L'Avenir Agricole et Rural 14 février 2019 à 10h00 | Par L'Avenir Agricole et Rural

ELEVAGE : LE NOMBRE D'ELEVAGE SIMMENTALS RESTE STABLE

Le syndicat de race Simmental de Haute-Marne a organisé son assemblée générale le 30 janvier à Ravennefontaines. Au programme : l’actualité de la race, les participations aux concours, l’enquête viande et la visite du GAEC de Seville.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le GaEC de Seville produit du lait valorisé en emmental grand cru Label Rouge
Le GaEC de Seville produit du lait valorisé en emmental grand cru Label Rouge - © CA 52

Annette Richard, Présidente du Syndicat de la race, a accueilli la trentaine de personnes qui ont bravé la neige pour assister à l’assemblée générale. Elle a rappelé les temps forts de l’année 2018, notamment le festival du lait au lycée agricole de Choignes les 20 et 21 avril où 30 Simmentals de Haute-Marne, de Côte d’Or et de la Meuse ont défilé sur le ring. La foire agricole de Montigny est aussi un rendez-vous incontournable pour les amoureux de la race puisqu’il s’agit du concours départemental. Les participations du GAEC du Mont Jardheuil, de l’EARL du Coteau, de Jean-Marie Claudon, de Jean-Marc Desprez et du GAEC Saint-Hubert ont permis de rassembler 30 animaux.

 

L’EARL du Coteau, Jean-Marie Claudon, Jean-Marc Desprez et le GAEC Saint-Hubert participeront au concours Simmental au Salon de l’Agriculture le 26 février. L’événement sera retransmis en direct sur le site du salon de 10h à 12h. Les 30 et 31 mars, le syndicat organisera le concours interdépartemental génisses au lycée agricole de Choignes.

 

L’agriculture dénigrée

Annette Richard a exprimé sa colère, dénonçant certains comportements. « Plus que jamais on parle d’agri-bashing, c’est un dénigrement systématique de notre agriculture. Dernièrement Madame Bérangère Abba, Députée La République En Marche de la première circonscription du département, appelle à un lundi sans viande et sans poisson. Pendant ce temps, le revenu et la détresse des éleveurs les enferment dans leur ferme sans pouvoir relever la tête avec un prix du lait identique à 1990 ». Elle pointe également du doigt les États Généraux de l’Alimentation qui « sont au point mort » alors que « nous vendons nos produits en dessous du coût de production ». Pour la Présidente du syndicat la solution passe par la communication : « nous devons prendre la parole à chaque fois qu’une personne diffuse de la désinformation sur notre métier. Les médias diffusent une seule voix et ne nous donnent jamais de droit de réponse. Des tracts végans sont distribués dans des écoles, à nous d’expliquer nos pratiques et notre qualité de travail chaque fois qu’un consommateur s’interroge ou a un avis formaté par ce qu’il entend. Nous devons être fiers de notre travail et de notre agriculture française et le dire haut et fort ».

Augmentation du cheptel

Après le renouvellement de deux nouveaux administrateurs, à savoir Patricia Bablon du GAEC des Trois Fontaines et Yannick Prat, du GAEC de la ferme du Val, Anne Charline Delarue, animatrice du syndicat, a présenté les résultats techniques 2 018. Il y a 20 élevages Simmental en Haute-Marne avec 78 vaches en moyenne (contre 73,6 en 2017). Elles produisent 6 752 kg de lait avec un TB à 39,9 et un TP à 34,1.

Puis Hervé Vignon, Directeur de l’OS Simmental France, a présenté le schéma de sélection, l’offre génétique et l’activité du groupement de producteurs. 280 animaux ont été vendus l’année dernière, dont 39 % originaires de Haute-Marne. Il a fait un tour d’actualité de la race : le pointage et le nouveau RZE.

 

Le GAEC de Seville : une bonne qualité de lait

Basée à Ravennefontaines, l’exploitation est gérée par trois associés de la même famille qui emploient 3 salariés. La SAU est de 393 ha pour un troupeau d’environ 145 Simmentals avec une référence laitière de 918 000 litres. Tous les mâles de l’élevage sont gardés pour être engraissés en bœuf. Le lait est valorisé en emmental grand cru Label Rouge avec un prix payé sur l’année à 409 Ä/1 000 l. Le cahier des charges du fromage est exigeant sur la qualité du lait, mais l’élevage a de bons résultats avec 210 000 cellules, un TB à 40,4 et un TP à 35,9.

 

Les rations des vaches laitières n’ont pas d’ensilage, elles sont composées de 9,6 kg de foin, 5,6 kg de regain, 2,7 kg de triticale, 2,7 kg de maïs grains, 800 g de Proticroq, 100 g de CMV et 30 g de sel. Il faut également souligner les résultats bouchers avec des carcasses de 462,7 kg en moyenne pour les bœufs. En 2018, le meilleur poids de carcasse était de 410 kg pour une vache et 527 kg pour un bœuf. Le GAEC de Seville a comme projet d’installer deux robots et de réaliser un système de séchage en grange pour augmenter la qualité de leur fourrage.

 

 

Vous trouverez les résultats de l'enquête viande dans notre hebdomadaire de cette semaine en page 06

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2553 | juin 2019

Dernier numéro
N° 2553 | juin 2019

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS
L’actualité en direct
Chambre d'agriculture

    Les ARTICLES LES PLUS...

    Voir tous

    Voir tous

    À LA UNE DANS LES RÉGIONS

    » voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui