195 animaux.

Tous les animaux des adhérents ont été vendus. Le Groupement a commercialisé 463 animaux en 2012 dans 32 départements, hors ventes aux enchères.  «La moyenne est de trois animaux par transaction, on fait de l’épicerie fine» explique Hervé Vignon, directeur de Simmental France et du Groupement de Producteurs. Le prix moyen, porté par la conjoncture favorable de la viande, a augmenté de 1086 e en 2011 à 1278 e en 2012. Deux événements ont marqué l’année 2012 : la vente d’un premier lot de 95 génisses pleines à la Marnotte ainsi que la vente d’un troupeau de 48 animaux dans le Main et Loire suite à un départ en retraite. Le berceau de la race (Haute-Marne et Côte d’Or) fournit encore 45 % des reproducteurs commercialisés par le Groupement.


Nouvelle offre de taureaux français

Tombois est un taureau qui aura marqué la race, améliorateur en lait et apportant une facilité de naissance, le stock est définitivement épuisé, avec 4000 descendantes, essentiellement des génisses. En 2012, on revient à une répartition plus équilibrée, avec l’essor des doses sexées issues de taureaux français.

Parmi les taureaux indexés sur descendance, citons Serko, complet partout testé sur 20 filles dans 17 étables, Barnum avec des réserves concernant les facilités de naissance, Brocard, facilitateur en aplomb, Viaduc qui apporte de la référence laitière mais attention à ses aplombs coudés, Candy qui compte 43 filles en testage (+0,7 de TP). C’est un taureau mixte mais avec 92 en aplomb, il peut donner des vaches «panardes».

Parmi les taureaux génomiques, dont le CD est plus faible (57-59) que celui des taureaux testés sur descendance, Griffon, Gaillus et Hasard, disponibles d’ici peu en semence sexée ainsi que Von Welt, taureau sans corne hétérozygote (un veau sur deux sans corne) au même prix que les doses traditionnelles (environ 20 euros).

La progression de la génomique a des répercussions sur la gouvernance de Simmental France ; il a été acté lors de l’assemblée générale que les coopératives d’insémination adhérentes disposeraient d’un nombre de siège proportionnel à leur activité totale et non plus au testage. A titre d’exemple, Elitest, qui assure 29% des IAT en Simmental augmente sa représentativité de deux mandataires.


EVOLUTION DE LA RACE

41468 IAT ont été réalisées en race Simmental, soit 2 % de plus qu’en 2011. A noter que l’utilisation de taureaux génomique a progressé de 5 % (taureaux au catalogue et étrangers) par rapport à 2011. 8 % des inséminations sont réalisées par les éleveurs eux-mêmes, une pratique qui se confirme au fil des années. 17261 vaches dans 75 départements ont été enregistrées à l’Etat Civil en 2012, soit une hausse de 250 animaux par rapport à 2011. Le nombre de cheptels reste stable avec 1427 élevages. Dans la moitié des troupeaux recensés, on compte moins de cinq animaux. L’effectif aveyronnais est équivalent à celui de la Haute-Marne, berceau historique. L’effectif poursuit sa percée à l’Ouest où la race séduit par sa rusticité et son potentiel laitier. La promotion de la race faite au SPACE de Renne, avec présentation d’animaux, constitue une vitrine efficace. Simmental France est également présent au Sommet de l’Elevage à Cournon, au Concours Général Agricole de Paris et à Eurogénétique à Epinal, avec en 2012, l’organisation du concours Spécial. Des synergies sont systématiquement recherchées avec les représentants de la race outre-Rhin, où les effectifs sont sans commune mesure avec ceux de la France.

Les résultats au contrôle laitier 2012 laissent apparaître une belle progression avec 1074 vaches supplémentaires contrôlées, +395 kg de lait (soit 6151 litres au total), +0,2 de TB (40,3) +0,4 de TP (33,7). Des performances remarquables malgré une implantation majoritairement dans des régions à faible potentiel laitier. Autre point fort à souligner, une lactation de 305 jours, inférieure aux autres races (310 pour la Montbéliarde, 339 pour la Brune et 352 pour la Prim’holstein).

En terme de suivi morphologique, Simmental France a collecté 3008 pointages lors de la campagne de pointages 2012. Un tiers a été réalisé par le personnel du syndicat et deux tiers par les inséminateurs des coopératives adhérentes. L’orientation de la race, y compris outre-Rhin, va vers des animaux plus petits et plus larges, ce qui se traduit au niveau des postes morphologiques par une baisse de la taille à hauteur du sacrum et une augmentation de la profondeur de corps.

A noter, l’arrivée de deux index de synthèses sur les fonctionnels depuis l’an dernier :

- L’index Santé de la mamelle (StMa) est défini par la formule suivante : StMa= 60% CEL + 40% MACL. Il permet de faire la synthèse des index cellule et mammite clinique

- L’index reproduction (Repro) est défini par la formule : REPRO = 50% FER + 25% FERG + 25% IVIA. Il permet de faire la synthèse des index fertilité vaches (FER), fertilité génisses (FERG) et intervalle vêlage -1ère IA.

L’inscription au service génétique comprend le suivi morphologique du troupeau, le bilan génétique de l’élevage, l’inscription des animaux au schéma de sélection, la réalisation du planning d’accouplements et un accès privilégié aux informations relatives à la race. Actuellement, 207 élevages y souscrivent, soit 9590 vaches inscrites dont 138 classées en catégorie «Elite». Leur ISU, supérieur à 150, leur permet d’être mères à taureaux.



Vous trouverez la suite de cet article en pages 04 et 05 de notre édition du 28 Juin 2013.


Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2473 | décembre 2017

Dernier numéro
N° 2473 | décembre 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui