L'Avenir Agricole et Rural 01 août 2019 à 08h00 | Par L'Avenir Agricole et Rural

ELEVAGE : PENSEZ À VENTILER LES BÂTIMENTS

Tour d’horizon des dispositions à prendre pour que les bâtiments d’élevage soient bien ventilés et que les vaches souffrent moins des grosses températures.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La ventilation est un moyen simple  pour que les animaux supportent mieux la chaleur estivale.
La ventilation est un moyen simple pour que les animaux supportent mieux la chaleur estivale. - © FIDOCL CONSEIL ELEVAGE

À la base, les bâtiments d’élevage ont pour fonction de protéger les vaches du froid, mais avec l’augmentation des températures, ils devront également les protéger de la chaleur. D’après Météo France, nous gagnerons 1 à 2 degrés en été d’ici 2 040/2 060. Le plateau de Langres a déjà subi une hausse des températures de 0,5 °C en seulement 30 ans*. De plus, les cheptels s’agrandissent, ce qui va encore accroître la chaleur à l’intérieur des bâtiments.

 

La température idéale pour une vache laitière est de 22 °C, elle doit commencer à s’adapter à partir de 25 °C et elle souffre de la chaleur lorsqu’il fait entre 30 et 35 °C. Cette dernière situation a des conséquences : elle produit moins de lait (-1 à -4 kg) et les taux de protéines et de matières grasses diminuent. De plus le stress qui en découle peut provoquer une augmentation du taux de cellules et une baisse des performances de reproductions. La chaleur peut entraîner des œstrus silencieux et une diminution du taux de fertilité et de fécondité.

 

Si vous installez un bâtiment neuf, il vaut mieux anticiper l’évolution des conditions climatiques en prenant un bâtiment très ouvert de type parasol, sans bardage, en adoptant des ouvertures modulables sur les longs pans. Pour les bâtiments existants, vous pouvez améliorer la ventilation naturelle en transformant des pans fixes en bardage modulable, par exemple des volets qui peuvent s’ouvrir.

 

Quelle ventilation ?

La ventilation forcée doit être utilisée seulement si c’est nécessaire. Il est possible d’utiliser des ventilateurs verticaux à flux horizontal qui ont l’avantage d’obtenir une grande vitesse d’air. Attention à ne pas trop les éloigner les uns des autres sous peine de résultats mitigés et hétérogènes. Les fournisseurs proposent désormais des matériels moins puissants (et donc moins coûteux) qui pourraient être plus rapprochés et donc plus efficaces. Il est possible d’y ajouter un système de brumisation, mais deux défauts sont à souligner. Tout d’abord un brumisateur ajoute de l’humidité dans le bâtiment, ensuite l’entretien est assez lourd, notamment dans les zones où l’eau est calcaire.

Les ventilateurs horizontaux à flux vertical sont un bon compromis entre efficacité et bruit. Ils donnent des vitesses d’air moyennes et mieux réparties.

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2578 | décembre 2019

Dernier numéro
N° 2578 | décembre 2019

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS
L’actualité en direct
Chambre d'agriculture

    Les ARTICLES LES PLUS...

    Voir tous

    Voir tous

    Voir tous

    À LA UNE DANS LES RÉGIONS

    » voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui