L'Avenir Agricole et Rural 04 février 2016 à 08h00 | Par L'Avenir Agricole et Rural

ELEVAGE : 2015 UNE ANNÉE NOIRE POUR LES ÉLEVEURS LAITIERS

Après l’embellie de l’année 2014, le revenu des éleveurs laitiers de l’Est de la France connaît une chute terrible en 2015 et cela quelles que soient les combinaisons de productions présentes sur les exploitations. Seules les exploitations en Agriculture Biologique échappent à ce raz de marée.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

On continue d’observer de fortes disparités entre des régions dynamiques (grand Ouest et Nord Pas de Calais) et d’autres en perte de vitesse (Sud Ouest, Poitou Charentes, Centre). Dans l’Est les effectifs de vaches laitières sont relativement stables en Alsace et en Lorraine mais en retrait en Champagne Ardenne.

Tous les systèmes trinquent !

Les prévisions de revenus pour l’année 2015 (tableau ci-dessous) sont établies à partir des résultats des exploitations laitières, des régions Lorraine et Champagne Ardenne, suivies dans le cadre du dispositif national Inosys Réseau d’élevage. Ces projections s’appuient sur les résultats observés en 2014 sur lesquels nous avons projeté des évolutions des volumes et des prix des produits et des charges. Nous avons retenu 3 grands systèmes d’exploitations laitières de plaine bien représentés dans notre région Est de la France :

- Des exploitations laitières spécialisées

- Des exploitations laitières mixtes lait – viande

- Des exploitations laitières en polyculture élevage

 

Que constate-t-on en 2015 ? Le produit brut des exploitations est en baisse de l’ordre de 10 % principalement en raison de la chute du prix du lait et plus accessoirement de la diminution du produit viande. La baisse des aides PAC, sous l’effet de la convergence, devrait être plus sensible dans les exploitations de polyculture élevage. La hausse des charges opérationnelles provient essentiellement des achats que les éleveurs ont dû consentir pour pallier le déficit fourrager ; l’augmentation est proportionnellement plus forte dans les systèmes à dominante élevage (+10 et +7 %) que dans les exploitations de polyculture élevage (+3 %). L’excédent brut d’exploitation est en baisse de 30 à 35 %. L’efficacité économique mesurée au travers du ratio EBE/PB diminue de 8 à 10 points. Tous les systèmes sont affectés par une forte chute des revenus de l’ordre de 20 000 par UMO. Dans notre échantillon la baisse apparaît proportionnellement moins forte dans les élevages laitiers spécialisés qui avaient, en 2014, des revenus supérieurs aux autres systèmes.

 

Pour connaître les prévisions de revenus 2015 qui avaient été faites, et les évolutions 2014-20145 dans trois systèmes laitiers de plaine, veuillez consulter notre page 05

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2393 |  0000

Dernier numéro
N° 2393 | 0000

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui