L'Avenir Agricole et Rural 03 avril 2009 à 11h49 | Par F.Thevenin

ELEVAGE - La Brune, la race qui monte...

La Brune est, en effectif, la quatrième race laitière du département. Comme les autres, elle a eu droit à son assemblée générale qui a fait apparaître de réels espoirs pour l'avenir.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

La Brune est la seule race sur le département et surtout en France à progresser en nombre de vaches laitières et en nombre d'inséminations. En Haute-Marne, le nombre d'IA vient d'augmenter de 10 %. Du jamais vu ! L'explication principale est donnée par Thomas Gérouville, technicien de la race pour Brune Expansion : 119 vaches et génisses de race Prim'holstein ont reçu des doses Brunes pour des croisements qui sont, actuellement, une tendance forte.

La Brune en France

En 2007, au niveau national, sur les 2,5 millions de vaches laitières, les Brunes étaient précisément 16 613. Elles sont la quatrième race française, loin derrière les Prim'Holsteins et les Montbéliardes et entre les Normandes et les Simmentals.
Mais, le plus remarquable est cette progression constatée soit 149 vaches en plus  une hausse de 0,9 %. Parallèlement, les Prim'holsteins perdaient 77 000 vaches soit une baisse de 4,2 %. Toutes races confondues, en France, le nombre de vaches laitières a baissé de 3,3 % soit la perte de 86 000 VL.
Toujours en France, la moyenne du troupeau brun est de 7 000 kg soit la deuxième position après les P'H. Le TB moyen est de 41,6 et le TP moyen est de 33,9. Seul problème : la maîtrise des cellules avec seulement 38 % des élevages sains.

La Brune en Haute-Marne

En Haute-Marne, 421 Brunes ont été contrôlées en 2008 soit le plus fort chiffre depuis 10 ans. Sur un an, la progression est de 45 vaches. La moyenne de production de ces 421 VL est de 7 615 kg pour un TB à 40,1 et un TP à 33,9.
En terme d'élevages possédant plus de 80 % de Brunes, la Haute-Marne ne détient que 3 troupeaux pour 162 VL. Deux autres sont sur le point de les rejoindre... Ces trois troupeaux ont, en moyenne, 54 VL soit le plus fort chiffre depuis plus de 10 ans en raison de la distribution de litrage par les laiteries. Du coup, le quota moyen est passé de 344 000 à 376 000.
Côté production, le niveau d'étable de ces trois exploitations est de 7 070 kg pour un TB à 40,1 et un TP à 34,5 ; un chiffre record depuis toujours ! Quant au prix moyen de 343 euros par 1 000 litres, il a déjà été plus haut et sera, hélas, plus bas. Là encore, le seul facteur limitant est le problème des cellules.
Pour l'avenir, Thomas Gérouville fait part de beaux espoirs pour la race. D'une part, l'AOP Langres qui accepte désormais la race Brune a créé une réelle demande avec 3 à 4 élevages en cours de conversion. D'autre part, le croisement Brun sur PH qui concerne 75 élevages en Haute-Marne dans le but de régler des problèmes de fertilité, de taux et de solidité.

Frédéric Thévenin

Le GAEC Funcken à Latrecey

Toutes les assemblées générales des syndicats de race se clôturent par la visite d'une exploitation. Ici, le Gaec Funcken à Latrecey.

A Latrecey, le Gaec Funcken est dirigé par Nicole, Maurice, Hubert et Etienne Funcken. Ensemble et avec deux salariés, ils exploitent 433 hectares de SAU. Avec leurs 63 vaches laitières Brunes (2/3) et Prim'hosteins (1/3), ils produisent leurs 570 000 litres de quota. Le lait est commercialisé à Senoble ; les céréales à Soufflet et EMC2 et la viande à la Sarl Maigret.
Sur les 433 hectares de SAU, les associés suivent un assolement traditionnel pour la Haute-Marne : 146 ha de blé dont 28 ha de BIO, orge d'hiver, orge de printemps et colza. La surface fourragère comprend 32 hectares de prairies permanentes auxquels il faut ajouter 50 hectares de maïs ensilage.

Production laitière

Les 63 vaches laitières ont une moyenne d'étable de 8 514 kg pour un TB à 38,4 et un TP à 33,5. Avec des cellules à 220 et des germes en A1, le prix payé moyen s'établissait en 2008 à 336 euros pour 1 000 litres.
Ce niveau d'étable ainsi que le TP sont les plus élevés depuis les relevés de l'ADCL. Par contre, le prix du lait a connu des hauts et des bas avec 349 euros en 2001-2002 et 303 euros en 2005-2006. Hélas, cette fluctuation n'est pas terminée...
Le bilan génétique de l'élevage est bon avec +17 d'Inel, + 311 en lait et un TP à + 0,49.
Pour de tels résultats, les vaches laitières reçoivent en ration hivernale 30 kg d'ensilage de maïs, 2,7 kg d'enrubanné de luzerne, 0,5 kg de foin de pré, 2 kg de pulpe de betterave, 4,7 kg de tourteau de soja / colza et 400 g de TMCE.

PALMARES 2008

Meilleures production par vache (tout élevage confondu) :

1. Gaec Funcken : 8 514 kg
2. Gaec des Brunes : 7 571 kg
3. Gaec Bourg Frères : 7 368 kg

Meilleures production par vache (100 % de Brunes) :

1. Gaec des Brunes  : 7 571 kg (35 de TP)
2. Earl de Chevecheix : 7 297 kg
3. Gaec du Courroy : 6 342 kg

Meilleures lactations primipares :

1. Ushai (Jolaboy) du Gaec de la Marnotte : 9 364 kg
2. Vacan (Mosaïque) du Gaec de la Marnotte : 9 169 kg
3. Urani (Robinson) du Gaec de la Marnotte : 8 915 kg.

Meilleures lactations multipares :

1. Promesse (Goldorak) du Gaec Funcken : 11 422 kg
2. Saute (Igor) du Gaec de la Marnotte : 11 093 kg
3. Thelma (Vinozak) du Gaec Funcken : 10 922 kg

Meilleures MSU primipares :

1. Ushai (Jolaboy) du Gaec de la Marnotte : 732 points
2. Vacan (Mosaïque) du Gaec de la Marnotte : 664 points
3. 7622 (Mosaïque) du Gaec de la Marnotte : 638 points

Meilleures MSU multipares :

1. Saute (Igor) du Gaec de la Marnotte : 869 points
2. Tarentelle (Vinozak) du Gaec des Brunes : 809 points
3. Ulla (Mosaïque) du Gaec de la Marnotte : 785 points

Meilleures cumuls de lactations :

1. Jussia (Maker) du Gaec Funcken : 94 161  kg en 10 lactations
2. Homélie (Verseau) du Gaec du Courroy : 85 840 kg en 11 lactations
3. 6019 (Gordon) du Gaec de la Marnotte : 72 894 kg en 8 lactations

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2526 | décembre 2018

Dernier numéro
N° 2526 | décembre 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui